Style de vie

Avec ce confinement qui nous cloue pratiquement à la maison depuis ces dernières semaines, le temps que nous passons devant la télé n’est pas du tout négligeable (du moins c’est le cas pour moi, je ne sais pas pour vous). La chose positive dans tout ceci? C’est que ce temps, que j’ai soudainement en plus, m’a permis de rattraper une partie du retard que j’avais pris sur mes séries télé depuis les dernières années. C’est ainsi que je suis tombé sur Stranger Things, suite aux conseils de ma jeune sœur.

Série que j’ai adorée! Si vous n’êtes pas fan de science-fiction, de fantastique, d’horreur, de drame et de suspense… et bien les chances sont quand même grandes que vous aimiez la série, pour essentiellement trois raisons. Voici pourquoi.

C’est une histoire qui retient l’attention

Si vous pensiez regarder le premier épisode juste avant de vous endormir, et bien sachez que vous venez de repousser l’heure que vous vous étiez fixé pour aller au lit! Dès la fin de celui-ci, vous aurez probablement envie de connaître la suite assez rapidement. Et ce sentiment général de vouloir regarder tout de suite l’épisode qui suit persiste bien sur l’ensemble des trois saisons.

Le script est bien ficelé et, fait important, le nombre d’épisodes par saison est bien limité. Ce qui fait qu’en matière de suspense et de drame, rien n’est trop étirée. Une bonne série homogène, avec peu de moments creux.

On s’attache grandement aux personnages

Stranger Things, c’est avant tout l’histoire d’un groupe de quatre petits garçons d’une douzaine d’années. Un groupe d’amis dont vous souhaiteriez absolument faire partie, même étant plus vieux aujourd’hui! Des parties de Donjons et Dragons des plus endiablées qui ne finissent jamais, membres d’un club de jeunes geeks scientifiques à l’école, toujours en quête d’un mystère à résoudre, d’un scoop à dévoiler (et pas n’importe lesquels dans cette petite ville fictive de Hawkins), ces quatre mousquetaires ne s’arrêtent jamais!

On voudrait bien vivre tout ceci avec eux.

Mis à part le groupe des quatre fantastiques que rien ne semble pouvoir séparer, la série présente d’autres personnages qui sont tout aussi attachants: El, avec ses impressionnants pouvoirs (et sa faim sans fin pour les Eggos!); Jim, le chef de police de la petite ville, on ne peut plus charismatique et avec qui on prendrait un verre n’importe quand; Maxine, la petite rouquine espiègle qui nous fait rappeler une partie de nous lorsque nous étions plus jeunes; et bien d’autres que je vais vous laisser découvrir tout au long de la série.

Stranger Things Netflix sérieSource image: Facebook – Stranger Things

Un hommage aux années 80

Des personnages envers lesquels on s’identifie facilement, une histoire qui nous tient en haleine constamment, mais surtout un ensemble accompagné dans un décor des années 80 des plus nostalgique. Déjà, la façon dont les épisodes sont filmés n’est pas sans rappeler les bons vieux classiques du genre des eighties, notamment Poltergeist de 1982. Mais ce n’est pas tout: les maisons à l’intérieur de bois, les téléphones accrochés aux murs avec longs fils, les grosses voitures, l’émergence des centres d’achats… Aucun détail n’a été épargné par les frères Duffer pour ce retour dans le passé.

Et que dire de la trame sonore! Probablement une des meilleures ayant été entendue pour une série: The Police, Corey Hart, Olivia Newton-John, Madonna, Cyndi Lauper pour nommer que quelques-uns.

Et juste pour cela, la série Stranger Things vaut la peine d’être écoutée. Vous ne serez pas déçus!

Je vous laisse avec un clip de chanson que l’on retrouve dans Stranger Things:

-->
Un article de
Nabil Belhassen's Avatar
Nabil Belhassen

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Antiracisme: quelques balados à écouter