Bébé & Cie Faits Vécus

Tic-tac déjà 30 ans! Est-ce que ton horloge interne sonne?

J’ai eu 30 ans l’an dernier. Toute ma jeune vie je m’étais dit que je ne voulais pas d’enfants. J’ai toujours aimé les enfants, mais à certains moments de ma vie, soit je voulais continuer de profiter de la vie au max et je n’étais pas prête, soit j’étais avec un gars qui ne me donnait pas le goût de fonder une famille tout simplement.

Puis les années passent. Tu commences à voir tes amies avec de belles bedaines, des poussettes et les bras remplis! Tu les trouves radieuses et tu passes ton temps dans les magasins pour enfants, essayant de dénicher le morceau le plus « cute » de l’univers à donner en cadeau. Tu commences à ce moment-là à te poser des questions. Est-ce seulement le type de vie que j’ai eu qui fait en sorte que je n’en suis pas là? Peut-être que les mauvaises décisions que j’ai pu prendre ont changé ma trajectoire et c’est pour cette raison que je suis en couple sans enfants?

source image: pexel

Parce que, comme on dit, l’horloge biologique commence à sonner. J’ai encore le temps, je n’ai que 30 ans. J’aimerais que tout soit parfait, que je puisse avoir une maison dans laquelle je pourrais les voir grandir. J’imagine que si nous attendons le moment parfait, il y a des bonnes chances que cela ne se produise jamais. Mais ai-je le goût de commencer à élever des gamins à 36 ans le temps que je me décide? Parce que pour être franche j’y pense souvent. Étant de nature anxieuse, vous pouvez vous imaginer tout ce à quoi je peux penser. Il y a des jours où si j’apprenais que j’étais enceinte je sauterais de joie. Ça me donnerais un nouveau type de bonheur et je donnerais tout l’amour que j’ai à ce petit être. Parce qu’aimer une personne de cette façon te donne des rides, te fais manquer de sommeil mais le tout se transforme en un sentiment excessif de joie qui sera toujours trop difficile à expliquer à ceux qui ne veulent pas d’enfants.

Puis il y a les autres jours. Ceux où juste l’idée d’avoir un « kid » me fait paniquer. Est-ce que j’en serais capable? Est-ce que je suis faite pour ça, serais-je une bonne mère? Est-ce que nos salaires seraient suffisants afin d’élever un enfant heureux, entouré d’amour et qui ne manque de rien? Est-ce que c’est si nul d’avoir un bébé dans un 5 et demi? Parce qu’à 30 ans, il est temps de penser sérieusement à ce que je veux dans la vie. Et encore là, il manque un petit quelque chose. Pourquoi cette urgence ne m’a pas encore frappée? Je suis bien avec mon chum, ça fait plus de quatre ans que nous sommes ensemble. L’idée d’en parler me remplit de joie, mais il me manque cette petite chose dans ma tête qui me pousse dans le vide en me disant « Ça va bien aller, t’en fais pas avec ça! Ça va se faire tout seul, il n’y a pas de manuel pour éduquer un enfant, tu feras de ton mieux! ».

Donc pour l’instant la vie continue. Je me dis parfois que si je suis due pour en avoir, ça va se faire tout seul. Que ça ne sert à rien de se mettre une telle pression pour quelque chose d’aussi important que d’avoir un enfant. Puis si la vie me réserve autre chose et en décide autrement, et bien ce sera ça.

source image couverture: pexel
-->
Un article de
Julie Verreault's Avatar
Julie Verreault

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Polonaise et Bengali: dans les yeux des autres...