Faits Vécus

Je ne sais pas trop d’où nous vient cette croyance. Peut-être du temps de la préhistoire quand on se séparait les résultats de notre chasse? En 2020, j’ignore pourquoi l’on pense encore ainsi. Si quelqu’un a plus c’est que moi j’ai moins. Euh… ce n’est pas du tout fondé ça! Beaucoup trop de femmes et aussi d’hommes se comparent entre eux. Et il n’y a pas si longtemps, j’étais dans le même bateau. On essaie vraiment de ne pas le faire, de ne plus le faire, mais la société étant ce qu’elle est, on se regarde et on se scrute, pas à peu près. Souvent, c’est d’abord basé sur l’apparence physique puisque c’est la première chose que l’on voit, puis c’est aussi ce qui est mis à l’avant-plan sur les réseaux sociaux. Mais honnêtement, le problème de comparaison s’étend pas mal plus loin que ça et il est même plutôt généralisé je dirais : des possessions, une carrière, une relation…

Une journée, mon chum et moi, on est au gym et on voit une belle fille vraiment en « shape » passer. Situation assez fréquente quand tu t’entraînes au ProGym. Donc, on la regarde tous les deux. Pas de secret, on se chuchote : « Wow! Elle est en forme en taaa. » Et là, petit pincement au coeur, je me dis que je suis moins belle, puis moins en forme que la « chix » qu’on vient de voir passer. Avec du recul, je trouve ça vraiment ridicule mon affaire, mais n’empêche que sur le coup, je me sentais quand même moins. Moins qu’elle. Parce que je la trouve plus, moi je suis moins. Quand mon côté rationnel s’y met, ça prend littéralement 30 secondes puis je me rends compte que la théorie ne tient absolument pas la route. Ce n’est pas parce que la fille est belle et en forme que t’es moins belle et en forme. Sa beauté ne t’enlève rien à toi. La beauté et la « shape » ne sont pas des ressources limitées! Le succès et l’amour n’ont plus d’ailleurs! Il n’y a pas un nombre total de 100 points à se distribuer entre nous. Ce n’est pas 70 points pour elle, puis les 30 restants pour toi. La preuve, combien de nouvelles instamodèles on voit passer sur Instagram tous les jours? Il en pousse tous les jours des jolies filles et ça ne nous rend pas moins belles! Chaque fois qu’une nouvelle « instababe » gagne 10K abonnés, ton nez ne crochit pas! La vie n’est pas une pizza séparée en pointes inégales! On est toutes entières, puis on a toutes des garnitures différentes.

femme dos musclé gymSource image: Unsplash

Quand est-ce qu’on va arrêter de se comparer en se disant qu’on est plus ou qu’on est moins? Est-ce qu’on peut juste se trouver belles et entières entre nous? Ton amie est un 10/10? Sérieusement, pourquoi tu serais moins belle? Notre regard est si autodestructeur lorsqu’il sert à se comparer. Ce discours-là, on est les seules à le connaître et à pouvoir se l’admettre. Et par défaut, on est aussi les seules à pouvoir le changer. Au moment où j’ai compris que je n’étais pas en compétition avec les autres filles, je me suis sentie tellement libre. Une pression immense s’est dissipée. Une pression que nulle autre que moi s’était infligée. Une pression qui blâmait les autres pour MES insécurités. C’est comme si je m’étais sortie d’une « game » où j’étais la seule à jouer et dans ce cas, la seule à perdre. Fini le sentiment d’infériorité non justifié. On n’arrête pas de se faire dire qu’on est toutes différentes puis qu’il ne faut pas se comparer. On le sait bien, mais on l’a toutes quand même déjà fait. « Walk the talk? » J’entends encore ma mère : « Arrête de comparer des pommes avec des bananes! » C’est ancré en nous depuis toutes jeunes et même parfois plus vieux. Pensez au fameux voisin de vos parents qui s’est fait creuser une piscine…au fond, tant mieux pour lui, j’espère qu’il va vous inviter!

Maintenant, je nous vois comme un « team », une équipe et ça me rend même fière quand je vois une femme réussir. Une femme entrepreneure qui fait 100 000$ par année : « You go girl! » Une fille super en forme, qui rayonne : « That’s it girl! Continue à prendre soin de toi, ça te va bien! ». Je me sers du succès de mes consoeurs pour me dire que c’est possible d’y arriver. La vie n’est pas une compétition, il n’y a pas de meilleures places que d’autres. On a chacun notre chemin, on avance à notre vitesse, on peut donc toutes être première de notre propre course. Lorsque celles que tu pensais tes adversaires deviennent tes coéquipières, je te promets que ça change une vie puis qu’ensemble on avance tellement mieux.

#girlpower

girls rule bas talons hautsSource image: Pexels
-->
Un article de
Marilyne Laframboise's Avatar
Marilyne Laframboise

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Rencontre avec la députée indépendante de Marie-Victorin, Catherine Fournier