Faits Vécus

Encore un autre meurtre…

Encore une autre femme qui périt aux mains d’un homme… même deux femmes… une mère et sa fille…

Encore d’autres féminicides… portant le total à cinq au Québec en moins d’un mois…

Quand ces crimes cesseront-ils?

femme, main au visage, libre, ciel, blancSource image: Unsplash

Quand les femmes cesseront-elles d’être opprimées, utilisées, bafouées, battues, diminuées, insultées, tuées?

Quand les femmes seront-elles enfin vues pour ce qu’elles sont réellement; des êtres égaux?

Quand les femmes pourront-elles se promener librement sans avoir à se retourner machinalement toutes les deux minutes par peur d’être suivies, agressées, violées, laissées pour mortes?

Quand les femmes pourront-elles s’affranchir au travail et évoluer au sein d’une compagnie de par la reconnaissance de leurs compétences?

Quand les femmes pourront-elles s’affirmer dans leurs relations amoureuses sans avoir peur de se faire museler, de se faire battre, de se faire enlever la vie?

Quand les femmes pourront-elles dire NON haut et fort sans avoir peur des représailles, sans se faire dénigrer, sans avoir peur d’être jugées?

Les femmes pourront faire tout cela quand les hommes seront respectueux…

En tant qu’homme, je vis une colère immense quand je vois d’autres hommes aller aussi loin que de commettre un féminicide, car, entendez-moi bien, AUCUNE raison ne peut expliquer ou justifier un tel geste. Je ne suis pas en mesure de comprendre comment un homme peut en arriver à poser un geste irréversible. Un geste d’une violence inouïe. Un geste d’une brutalité sans égale. Un geste impardonnable. Un geste lâche.

Messieurs,

c’est à nous de gérer notre colère adéquatement, de parler avec des mots empreints de respect et non pas par le biais d’agressions verbales, sexuelles, économiques, physiques, etc.

C’est à nous d’arrêter de laisser notre égo et notre orgueil mal placé prendre le dessus. C’est à nous d’aller chercher l’aide nécessaire pour prendre conscience de nos propres défis et tenter d’y remédier.

C’est à nous d’accepter que l’on ne puisse pas avoir le contrôle sur les autres, sur leurs décisions, sur leurs sentiments, sur les divergences d’opinions.

C’est à nous d’accepter les refus sans faire vivre de culpabilité à l’autre à cause de la déception que l’on vit. C’est à nous de contrôler nos pulsions sexuelles, au lieu de rejeter le blâme sur les femmes qui s’habillent de façon soi-disant suggestive.

C’est à nous d’arrêter d’avoir peur d’être perçus comme des êtres faibles.

C’est à nous d’arrêter de nous déresponsabiliser pour les comportements ignobles que certains hommes adoptent.

C’est à nous d’apprendre, d’évoluer et de grandir.

C’est à nous d’arrêter d’agir en morons.

homme, reflet, conscience, fenêtre, grisSource image: Unsplash

Messieurs, que voulez-vous représenter comme modèle masculin pour la génération future? Que voulez-vous que vos garçons retiennent comme apprentissages pour les petits hommes qu’ils deviendront? Comment voulez-vous qu’ils traitent leurs mères, leurs sœurs, leurs femmes et leurs filles? Quel regard souhaitez-vous qu’ils portent sur la femme de demain? Que souhaitez-vous leur léguer comme richesse; celle du pouvoir, du narcissisme, de l’égocentrisme et de l’individualisme ou celle de la compréhension, de l’inclusion, du respect, de l’égalité et de la légitimité d’exister pour tous?

Messieurs, nous ne sommes pas les victimes dans cette situation, nous sommes le problème, mais avec une belle prise de conscience collective, nous pourrions, au moins, faire partie de la solution.

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Francis Paradis's Avatar
Francis Paradis

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

T’es l’amour de ma vie