Faits Vécus

J’ai l’impression de voir ma vie me défiler sous les yeux. Souvent mon corps est présent, mais mon esprit, lui, est constamment absent. Il est prisonnier de mes pensées, de mes rêves. Prisonnier du possible. Prisonnier de l’impossible.

J’ai l’impression de rester sur la touche sans vraiment poser d’action. J’ai tendance à vouloir, sans ne jamais essayer. Je débute mille et un projets, que jamais je ne vais terminer. Je rêve sans ne jamais réaliser. Finalement, j’existe. J’existe sans ne jamais vraiment vivre.

C’est comme si j’en voulais toujours plus. Tellement plus que ce dont j’ai réellement besoin. Et je m’en rends malade. Je m’en rends malade à un point tel que j’en oublie de vivre, de m’amuser, de me laisser aller. C’est là qu’on réalise à quel point l’insouciance de notre enfance nous manque. C’est là qu’on comprend réellement le sens de l’expression « Pas besoin d’être riche pour être heureux ». C’est là que l’ont s’aperçoit que nos 3000 amis Facebook ne seront jamais présents dans les épreuves difficiles de la vie. C’est là que l’on se rend compte que le bonheur ne se résume pas à de simples photos superficielles légèrement trop retouchées.

enfant, forêt, soleil, champs

Source image : Unsplash

Au fond, je crois que tout ce qu’il me faudrait, c’est une pause.

Oui, oui, une pause.

J’en ai besoin. Tout le monde en a besoin.

Je veux prendre une pause de toi. Je veux prendre une pause de nous.

Je veux prendre une pause des faux sourires. Je veux prendre une pause des hypocrites.

Je veux prendre une pause du monde. Une pause de la vie tout court.

Créez-moi donc une télécommande, je vous en prie, que je pèse enfin sur le pause de ma vie.

Je mettrais le tout sur pause et je partirais. Je partirais très très loin. Je vivrais pour vivre. Point final. Et non pas seulement pour exister. Parce que là, c’est comme si j’étais malade en dedans. Mon moi intérieur pourrit. Je me sens vide. Est-ce que c’est vraiment ça la vie? Vivre dans cette routine monotone? Vivre dans le même rythme que tout ceux qui nous entourent? Et si j’ai envie de prendre des risques? Et si je veux voyager ? Et si je veux voir jusqu’où ma curiosité peut me mener?

Je crois que je n’ai simplement plus le goût de me réveiller chaque matin, en me demandant qui je suis, où plutôt ce que je fais ici.

Je veux enfin la mettre sur pause ma vie.

Prendre un aller simple, direction : de nouvelles aventures. Celles que je raconterai à mes futurs mini-moi.

Mais si au fond, depuis tout ce temps, ma vie était déjà sur pause. Peut-être qu’elle attend seulement que je la mettre enfin sur play?

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Marie-Soleil Lavoie's Avatar
Marie-Soleil Lavoie

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Lettre aux héros obscurs de mes succès