Les néophytes ainsi que les amateurs de bière ont pu goûter lors des trois Festibière de l’été aux produits de plusieurs brasseurs d’ici et d’ailleurs. Sherbrooke, Lévis et Québec ont été la scène de weekends riches en découvertes.

J’ai eu le privilège de prendre part aux trois

Bizarrement, comme on voit un enfant apprendre à marcher, j’ai vu ceux-ci grandir en force et en convivialité à chaque fois. C’est dans une ambiance sympathique que les festivaliers ont pu boire, manger, profiter, jouer, chanter et se déhancher chaque fois. Ou peut-être est-ce moi qui m’y sentais de mieux en mieux, comme on devient meilleur nageur à force de faire des longueurs.

À Sherbrooke, c’est surtout sous la pluie, que s’est déroulé le Festibière. Le personnel, majoritairement bénévole, semblait en savoir autant que nous festivaliers. L’application Trendigo rendant la convivialité difficile et la bouette le déplacement fastidieux. Le soleil aura décidé de se pointer le nez pour le dernier jour rendant celui-ci plus léger. Malgré tout, les exposants tout sourires auront répondu à l’appel.

À Lévis, l’emplacement, par lui-même, est tout simplement magnifique ; c’est sur le bord du fleuve, autour de jets d’eau permanents, qu’il aura eu lieu. Les bénévoles étaient plein d’entrain, les exposants fiers de nous présenter leurs produits et le soleil auront été de la partie du début à la fin. Il était même possible de faire un tour de grande roue. Il y régnait une ambiance telle que celle décrite par Mitch Albom dans son bouquin Les cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut.

À Québec, finalement, la cerise sur le sundae

Quel week-end extraordinaire, des milliers de gens y seront passés. Ce qui m’aura flabergasté le plus, et le mot est faible, est l’extrême gentillesse des gens là-bas. De TOUS les gens là-bas ; le personnel à l’accueil, l’équipe de Sirois Sécurité, les exposants, les bénévoles, les ravitailleurs aux camions de cuisine de rue, l’équipe médicale, LES FESTIVALIERS !!!

« Le temps, c’est de l’argent », quel proverbe douloureux quand on y pense. Toutefois, le facteur temps n’aura pas eu sa place sur le site cette fin de semaine là. Plus de 120 microbrasseries y avaient pignon sur rue. C’est donc dire qu’il y avait beaucoup plus d’hommes et de femmes, prêts à nous expliquer, nous raconter et nous séduire avec leurs broues d’exception. De derrière leurs kiosques, chaque exposant a pris le temps de faire déguster à qui voulait goûter, et soyons honnête, c’était parfois long… Mais devant les kiosques, personne n’a jamais grogné, ou laissé voir que l’attente était trop longue. Une ambiance bon-enfant aura teinté l’espace 400e.

J’aurai eu plusieurs coups de cœur, des gens plus grands que grands, plus gentils que gentils. Tout d’abord Robert, de La Knowlton Co., une microbrasserie de Knowlton. D’une patience et d’une gentillesse digne de Philophrosyne. Il m’aura expliqué sa bière en détail en me la faisant déguster, puis le lendemain, il aura fait de même avec mon ami Patrick croisé par hasard au sortir d’une tente. Il connait à la perfection ses produits, et sait nous conseiller les bonnes bières en fonction de nos goûts. Leur « Ale de Blé FIVE ALIVE » est à connaître.

Son voisin de kiosque, Michel de Mitch Jerky, une perle d’amabilité. On l’aura compris de par le nom, il offre un jerky, par contre le sien, artisanal, est fait de porc 100 % québécois et il est préparé à la main. Sa viande est macérée pendant 24 h dans une marinade goûteuse avant d’être fumée au bois d’érable véritable. Michel, le propriétaire, a démarré sa compagnie de jerky il y a six ans et se faisait un plaisir de nous expliquer ses différents produits. L’éventail de produits est complet et unique.

Est-ce que le Festibière aura gagné en galon de fois en fois ou est-ce moi qui avais inconsciemment l’impression de revisiter un endroit connu en m’y sentant chaque fois plus à l’aise ? Toujours est-il que Dominic et Émilie du Beertruck, Jay de La souche, Mathilde et Sophie de Monsieur Cocktail, Julie de la tente accord mets/bières IGA ; tous auront rendu le week-end de plusieurs festivaliers bonifié, ensoleillé, festif.  Pour plusieurs  personnes, ces trois éditions du Festibière auront été magiques, pour moi, j’aurai autant eu l’impression d’aller au Festibière qu’au festival de la gentillesse. Cheers!!!

Image de couverture via le Festibière

Les plus populaires

Accueil