Faits Vécus

Écrire sous un pseudonyme a été un exutoire magnifique. Pouvoir dire le pire sans peur d’être jugée m’a permis de guérir, mais surtout de me reconstruire. Dans les moments les plus sombres de ma vie, les mots défilaient au rythme de mes émotions. J’ai cru parfois que ces montagnes russes n’auraient jamais de fin. Je me suis détestée pour ça. Je me disais que c’était sûrement mon destin, mon karma…

En vérité, ce n’était que le commencement d’une longue traversée qui m’a menée à l’équilibre que je ne croyais jamais atteindre. Je me suis pardonnée mes erreurs et j’ai cessé de croire que les autres étaient la cause de mes malheurs.

J’ai assumé ce qui était et ce que j’avais pu être. Ainsi, j’ai pu devenir celle que je suis aujourd’hui. Je ne suis pas parfaite, mais j’avance avec le cœur ouvert, sans peur, et en faisant confiance à la vie. Le bonheur n’est plus seulement qu’un mot: il fait partie de ma vie.

Comme la vie n’est pas linéaire, je sais qu’il y aura des hauts et des bas. C’est ce qu’est la vie. On ne s’en sauve pas. Le regard que je porte à présent sur les évènements est bien différent. Je ne m’effondre plus, j’accepte les moments difficiles et ils se subliment en magnifiques leçons.

Il me reste quelques soupçons de peur, mais si peu. Ce fût un dur labeur de les dépasser. Ça valait les efforts, les pleurs et cette fichue noirceur qu’il m’a fallu traverser. Je sais qu’à présent je peux m’aimer et être à la hauteur. Que je pourrai ouvrir mon cœur sans peur d’être rejetée. C’est ça, connaître sa valeur. Oser, croire, accepter et, surtout, ne jamais cesser de rêver.

À vous qui m’avez lue et souvent écrit de si jolis mots, je vous remercie. Vous avez contribué à cette lumière qui fait partie de ma vie.

Il est temps pour moi de dire adieu à Mélie Solo avec un certain pincement au cœur. Ce n’est pas la fin, mais un renouveau. La prochaine fois que je reprendrai ma plume, ce sera sous mon vrai prénom.

Maintenant que j’assume qui je suis, je vais le faire jusqu’au bout. N’est-ce pas moi qui a déjà écrit ce texte « Renier qui je suis »? Il ne me restait que ce bout de chemin à faire. Enfin, j’y suis.

J’ai envie de vous dire que la vie est belle et d’y croire avant de vous quitter. Que l’inconnu fait peur, mais, ne rien changer, c’est s’éteindre à petit feu. La nuit noire de l’âme n’est pas éternelle. Armez-vous de courage et ne baissez pas les bras. Après les orages vient toujours le beau temps.

Avec toute mon affection,

Mélie Solo tire sa révérence sur ces mots!

ordinateur cahier pseudonymeSource image: Unsplash
Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Mélie Solo's Avatar
Mélie Solo

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Lettre à ma mère - Le Cahier