J’ai fêté mes 24 ans samedi passé.

Ben, quand je dis « fêté », je parle de moi en train de brailler dans mon gâteau McCain en regardant le nombre de participants qui vont venir à mon event Facebook « Fête à Noémie dans le style back in the days ».

« Mais venez, on va s’acheter des Boris pis faire de l’ecstasy en chantant du Pussycat Dolls dans l’parking du Mcdo jusqu’à temps que le buzz parte pis qu’on ait assez faim pour manger un trio Big Mac avec une entrée de croquettes pis un McFlurry aux œufs fondants Cadbury, venez ».

Je me suis rendue compte que ca me fait peur de vieillir. Pas dans le sens « j’ai besoin d’acheter de l’huile d’émeu Dundee pour mon territoire hostile de femme ménopausée », mais plutôt dans le sens de perdre la liberté que me procure ma jeunesse.

T’sais, de ne plus pouvoir m’acheter du vin de dépanneur en prétextant quanyway ça goûte toute la même affaire une fois gorleau. Ou d’être obligée de me trouver une vraie job parce que je vais être rendue trop vieille pour avoir des rêves désillusoires pis de me faire à croire que ça se peut se réveiller de bonne humeur chaque matin, même si c'est pour aller me faire chier deux heures par jour dans le trafic pour aller travailler pour un boss qui n'en a absolument rien à foutre du congé que j’avais demandé la semaine passée pour le show de Bobby Bazini.

Au moins, j'aurai mon café Maxwell House

Ça, pis être pognée pour payer mon propre compte de téléphone, merci papa (c’était mon cadeau de Noël, pas de jugement).

Ou de m’acheter des vrais rideaux qui s'agenceraient avec les nouveaux bols en céramique que j’ai commandés sur un site trouvé dans l’un des magazines signé Ricardo que j’ai feuilleté dans la ligne d’attente de la caisse du IGA (parce que faire l’épicerie au dépanneur, c’est désormais inacceptable à mon âge).

Ouin… peut-être que dans le fond j’ai juste peur de ne plus avoir d’excuses pour agir en ado sans me faire juger, oupsie.

Mais je me console en me disant que je pourrais aussi être ce genre de fille là: « Attends j’te reviens pour notre soirée de girls, je vais juste en parler avec mon chum avant ».

J’vais en parler avec mon chum…

J’vais en parler avec mon chum…

(Cette phrase-là résonne dans ma tête à chaque fois qu'une amie me dit ça).

NON! Toi pis ta manie de toujours demander la permission à ton chum… Faut pas qu'il sache qu’on fait partie d’un culte satanique pis qu’il va y avoir des hommes nus, de l’héroïne et qu’on va t’habiller comme dans l’un des clips de Caroline Néron en 2002 pour invoquer le démon. 

Prétends simplement qu'on va se faire une soirée-pyjama et qu'on va bitcher les nouveaux candidats d'Occupation double. 

DIS-LUI ! Qu'il te laisse sortir de la maison… 

Mais bon j’imagine que je trouve juste ça particulier d’être coincée dans une tranche d’âge où il est tout à fait anodin d’avoir des amis qui sont complètement à des années lumières du niveau de vie de celui où je me situe actuellement.

J’en connais qui sont en train de dépenser leur prêt étudiant en Inde pour se « découvrir » (je fais ici référence aux opiacés), j’en ai d’autres qui ont des vrais métiers et des dents en santé parce qu’ils ont de l'assurances dentaire, tandis qu'il y a ceux qui sont rendus avec des enfants (eux c’est les pires, mais chut).

Mais là inquiétez-vous pas, je les aime pareil pis ils le savent, la preuve, je leur écris quand même chaque année pour leur souhaiter « Bonne fête » sur Facebook et je like leurs photos de sorties aux pommes, CHAQUE automne.

Je suis une bonne amie.

C’est juste que ça me décourage tout ça parce que moi, je suis loin d’être rendue là dans mon stade de développement personnel. Je fais juste aller dans la rangée des tests de grossesse à la pharmacie pis j’ai l’mal de cœur qui me pogne.

17,95 piasses pour ça?  Really?

Je ne comprends pas pourquoi j'ai des amies qui veulent tomber enceinte, il me semble que c’est déjà un bon signe que le reste de leur vie va ressembler à leur compte en banque: en souffrance.

Y’a de quoi avoir des nausées matinales, non?

Ma mère, au contraire, a ben hâte d’avoir des petits enfants à chouchouter et comme c’est moi la plus vieille de la famille, dites-vous que tous ses espoirs reposent sur mes épaules. TOUS. Je suis à veille de me trainer un extincteur de feu quand je vais faire un tour à la maison tellement que je me fais burn par ses remarques.

« Tu vas me faire croire qu’entre tes cinq dernières fréquentions, y’en a pas un là-dedans que tu pourrais aimer pis qui voudrait t’enfanter? Moi à ton âge j’avais déjà ton frère pis toi. Il serait pas mal temps que tu commences à te placer comme tes ex qui EUX ont des familles aujourd’hui. Imagine, tu pourrais revenir habiter à Granby pis t’acheter un petit bungalow pis une vraie balayeuse ».

, comme mes ex… Cernés avec un bébé qui s’appelle Lili-quelque-chose.

Mais honnêtement, maman m’harcèle beaucoup trop avec ses délires de la crise de la quarantaine qu'elle garoche sur moi sans limite. Son trip le samedi matin, c’est d’aller faire le tour des boutiques fancy pour enfants pis se faire des scénarios de moi promenant des bébés dans un carrosse à 400 piasses.

« Tu devrais voir comment c’est cute ce que j’ai vu chez bébéninus, hey j’te l’dis, ce p’tit-là quand y va venir au monde, il va tellement être bien habillé ».

REALLY MOM ? T’étais ou quand j’avais dix ans pis que je voulais la jupe en jeans du Château kids pour la porter à la journée « Spéciale St-Valentin » de l’école parce que je voulais être la plus belle de ma classe pour que Léandre Dubois me demande de sortir avec? Tu veux que j’te l’dise moi? T’étais au fucking MODE COTON!!!

Pis Léandre a préféré Sandrine, juste de même.

Fait que prends ton mal en patience pis roule tes cennes mommy parce que je te jure que le jour où je vais avoir un kid, y portera pas le même *sti de molleton en 14 couleurs différentes!

Je vais avoir un bébé pinterest.

C’est rendu qu'ils vendent même des tests pour découvrir la date précise de notre cycle d’ovulation pour qu’on puisse tomber enceinte plus facilement.

Si tu veux tomber enceinte le plus vite possible, fais l’amour viarge.

Pis en plus, aucunes de tes amies célibataires/pas de vie va pouvoir te reprocher que tu passes tes fin de semaines au lit avec ton amoureux plutot qu'avec elles parce que c’est cute les bébés… Jusqu’à temps que t’annonces à tout le monde que t’as décidé de l’appeler Gisèle

Pis à part de ça, si tu veux vraiment connaitre tes quatre jours les plus fertiles, j’vais te donner un conseil gratis: inscris-toi sur Tinder.

Fais-moi confiance, tu ne seras même plus obligée de faire pipi sur un bâton pour découvrir ta période la plus horny du mois….Tu vas t’en rendre compte instantanément. Tes hormones en mode ovulation vont se charger de liker TOUS les profils des hommes à moins de cinq kilomètres de toi…Même ceux qui te font penser à Jules, le schnauzer laitte de ta grand-mère qui lichait les murs quand y voyait son ombre passer.

Non pour vrai, moi, je n’ai peut-être pas de bébé, mais je ne suis pas obligée de partager des concours de spotted jeune mamans pour avoir la chance de gagner un sac à couches de luxe.

Je vois assez de poches de même.

Na-na-na

Vive ma vingtaine.

Noémie, 24 ans, amoureuse des bébés, de la vie, des hommes et de ma maman.

 

Ps: Je ne suis pas une sorcière et je n'ai aucun ami qui fume des opiacés en Inde, excepté mon père.  

Pps: Ce n'est pas vrai pour mon père. 

-->
Un article de
Noemie Rousseau's Avatar
Noemie Rousseau

Noémie est une jeune célibataire de Montréal qui rêve un jour d’être auteure. Elle se décrirait comme étant un parfait mélange de Bridget Jones et...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Pause culture: Caligula d'Albert Camus