Mode & Beauté Style de vie

Ça vous arrive d’aller faire des courses et de revenir chez vous avec plein de choses INUTILES sauf les articles que vous deviez absolument acheter? Dans un autre cas, entrer dans un magasin, trouver le vêtement que tu veux, mais repartir avec trois fois plus de morceaux? Ça m’arrive tout le temps.

Ce feeling, c’est la même chose qu’un enfant qui arrive dans un magasin de jouets et que sa mère lui dit qu’il peut en choisir un seul, mais qui finalement repart avec trois. Quand tu aimes, c’est difficile de se contrôler. Pour un parent, il peut être délicat de résister aux demandes de son enfant, mais quand tu es un adulte, c’est toi qui décides quand il est temps d’arrêter.

Toutes les fois que je vais magasiner avec mes amies, j’ai en tête ce dont j’ai besoin. Il est tout à fait normal de trouver, mais de ne pas aimer le design ou le tissu. Dans une situation comme celle-ci, soit que tu ne dépenses aucun sou, soit que tu te gâtes et que tu trouves autre chose. Quand je rentre au Aritzia, par exemple, je pourrais décider de faire une folie et de dépenser plus que mon budget, mais je dois être réaliste. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas cette boutique, la moyenne de prix est d’environ 150$. Il m’arrive d’avoir de l’adrénaline et de faire « tant pis », j’achète ce joli chandail qui vaut 200$. Achat compulsif ou quoi ?

différentes cartes de créditssource image : Unsplash

Plus récemment, je sais qu’il me faudrait des petites culottes. Mais l’affaire est que c’est tellement de base comme achat que jamais je reviens d’une séance magasinage avec des petites culottes. À quelle fréquence sommes-nous supposés changer nos sous-vêtements? Je n’en ai aucune idée. Pour être honnête, ça doit faire quelques années que je n’ai pas fait de dépense dans cette catégorie vestimentaire. Bien évidemment que les plus vieilles et amochées, je les ai jetées. Il reste que le besoin est là, mais l’envie n’y est pas. Je suis consciente que si je me déplace pour ça, je ne pourrai m’empêcher de consommer ailleurs.

C’est maintenant que je dois me poser la question « Quoi faire pour arrêter de dépenser inutilement? ». Ce n’est pas toujours le cas, car je sais qu’en fin de compte, mes nouveaux vêtements, je les choisis en conséquence de la température, mais certaines « bébelles », je pourrais m’en passer.

J’ai donc décidé de trouver des solutions à mon problème, voici quelques idées*!

Mettre une limite quotidienne sur sa carte de crédit

Pas bête comme idée. Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt? Il suffit d’aller voir sa banque et le tour est joué. C’est sûr que présentement il n’y a pas énormément de dépenses à faire, mais vous pourriez être surpris du montant que j’ai dépensé depuis le début de la pandémie.

Ne pas utiliser sa carte de crédit, mais bien débit

En utilisant sa carte débit, il sera moins tentant de dépenser des centaines de dollars. Pourquoi? Parce que l’argent sort immédiatement de ton compte. Tu n’auras pas à te dire « je peux dépenser autant que je veux, de toute façon, je n’ai pas à rembourser tout de suite. » Cette phrase force justement à ne pas se limiter. Pourquoi ne pas aussi utiliser l’argent comptant? Certains endroits acceptent les billets, donc sors-toi un certain montant et quand tu l’auras tout dépensé, ce sera la fin de ta sortie magasinage. Aussi simple que ça.

Faire un budget pour ses sorties globales et LE RESPECTER

Pour plusieurs personnes, cette idée fonctionne à merveille. Pour d’autres, il est plutôt difficile de s’organiser et de se contrôler. Pour ma part, je ne suis même pas capable de m’organiser dans mes propres affaires, alors imaginez lorsque vient le temps de me faire un budget. Mais je veux faire un effort!

Magasiner en ligne AVANT

Il sera beaucoup plus facile, par la suite, de savoir exactement quels morceaux tu as besoin. Tu seras déjà exposé à ce qui se trouve en magasin, alors ton magasinage va se faire plus vite et tu seras moins porté à dépenser, étant donné que tu sais ce que tu veux.

source image de couverture : Unsplash 
-->
Un article de
Florence Lyonnais's Avatar
Florence Lyonnais

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Projet #metoo : Admettre qu'on fait partie du problème, c'est le premier pas pour le changer