Faits Vécus

Il y a de cela à peu près une semaine, je vous ai partagé sept leçons, sept enseignements piliers que j’apprendrai à ma future fille (vous pouvez les lire ICI). Aujourd’hui, je vous offre la suite, la continuation cohérente et nécessaire. Voici 6 choses que mon fils va savoir:

C’est correct de pleurer. La masculinité ressemble parfois dangereusement à une cage, mais même si c’est difficile, crois-moi, tu n’es jamais dans l’obligation de condamner des états d’âme complètement valides et légitimes pour paraître plus « viril ». Les émotions tenues captives finissent toujours par pourrir et déborder. Elles désintègrent tout sur leur passage. Ta santé mentale passera toujours avant l’idée des autres de ce que c’est avoir l’air tough.

Rien ne t’oblige à être le protecteur, le solide, l’impassible, le fort, le courageux. Tu as le droit de te laisser bercer, de te laisser enlacer, de démontrer de la tendresse et de la vulnérabilité. Tu es vivant: ce qui te rend humain ne devrait jamais être tapi loin au fond de toi.

gros plan d'un jeun garçon qui pleureSource image: Unsplash

Tu peux porter ce que tu veux. Mets-toi du vernis à ongles ou de l’ombre à paupières si le coeur t’en dit et achète les vêtements rose bonbon, rose pastel, rose fuchsia. Ta garde-robe n’est pas forcée d’être bleue, grise, noire ou de respecter quelconque standard. Tu portes ce qui te plaît: si les jeans et les t-shirt te conviennent, tant mieux; si tu préfères les longues robes et les paillettes, go for it.

homme maquillé dans un champ de fleurs jaunesSource image: Unsplash

L’idée qui te convient de la masculinité est la bonne. Tu n’as pas besoin d’un marteau ou d’un ballon de football entre les mains pour être un homme. Si le hockey ou la construction ne t’illuminent pas les yeux, c’est correct. Tu peux faire carrière en coiffure et t’inscrire aux cours de ballet.

Non veut réellement dire non. Des centaines d’années d’histoire te feront croire que les hommes ont tous les droits, mais c’est faux. Le corps des femmes leur appartient à elles et elles seules. Aucune jupe « trop » courte ou regards « aguichants » ne remplacent le consentement.

Tu es un allié. Contrairement à ce que tu pourrais croire, tu as toi aussi un combat sur les épaules. Tu dois aussi te battre à nos côtés. Prête attention aux femmes dans ta vie, pas seulement celles qui importent pour toi comme ta sœur ou ta mère, mais toutes les femmes, comme les humains à part entière qu’elles sont. Encourage-les à donner leur opinion dans le travail d’équipe, choisis-les en premier quand vous créez les équipes dans le cours de sport, viens-leur en aide quand d’autres garçons leur font des problèmes au bar. Complimente les femmes qui parsèmeront ta vie pour leur vivacité d’esprit, leur sens de l’humour ou leur leadership.

Tu n’as aucune limite. Tu es toi aussi une force de la nature, mais tu le savais déjà, car des décennies d’hommes qui ont fait la loi te l’ont enseigné malgré eux. Je te le dis quand même:  tu peux réaliser absolument tout ce que tu veux. Que ce soit d’être ingénieur, charpentier-menuisier ou danseur.

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Mathilde Côté's Avatar
Mathilde Côté

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les gestes: plus éloquents que les paroles