Faits Vécus

Lorsque j’ai atteint la majorité en janvier 2010, l’on me posait toujours la même question, à savoir : qu’est-ce que ça fait d’avoir 18 ans? À part voter, me procurer de l’alcool, sortir dans les bars et pouvoir aller au casino, je n’ai pas vu une grande différence entre mes 17 ans et mes 18 ans.

En effet, il n’y avait pas ce déclic dans ma tête qui me disait : Hey, tu as 18 ans, donc tu as maintenant plus de permissions qu’avant! Dire qu’à 18 ans, je disais encore à mes parents où je m’en allais et à quelle heure j’allais rentrer. J’ai eu ma première brosse à partir de 20 ans, alors que tous mes amis l’avaient déjà eu bien des années avant.

Source image : Unsplash

Avoir 18 ans vient à la fois avec liberté et responsabilité. Le problème étant que même si à l’époque, j’allais au CÉGEP et que j’ai eu ma première job, je ne sentais pas que j’avais atteint le fameux âge qu’est 18 ans. Parce que même si j’avais pu légalement déménager, je vivais encore chez mes parents. Je voulais évidemment avoir plus de liberté et essayer de ne pas avoir trop de nouvelles responsabilités (entre autres, je voulais encore qu’ils me fassent à dîner et à souper lorsqu’ils étaient à la maison). Mais, c’est surtout sur le côté social que je n’ai pas senti une évolution chez moi. Je ne l’ai ressenti que quand j’avais 24 ans, ou du moins quand ma mère blaguait en me disant que je sortais trop souvent de la maison.

Je dirais que de 18 ans à 23 ans, je sortais rarement de chez moi, à l’exception pour aller chez des amis. J’allais rarement dans les bars ou dans les clubs, parce que ce n’était pas des endroits où je me sentais bien. Je n’organisais pas souvent des activités avec mes amis : soit parce que je préférais qu’eux m’invitent à aller quelque part, soit parce que je voulais rester chez moi à jouer à Super Smash Bros, Assassin’s Creed, Call of Duty, ou à d’autres jeux du genre. Ce n’est qu’à partir de 24 ans que j’ai eu le besoin de sortir plus souvent de chez moi et que je rentrais beaucoup plus tard qu’avant. Non seulement j’avais réussi à me créer de nouvelles amitiés, mais en plus il y avait eu la sortie de Pokémon Go à l’été 2016. C’est la principale raison pourquoi je sortais de chez moi : mes amis et moi, on allait à différents endroits (principalement à Montréal ou à Salaberry-de-Valleyfield), pour parler de tout et de rien en même temps que de faire de l’exercice tout en capturant des Pokémons.

À 25 ans (soit l’été passé), j’ai pu vivre ma vie comme si j’avais atteint le chiffre magique qu’est 18 ans, mais à un autre niveau. En effet, je me suis rapproché d’un ami de la famille qui avait 17 ans, et il m’a invité à l’après-bal qu’il organisait chez lui. J’étais quasiment le seul adulte sur place, car les autres jeunes avaient de 16 ans à 18 ans. Malgré tout, j’ai eu tellement de plaisir avec ces jeunes que je sentais que je faisais partie de cette gang et que j’avais le même âge qu’eux. Au final, je me suis créé de nouvelles amitiés avec certaines de ces personnes plus jeunes que moi. Tout récemment cette année, on a fêté le 18eanniversaire de l’un de ces jeunes. Nous avons fait diverses activités, entre autre le Skyzone, aller au Casino ainsi qu’aux Danseuses. Même s’ils n’y avaient pas beaucoup de personnes de mon âge, je me sentais non seulement bien, mais également accepté dans une gang de jeunes qui ont en moyenne 18 ans.

Bref, on m’a parfois critiqué parce que certaines personnes jugent que je devrais me tenir avec du monde de mon âge. Toutefois, il faut dire qu’également, lorsque j’allais à l’université dans le programme de Communication, la plupart des étudiants que je côtoyais avaient environ de 20 ans à 22 ans en moyenne. De plus, certaines de ces personnes m’ont également invité à leurs partys de fête ou à diverses soirées. Cela fait donc des années que je me tiens parfois avec des personnes plus jeunes que moi. Pour ceux qui critiquent mes choix, je n’ai qu’une seule chose à leur dire : en amitié, l’âge n’a pas d’importance. Je tente de rattraper le temps perdu maintenant avant qu’il ne soit réellement trop tard. Même si j’ai 26 ans aujourd’hui, je le répète sans cesse : je suis un adolescent dans un corps d’adulte!

 

Source image de couverture : Unsplash

-->
Un article de
Jean-Michel Bélanger's Avatar
Jean-Michel Bélanger

Après avoir écrit ses pensées pendant plusieurs années sur son mur Facebook, Jean-Michel a décidé de rejoindre Le Cahier afin que ses idées et ses...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Entrer d’une porte et sortir de l’autre