Faits Vécus Musique

Quand ça ne va pas, quand j’ai envie de tout lâcher et de me morfondre à maintes reprises dans mon lit jusqu’à ne plus vouloir parler à personne, tu es là. Au contraire, quand tout va bien et que j’ai juste envie de sauter partout et de crier ô combien j’aime la vie, tu es là.

Avec toi, j’ai l’impression que je peux être moi-même sans jamais hésiter un seul instant.

Tu me fais sentir comme si j’étais seule au monde, loin de tout tracas.

Que tu sois plus pop, franco ou des années 2000, tu réussis toujours à me remonter le moral et à me faire sentir comme si j’étais la reine de la soirée. Il m’arrive souvent, surtout pendant le confinement, d’être un petit peu pompette et de t’écouter à ne plus entendre mon chat miauler. T’avoir dans mes oreilles à tous les jours me fait tout oublier. Je me sens libérée. Libérée de toutes émotions qui m’envahit

Honnêtement, je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Une vie sans musique c’est comme une rivière sans eau. C’est impossible. Inimaginable.

écouteurs avec des vinylesSource image : Unsplash

J’ai eu la chance de pouvoir toucher à ce domaine dès mon plus jeune âge. Il n’était pas question pour mes parents que leur fille ne pratique aucun instrument. À 5 ans, j’ai commencé à apprendre le violon. En 2ème année du primaire, j’ai quitté l’école de quartier pour aller à une école spécialisée en musique. L’école Félix-Leclerc à Longueuil. J’y ai appris le piano, la flûte traversière, à chanter, mais surtout à comprendre la musique.

Le nombre d’heures passées à lire des partitions, à apprendre, à répéter petit bout par petit bout de chacune des pièces afin que ça me rentre dans la tête. Il n’était pas question que je me trompe ou que je vive un moment de malaise pendant le spectacle, car j’ai oublié une partie. Mes cinq années à cette école ont fait de moi une passionnée. Non seulement envers la musique, mais pour bien d’autres choses. Je ne serais probablement pas la Florence que j’ai été et encore moins celle que je suis aujourd’hui si mon chemin n’avait pas croisé cette école. Alors merci à tous les enseignants et enseignantes qui ont fait de mon primaire le plus beau de tous les cadeaux qui puissent exister, celui de l’amour pour la musique. Ma vie d’adulte ne m’a malheureusement pas permis de continuer à pratiquer d’un instrument, mais l’envie n’est pas perdue. Je continue à me nourrir quotidiennement de cet art.

Alors à chaque fois que j’écoute une chanson, je me replonge dans mes souvenirs de cette période de ma vie. Je vie chaque parole, chaque pulsation comme si j’étais en train d’apprendre une nouvelle pièce de piano pour le concert de fin d’année. Avec passion et  plein d’émotions. J’oublie tout ce qui se passe aux alentours et je me concentre sur la vibration qui sort de mes écouteurs ou directement du haut-parleur.

La musique c’est un autre monde, une autre dimension. Chaque personne la vie à sa propre manière. Pour moi, c’est une échappatoire au quotidien. Ma dose quotidienne de bonheur.

Source image couverture : Unsplash 
-->
Un article de
Florence Lyonnais's Avatar
Florence Lyonnais

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Ton souvenir en moi s'éteint pour que je reprenne enfin vie