Style de vie

Je vais avoir bientôt 24 ans. J’en suis à ma 5e année universitaire. Et tu sais quoi ? Chaque jour j’ai envie de faire un métier différent. Quand j’étais au secondaire, j’avais le goût de devenir prof. Mon père étant enseignant au secondaire, j’ai toujours baigné dans cette routine. Le film Payer au suivant n’a fait que rendre mon objectif plus clair. Je voulais être ce prof qui allait changer la vision des élèves. Mais après avoir été le beau-père de Trevor, Kevin Spacey a été accusé d’agression sexuelle et il a perdu son poste de président à la Maison Blanche. Vous allez me dire que je mélange des affaires, fine. Mais ça m’a laissé un goût amer et j’ai changé d’idée quant à la profession.  Oui, oui. Après deux ans et demi en Enseignement en Adaptation scolaire et sociale, je me suis dirigée vers la Psychologie. Ce n’est pas complètement de la faute de Kevin mais j’ai dit que ce l’était quand j’ai annoncé mon changement de carrière à mon père. Oups.

À lire aussi : Des métiers inusités

Après quatre sessions complétées en Psychologie, j’ai passé par toute sorte de métiers. Aucun farfelu mais tous plus différents les uns des autres. Psychologue, orthophoniste, travailleuse sociale, psychoéducatrice et j’en passe. Je ne vous parlerai pas de la période sombre que j’ai vécue quand je voulais être agente des services correctionnels. Je vous épargne les détails mais je n’ai pas écouté la deuxième saison d’Unité 9 ni d’Orange is the new black, je me sentais trop influençable. J’ai aussi voulu être chanteuse mais quand j’ai su que mon neveu m’avait filmée à mon insu pour rire de moi avec ses amis, j’ai mis un frein sur le projet. Maintenant ? J’hésite entre une maitrise en relations internationales et un baccalauréat en droit. Demain, probablement que je vais écouter l’émission Découverte sur David St-Jacques et je vais avoir le goût d’être astronaute. On le sait tous qu’avec sa voix suave, Charles Tisseyre peut être très persuasif.

J’ai 24 ans, toutes mes dents et je suis mêlée comme une poignée de clous. Je plains mon chum qui en voit passer des vertes et des pas mûres. Comment les personnes de 22 ans font pour avoir une maison, un fœtus dans le ventre pis un pick up de l’année en exerçant leur métier de rêve ? Est-ce que j’ai manqué la bonne sortie sur l’autoroute de la vie et que là, je m’enligne pour un roadtrip sans carte routière avec moins d’un quart de tinqué?

Oui, certaines personnes me disent qu’il n’y a pas d’âge pour trouver son métier de rêve. Il y en a aussi qui me disent que je devrais me brancher bientôt et que ça commence à me coûter cher. Mais je ne leur parle plus. Qui a besoin de ce genre de négativité dans sa vie, right ? Bref, en attendant, j’accumule les expériences de bénévolat, d’emplois à temps partiel dans divers domaines tout en étudiant à temps plein en espérant qu’un jour, je mette le doigt sur LE métier dont j’ai toujours rêvé inconsciemment. Je croise les doigts que ça se produise avant l’envol du Romano Fafard le 28 octobre 2034…

 

Source image de couverture : Unsplash.com

-->
Un article de
Sophie Bouchard's Avatar
Sophie Bouchard

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Le Cahier 2018 : top 10 des meilleurs articles de l'année