Faits Vécus

Il y a quelques temps, je me suis prêtée à l’exercice: et si nos émotions étaient des gens? (vous pouvez lire l’article ICI). À quoi la Tristesse ressemblerait-elle? Comment se déplacerait la Peur? Quel serait le parfum de la Joie? Aujourd’hui, je m’y remets, je retente l’exercice créatif de donner des caractéristiques humaines à des choses intangibles en me demandant: si les saisons étaient des gens, qui seraient-ils?

L’Automne porterait des jeans troués, des chandails de groupes rock des années 70 qu’elle aurait trouvé en friperie et du rouge à lèvres foncé. Elle perdrait souvent ses cheveux qu’elle aurait roux, presque rouges, comme enflammés par une force abstraite. Elle sentirait le feu de camp, la forêt, la pluie. Elle aurait l’âme triste, mais cette mélancolie la rendrait belle; il y aurait comme quelque chose de poétique à propos de la façon dont elle marcherait comme si elle était la fin du monde, la mort de quelque chose dont on ne comprendrait pas totalement le sens. Elle aimerait le ciel gris et les grands cotons ouatés; les soirées fraîches et les films d’horreur.

femme de dos longs cheveux noirs automneSource image: Unsplash

L’Été serait la jolie fille, celle à la beauté évidente. Le sourire immaculé, la peau basanée, dorée par les heures passées à l’extérieur. Les yeux bleus, profonds comme l’océan, les cheveux pâles, ondulés par les baignades à la plage, la beauté qui frappe et agrippe les yeux sans qu’on le veuille comme pour dire: « admirez ma splendeur naturelle, celle pour laquelle je ne fais aucun effort ». L’Été serait toujours la fille qui danse le mieux, celle qui incite aux folies et donne envie de tomber en amour. L’embrasser ferait l’effet d’une délectable brûlure. Son parfum serait sucré, une vague odeur de lilas et de bonbons aux cerises. L’Été serait celle que tout le monde apprécie, celle qui réchauffe et donne envie de sourire aux gens qui l’entourent. Sa présence serait aussi rafraîchissante qu’une bouchée de pêche mûre; elle serait les baignades dans le lac nus à deux heures du matin et les promenades à vélo dans la chaleur suffocante pour chercher un cornet de crème glacée.

femme en robe fleurie qui court dans champSource image: Unsplash

L’Hiver aurait la peau blanche comme la porcelaine et les yeux pâles. Elle serait une personne réservée, discrète, difficilement approchable. Elle serait d’autant plus aimable par la rudesse de son caractère, par sa beauté spectaculaire, mais sans merci. L’Hiver serait une personne froide qui ne se laisse pas aller aux émotions; elle serait forte comme les sapins verts qui continuent de se tenir debout dans la tempête. Elle aimerait boire du thé chaud, lire des livres sous les couvertures le soir et prendre de longs bains. Lorsqu’elle serait prise pour acquise, elle se comporterait comme la neige: capable de mordre les doigts et d’ensevelir tout sur son passage. L’Hiver serait redoutable, parfois difficile à aimer. Elle serait aussi pure que puissante.

femme souffle floconsSource image: Unsplash

Le Printemps serait une personne positive, celle qui entrevoit le soleil dans tous les orages, celle qui sait se contenter des petites choses. Ce serait celle qui sourit souvent, qui aime les longues promenades dehors, écouter les oiseaux chanter et regarder la nature grandir. Elle posséderait plusieurs plantes qu’elle ferait pousser sur le bord de sa fenêtre. Elle aurait une voix délicate, des petites violettes dans les cheveux, une peau blanche à laquelle il manque le baiser du soleil. Elle aurait les yeux en bourgeons, des orchidées aux commissures des lèvres; elle aimerait les couleurs pastelles et le mois de mai.

femme robe blanche de dos herbes et ukuléléSource image: Unsplash
Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Mathilde Côté's Avatar
Mathilde Côté

Mathilde est une fille intense. Hypersensible au cœur d’enfant, elle ressent les choses fort, grand, vrai. Tout du monde l’assaille et l’émerveille; la subjugue et...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Chère confiance en moi, pourquoi disparais-tu face à un échec amoureux?