Faits Vécus Sport & Santé

Ceux et celles qui me connaissent depuis des années savent que j’ai toujours été un grand fan de lutte. Ça commencé avec le jeu WWF Attitude sur la Nintendo 64, puis ça continué avec l’émission de télévision WWE Raw lorsque j’avais 11 ans (ainsi que d’autres émissions de lutte par la suite). Dès lors, j’avais trouvé une passion si forte que c’était ce qui passait en premier avant toute chose. Regarder la lutte le lundi soir était, pour moi, comme une religion à laquelle j’étais complètement absorbé. J’aimais beaucoup regarder ce sport à la télévision, surtout parce que je me disais que c’est ce que je voulais faire de ma vie.

Des lutteuses sur un ring lors de WWE RawSource: Wikipedia

La lutte était tellement une grande passion pour moi que je me suis inscrit à des cours de lutte lors de mon adolescence. Je voulais reproduire les mêmes prises ce que mes lutteurs préférés faisaient. Je voulais devenir une superstar de la WWE. Peu importe ma taille ou mon poids, je voulais faire de ma passion principale mon métier de tous les jours. Même que dans mon album des finissants, c’est écrit que mon métier de rêve était de devenir lutteur professionnel.

Une dizaine d’année plus tard, c’était toujours encore le cas. Je n’avais pas changé d’idée et mon plan de vie était assez clair. Il faut avouer que j’étais une personne plutôt timide et que je n’avais pas beaucoup d’amis (juste quelques-uns, mais c’était suffisant pour moi). Ce n’est qu’à partir de 24 ans que j’ai eu besoin de voir plus souvent mes amis. Comme j’ai expliqué dans un précédent article, l’une des raisons pour lesquelles je sortais plus souvent de chez moi était à cause du phénomène planétaire Pokémon Go. C’est comme si je trouvais cela plus intéressant d’aller capturer des Pokémons et de passer du temps avec mes amis que de rester sur le divan et regarder la lutte à la télévision.

Aujourd’hui, la lutte reste l’une de mes passions principales. Toutefois, je ne suis plus autant accroché qu’autrefois et ce n’est plus le métier que je veux faire. Pour faire un jeu de mots avec les Pokémons, j’ai évolué. Je n’ai plus besoin d’être autant seul que lors de mon adolescence. Si mes amis souhaitent jouer à Gartic Phone ou à Among Us un vendredi soir, il est fort probable que je vais jouer avec eux plutôt que de regarder la lutte à la TV. Si on m’invite à un party ou à aller quelque part, c’est quasiment sûr que je vais accepter la proposition. Après tout, on n’a qu’une vie à vivre.

Deux personnes debout sur un carrelage grisSource: Unsplash

Je ne sais pas exactement ce qui a causé la perte de la passion profonde que j’avais pour la lutte. Tout ce que je sais, c’est que ma vie a pris un nouveau tournant lorsque je suis devenu adulte, vers la mi-vingtaine. Je crois que je reste quand même une personne introvertie. Mais, ça ne change en rien qui je suis réellement. Oui, j’ai décidé de tasser ma passion pour voir plus souvent mes amis et pour passer le plus de temps de qualité avec eux. En amour comme en amitié, j’ai besoin de voir que l’on s’intéresse à ma présence. Je veux ressentir que je suis une personne importante à leurs yeux, tant que je reste moi-même.

 

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Jean-Michel Bélanger's Avatar
Jean-Michel Bélanger

Après avoir écrit ses pensées pendant plusieurs années sur son mur Facebook, Jean-Michel a décidé de rejoindre Le Cahier afin que ses idées et ses...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Le jour où j'ai réalisé que j'étais ma seule alliée