Faits Vécus

Est-ce que tu as déjà essayé d’aider quelqu’un ou être présent pour lui/elle… sans succès? Pas dans le sens que malgré ton écoute et ton épaule comme exutoire pour sa peine, vous n’avez pas réussi à lui redonner le sourire… Non non. Je te parle de quelqu’un qui ne semble pas désirer de ton aide ou de ta présence plus qu’il ne le faut. Que ce soit un membre de ta famille, un ami, un collègue, une personne que tu estimes fortement ou simplement quelqu’un qui ne t’ai pas indifférent, que sommes-nous supposés faire lorsque ça arrive? Doit-on laisser tomber ou plutôt persévérer? Doit-on vivre ça comme du rejet et le prendre personnel…

Ça m’est arrivé quelque fois. Différentes situations, contextes. J’ai encore de la difficulté à lâcher prise, me dire «qu’est-ce que je peux y faire?» et continuer de marcher la tête haute. Sans trop y penser et à force, me virer le cœur ou la tête à l’envers.

Ça peut devenir lourd. Comme dans très lourd. Car, c’est essayé d’être présent dans la vie de quelqu’un qui ne semble pas en avoir autant envie que toi. J’te vois venir… Mais non, il est pas question de «Friendzone» ici. Ce ne sont pas des situations d’amour dont j’te parle là. J’appellerais plutôt ça le «Connaissancezone». Tu voudrais devenir important pour l’autre, être présent pour lui/elle. Lui apporter soutien, réconfort, écoute, respect. Mais tu remarques qu’à chaque fois que tu t’approches, il/elle te repousse tranquillement. Que tout ce que tu voudrais (ça peut sonner cul-cul dis de même) ce serait d’être son ami(e). Rire, discuter des bonnes et moins bonnes choses, de progresser ensemble, grandir. Avoir une belle complicité remplie de moments légers, enfantins. Et d’autres moments plus profonds, plus cruciaux à votre cheminement personnel à chacun. Une belle amitié, quoi?! Et, ça t’ait déjà arrivé, à toi, de sentir que l’autre ne te laissait pas être cette personne là pour lui/elle? D’y penser en te disant «Non mais pourquoi j’essaie encore d’être présent(e)!?», mais que dès que l’autre a un soucis, avoir envie d’être là?

 

Faudrait réussir à focaliser notre énergie et nos efforts sur les gens qui semblent être reconnaissants de notre présence dans leur vie. D’accepter d’être une connaissance amicale pour quelqu’un et de lui accorder le même titre en retour. (Ou rien) D’analyser un peu mieux les réponses et réactions que l’on obtient suite à nos gestes amicaux et prioriser les gens qui les apprécient. C’est bien de vouloir être présent, de vouloir aider l’autre et tout… Mais si la personne en question ne veut pas de ce que tu as à lui offrir, de savoir se retirer.

-->
Un article de
Claude's Avatar
Claude

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

«Juste amis»