Écoute-moi bien, parce que je vais t’expliquer la notion de consentement. 

C’est pour toi que je le fais. Et un peu pour moi aussi.

Le consentement, c’est le désir et l'envie d’une fille de se rapprocher de toi, à son niveau, à son rythme, et tout ça, dans le respect de ce qu’elle est. Le consentement, c’est une question de respect. Le respect du corps et de l’esprit de la femme. Ça demande du cœur, de l’intuition et de la maîtrise de soi.

Est-ce que tu te maîtrises, Jean-Philippe? Ça, il y a juste toi qui le sais. Est-ce que tu maîtrises le fait que le corps d’une fille lui appartienne uniquement et que tu n'as aucun droit ni pouvoir sur lui? Est-ce que tu maîtrises le fait qu’en tout temps, tu es un simple invité auprès d’elle. Est-ce que tu maîtrises le fait qu’elle peut refuser tout ce qui émane de ta part, du plus beau au plus laid?

Pour vraiment saisir le consentement, il faut que tu réalises que la femme est un être humain, exactement comme toi.

Qu’elle mérite de vivre librement et à l’extérieur de toi. À l’extérieur de toi, Jean-Philippe! Saisis-tu bien le sens de cette phrase? Je le répète, elle ne t’appartient pas. Elle a tous les droits sur ses désirs, ses envies et sa beauté. Elle n’existe que pour elle. Elle n’existe pas à travers ton regard. Elle a le droit de ne pas t’aimer, de ne pas te désirer et surtout de ne pas vouloir se rapprocher de toi. C’est son droit, Jean-Philippe.

Es-tu capable de vivre avec ce fait-là, Jean-Philippe? Que tu n’es pas tout-puissant auprès de la femme! Que tu n’es pas l’être absolu à qui l’on doit tout. Tu es juste un humain, Jean-Philippe, parmi tant d’autres.

Il y a les hommes connectés à leur essence et il y a les autres.

Ceux qui sont déconnectés et qui croient que tout leur est permis et accessible, de l’âme au corps d’une femme.  Ils hurlent comme des loups au moindre signe de rejet et décharge leur violence sur tout ce qui bouge. Les hommes connectés à leur essence respectent la femme entière et l’aiment pour ce qu’elle est intérieurement tout en honorant leur beauté extérieure. Ils comprennent qu’ils ne sont pas le centre de l’univers et ils ne veulent pas l’être non plus.

Les hommes conscients, Jean-Philippe, aiment les femmes libres, sauvages et qui ont confiance en elle. Ils ne veulent pas la posséder. Ce qu’ils veulent, c’est la propulser toujours plus haut. L’amener toujours plus haut pour qu’elle brille toujours plus fort.

Parce que tu as ce pouvoir-là, Jean-Philippe, c’est le seul que tu as d’ailleurs : faire briller la femme. L’honorer. L’honorer dans toute sa féminité, sa grandeur d’âme, sa beauté et sa générosité. Honorer une femme, c’est respecter qu’elle puisse nous rejeter. C’est écouter sa petite voix lorsqu’on sait qu’on est en train de la blesser à l’intérieur ou à l’extérieur, Jean-Philippe. As-tu une âme Jean-Philippe? Alors, prouve-le-moi!

Source de l'image : Éloïse Denis

Je vais te faire ça simple, avant de passer à l’acte :

  • Demande-toi si tu honores la femme devant toi.
  • Demande-toi si ce que tu fais la rend plus belle et plus forte.
  • Demande-toi si tu l’aimes réellement et si elle est libre en ce moment même.

Et finalement, une dernière chose, rappelle-toi que non, esti, c'est non!

Source de l'image de couverture : Seventeen Magazine

Les plus populaires

Accueil