Faits Vécus

Oh que matante ne s’est pas levée du bon pied ce matin. Je suis choquée pis j’ai décidé que c’est aujourd’hui que tout le monde allait y goûter. À vous, gens que je côtoie quotidiennement et qui me faites pogner les nerfs comme si c’était votre full time job: je me retiens chaque jour, de vous dire ce que je pense de vos conneries. Mais pas aujourd’hui. Je vous l’ai dit que matante était fâchée : VOUS ALLEZ Y GOÛTER!

Ainsi, j’aimerais dédier ce beau poème amer à toutes ces personnes dans ma vie qui contribuent à me mettre de mauvaise humeur. Ça va comme suit :

Hommage à toi, élève impertinent et effronté de mon cours de politique du lundi matin. Comme t’es beau à voir aller; à reposer les mêmes questions chaque semaine, à interrompre le pauvre professeur aux quinze minutes comme si t’étais timé, pis à bosser le chat du Zoom comme si t’essayais de mettre gestionnaire sur ton C.V. Tu m’inspires tellement. Tu m’inspires à retourner me coucher. J’aimerais donc que t’apprennes à fermer ta gueule parce que ça fait cher payer un cours l’université pour t’entendre parler. En tout cas, c’est pas que je t’aime pas, c’est juste que je t’aime pas pantoute.

Bonjour à toi, fidèle employé Starbucks. Tu ne t’attendais pas à ce que je fasse tes éloges ce matin, hein? On commence avec ta vieille voix nasillarde ou ton manque criant de professionnalisme? Juste entre toi et moi, on le sait bien que ça reviendrait moins cher pour moi d’investir dans une franchise que d’être à ta commande à l’auto chaque matin, mais merci de t’avancer sur le sujet et de me faire sentir cheap. Tu dois savoir de quoi tu parles! Quand je te regarde prendre trois minutes pour compter mon change, c’est vrai que t’as l’air d’être à l’aise avec les chiffres. À demain mon chum : même place, même heure, même erreur dans ma commande!

Oh hello, petite madame à l’épicerie qui ne respecte pas le sens des flèches. As-tu aussi de la misère avec ta gauche pi ta drette? Ce que je préfère c’est quand t’embarques dans mes bobettes parce que t’es pas capable d’attendre deux secondes que je tasse mon panier de devant tes conserves de bouffe à chat. Mais là il se passe quoi, madame? T’avais tellement l’air pressée d’arriver à la caisse avant moi, que je suis surprise de te voir aller. On jurerait que t’as la journée devant toé. Ça fait sa fraiche parce que ça refuse l’aide des emballeurs. Madame a sa méthode. Ça fait sa fraiche parce que ça tient son boute vu que les bleuets étaient moins chers dans le circulaire. Vieille batarnak. Ça parait que ton pain de viande est au four pis que tes programmes sont enregistrés. C’est pas subtil hein si je t’accroche avec mon panier?

Wow minute papillon! J’ai pas fini. Ce palmarès n’en serait pas un si je t’oubliais toi, voisin anonyme et désagréable qui marche au beau milieu de la rue à toute heure du jour et de la nuit! Je m’excuse d’avoir failli te rentrer dans les jarrets trois fois avec ma Jetta, mais je te jure que ça me surprend chaque fois autant que toi! J’espère que ça ne mettra pas de froid entre nous, parce que je commence tout juste à m’habituer à te regarder faire déféquer ton chien (rat?) sur mon terrain chaque matin. Pis ne commence surtout pas à ramasser sa merde, j’adore quand ça me passe entre les orteils! Je ne veux pas faire de jaloux, mais s’il fallait qu’il y ait une purge, tu serais le premier à qui je penserais.

Est-ce que je m’arrête là, ou je fais aussi ton procès, cher voisin d’en haut? Toi qui as toujours la face collée dans fenêtre comme si tu faisais de la pub pour Windex? J’ai toujours voulu te demander : c’est le destin qui te place sur mon chemin ou t’es juste fucking creep? Tu scrutes tous mes faits et gestes : quand je déneige mon auto, quand je pars, quand je reviens, quand j’ai de la visite. Tu me watch plus que Siri mon tannant! T’inquiètes, j’achève. Il me reste juste à te dire que tu me tapes sur les nerfs.

Bon, ce fût bien agréable de vous vomir ma frustration dessus, mais il faut bien que je m’arrête quelque part. Alors, j’aimerais simplement conclure cet hymne aux cons avec une courte phrase que m’a inspirée mon ex récemment : « ark ».

Merci d’avoir été là tout le monde!

-->
Un article de
Mélody Beaudin's Avatar
Mélody Beaudin

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

L’œuf clair, ou la lente désillusion - Partie 1