Arts Arts de la scène

Parfois, le concept d’orientation et d’identité sexuelle peut sembler compliqué pour certaines personnes puisque de plus en plus, la diversité sexuelle fait partie de l’actualité. Par contre, la diversité sexuelle est bien présente depuis de nombreuses années. Toutefois, elle était plus en retrait de la société étant donné la discrimination violente qui a été évoquée contre la communauté, discrimination qui n’est pas 100% disparue à ce jour non plus, je tiens à le préciser.

Ce que je ressens et ce que j’entends souvent, c’est que l’acronyme de la diversité sexuelle est complexe. Je parle ici du LGBTQ+ ou bien encore du LGBTQ2S+ ou sinon du LGBTTIQQ2SAA. Donc, le plus long des acronymes signifie et prend en compte les droits des lesbiennes, des gaies, des bisexuels, des transgenres et transsexuels, des intersexuels, des queers, des gens en questionnement, des bispirituels, des asexuels et des alliés. Je peux comprendre que lorsqu’on connaît les définitions de seulement quelques termes dans l’acronyme, ça peut être compliqué à comprendre, mais lorsqu’on les connaît tous, on comprend le spectre de la sexualité qu’ils représentent. Puis, encore là, il y a bien des termes qui manquent à cet acronyme, comme par exemple les pansexuels. Je t’invite d’ailleurs à aller regarder la définition des termes que tu ne connais pas juste ici, puisque je considère qu’il n’y a rien de mieux que l’éducation pour se familiariser avec de la nouveauté et favoriser son adaptation face à celle-ci, pour ainsi diminuer la discrimination associée à ces termes.

orientation sexuelle couleursSource image : Unsplash

Donc, oui cet acronyme démontre la variété de possibilités d’orientation sexuelle et d’identité sexuelle et moi, je trouve ça particulièrement beau et rassurant, en fait. Cela ne devrait pas être compliqué ni inquiétant de pouvoir enfin avoir une liberté publique face à qui nous sommes dans toute notre intégrité. Même qu’un tel acronyme de plus en plus enseigné dans les écoles fait en sorte que tôt dans le parcours d’une personne, celle-ci peut être dirigée vers un questionnement face à sa personne et cela contribue grandement, selon moi, à son développement personnel. Puis, le terme allié représente les personnes hétérosexuelles qui appuient l’acronyme, donc il a été construit pour combattre la discrimination et non exclure les hétérosexuels pour autant. Juste que les hétéros restent les plus privilégiés face à ces enjeux, tout de même.

En fait, je crois qu’il n’y a pas un individu pareil lorsqu’on parle de sexualité, c’est comme si je voyais les choses d’un point de vue où chaque personne aurait une identité et une orientation sexuelle unique, passant par ses préférences sexuelles, ses préférences relationnelles, ses attirances physique et émotionnelles, son expression de genre, son sexe à la naissance, son sexe d’identification, ses désirs relationnels, ses fantasmes, etc. Donc, je ne crois pas que c’est l’acronyme qui est compliqué en fait, mais bien le spectre de la sexualité et la composition de ce qu’est un individu, et cela l’a toujours été et le sera toujours. Un être humain se développe, s’améliore, s’éduque, se transforme, donc un être humain n’est pas stable dans le temps. Je ne vois pas pourquoi sa sexualité devrait alors être considérée comme soit noire ou blanche.

Donc, n’ayez pas peur de l’arc-en-ciel. Bien au contraire, il n’est là que pour faire du bien et offrir une liberté sexuelle pour laquelle certains se battent depuis fort longtemps. Puis, c’est seulement en parlant et normalisant ces belles couleurs qu’un jour la discrimination face à cette beauté sera de l’histoire du passé.

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Laurianne André's Avatar
Laurianne André

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Mieux vaut être seule que mal accompagnée