Faits Vécus

Il y a de cela un an, je suis allée me faire tatouer. Alors que la plupart des filles que je connaissais optaient pour des tatouages délicats et féminins comme des fleurs, une envolée d’oiseaux ou des phrases cute, moi j’ai opté pour un cactus sur le côté du sein. J’ai eu une bulle un soir et je me suis dit « this is it ».

Attention, ce qui suit révèle mon côté « quétaine », vous serez avertis !

Je trouvais que le cactus avait des propriétés que j’admirais. Une plante forte et robuste qui pousse et résiste dans les pires conditions, comme le désert par exemple. Ses épines le protègent contre les animaux, les changements de températures extrêmes (les nuits glaciales et les puissants rayons UV). Ce simple petit tatouage banal allait me rappeler que j’étais résiliente au travers des diverses épreuves que la vie allait me lancer, me suis-je dit.

cactus vert épines fond blancSource image: Unsplash

Puis me voilà, exactement un an plus tard, à contempler celui-ci dans le miroir, en tentant de m’accrocher à sa signification, en naviguant ma première rupture amoureuse survenue de façon si inattendue. J’en suis venue à rire de moi-même en me disant « Coudonc, tu es dont bien naïve d’avoir pensé que ce petit dessin au niveau de ta brassière t’inspirerait à être plus forte ».

Après tant d’années passées avec quelqu’un, il faut comprendre que la séparation se vit comme une forme de deuil. On ne peut jamais être prêt.e à cela, à part peut-être si nous l’avons déjà vécue. J’avais tellement mis d’énergie dans mon couple. Au début, je me croyais noyée dans un cauchemar.

Cependant, il est vrai que le temps arrange les choses. Malgré ses difficultés, j’ai réalisé tout le côté positif que m’apportait cette nouvelle vie. C’est le moment là ou jamais de travailler sur moi, même si cela paraît cliché dit ainsi.

Malgré tout l’amour que j’avais pour lui, je n’étais pas parfaite, loin de là. Personne ne l’est. En très peu de jours, j’ai réalisé certains éléments sur lesquels je devais travailler. J’ai déjà fait énormément de progrès, puis continuerai d’en faire. Je travaille sur ma confiance personnelle, j’apprends à voir davantage le positif dans certaines situations, je me suis rapprochée d’amies avec lesquelles cela faisait longtemps que j’avais été contact, j’apprends à m’aimer, à être forte sans avoir à me faire valider par quelqu’un d’autre. J’apprends à être plus douce, autant avec les autres qu’envers moi-même.

Dans les chapitres plus ardus de la vie, il faut apprendre à se recentrer et apprendre à se donner soi-même l’amour que les autres ne sont pas prêts à nous donner ; se compléter soi-même. J’ai envie de développer mon indépendance.

Encore une fois, au risque de paraître « quétaine », je t’invite à tirer le positif, toi aussi, des défis que la vie te lance. Car il y en aura tout plein ! Que ce soit des deuils, des déceptions amoureuses, amicales ou familiales, des difficultés de carrière, ou autres. Ces épreuves servent toujours à nous tirer des leçons. Laisses-toi le temps d’accepter et de vivre tes émotions, puis apprends à devenir résilient.e, fort.e et de plus en plus inébranlable.

Tel un cactus dans le désert résistant aux pires intempéries. 

cactus fleurs arizona désert vertSource image: Unsplash
-->
Un article de
Sabrina Bélanger's Avatar
Sabrina Bélanger

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Le respect de son corps sur les réseaux sociaux