Faits Vécus

Quand j’étais p’tite, on me répétait toujours cette phrase-là : tu vas voir, des vraies amies, ça se compte sur les doigts d’une main! Une main, genre juste 5 doigts? Are you crazy! Des amies, j’en ai toujours eu à l’infini. J’avais même des catégories d’amies : celles avec qui je feelais studieuse, d’autres avec qui je me sentais délinquante (oui oui, j’ai déjà joué à vérité-conséquence), celles avec qui j’aurais refait le monde et celles avec qui j’aurais potiné tous les soirs en buvant un thé slash 6 verres de vin.

AmiesSource image : Favim

Quinze ans et toutes mes dents plus tard, je me sens choyée d’avoir juste 5 doigts pour compter (OK, théoriquement j’en ai 10, mais on va faire comme si j’en avais juste 5). Thank God, y’avait une date d’expiration sur ces amitiés-là. Ça finissait en 2017.

Bougies d'anniversireSource image : Pixabay

Parce que c’était MON année chanceuse (26 ans le 26 janvier, la fille est ben spirituel tsé). Je me disais haut et fort dans ma tête que ça allait être l’année ou j’allais prendre des décisions pour MOI, l’année où j’allais être ma propre priorité. C’était un beau et surtout un gros projet. Je m’accrochais à une date précise pour tenir bon. Pis là, pense pas que j’ai commencé à jouer à pile ou face pour savoir qui j’allais éliminer de ma vie en premier. Vraiment pas. Tout s’est fait naturellement parce que j’étais rendue là, j’étais prête à croquer dans la vie avec mes dents, pas avec celles des autres. Des fois, on pense que rester dans notre zone de confort, c’est plus facile que quitter right? Sur le coup, tu veux pas perdre ces années d’amitié là parce que tu penses que tu es rendue où tu es en partie grâce à elles. Parce qu’à travers la recherche de ton identité (parce que oui, je te confirme que ça peut prendre ben du temps se trouver). Tu te perds, tu acceptes des situations, tu t’adaptes aux valeurs des autres pour être acceptée, tu changes ta vision de la vie et tu finis par devenir quelqu’un que t’es pas. Tout ça au nom de l’amitié.

Mais you know what girl? À un moment donné, tu regardes derrière toi pis tu es fière d’avoir fait un gros ménage du printemps. T’es fière parce que maintenant, t’es entourée de personnes saines que TU as choisies. Des personnes qui te ressemblent et avec qui tu referais le monde, mais cette fois-ci, en étant TOI.

 

 

-->
Un article de
Lawrence Morin-Poliquin's Avatar
Lawrence Morin-Poliquin

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Perdre une amie, ça fait plus mal que de perdre un chum