Faits Vécus

Je vais avoir 40 ans l’année prochaine. 

Il est midi pour moi, mais pour toi, ce n’est que l’aube. Le soleil ne fait que se lever sur ta jeune vie.

On dirait que je vais te parler de mes regrets ou de choses que j’aurais faites différemment, mais ce n’est pas le cas. C’est tout simplement la somme de mes souvenirs, mes expériences et de ma réalité à ce point-ci de ma vie.

Laisse-toi le temps d’être heureuse

Tout au long de ta vie, tu te feras dire d’être plus sérieuse, plus concentrée ou plus persévérante, mais n’oublie jamais de te laisser être heureuse, de rire et de lâcher prise.

Certaines personnes te diront de suivre les règles, de ne pas trop t’éloigner du consensus et de demeurer à l’intérieur des normes établies. Ne te sens jamais obligée de travailler si fort pour des priorités qui ne sont, de toute façon, pas les tiennes.

Ton temps est précieux. C’est en faisant face à la mort que j’ai réalisé que la vie est extraordinaire, justement parce qu’elle n’est pas éternelle. Rien ne l’est. C’est la beauté de la vie et c’est pourquoi c’est si important de profiter de chaque moment, de chaque instant. Un jour, il y aura une fin à ce qui fait actuellement ton bonheur. Mais tu sais quoi? De nouvelles raisons de sourire et de rire se présenteront alors à toi. Elles seront là à t’attendre et il te suffira de garder espoir pour les trouver.

Marcus Aurelius, ancien Empereur de Rome et écrivain, a déjà dit :

 »Let each thing you would do, say, or intend be like that of a dying person. » ¹ 

Chaque fois que tu vis un moment de bonheur, apprécie-le comme si c’était la dernière fois. Sans exception. Ne reporte pas ce sentiment de bonheur et balance les livres de ta vie tous les jours.

Si chaque fois que tu poses un geste, tu es en paix avec le fait que c’est possiblement la dernière fois que tu le fais, tu seras en paix avec toi-même. Tu n’auras donc jamais l’impression de manquer de temps pour ce que tu trouves vraiment important dans ta vie.

À l’aube de mes 40 ans, je vis chaque jour de ma vie comme si c’était la fin, comme cela, lorsque le moment sera venu, j’aurai vécu pour vrai. 

Aie le courage de vivre une vie fidèle à toi-même et non à ce que les autres s’attendent de toi.

Notre esprit est souvent le plus grand cimetière d’idées, d’aspirations et d’expériences. 

Pourquoi?

Parce que nous craignons de commencer quelque chose de nouveau, de faire les premiers pas. En fait, ce n’est pas vrai. On n’a pas peur de commencer quelque chose de nouveau, on a peur d’être vus à commencer quelque chose de nouveau. On a peur de son propre jugement et de celui des autres.

Personne ne veut être vu au fond du baril, personne ne veut être vu en train de recommencer à zéro, personne ne veut être vu alors qu’il ne lui reste plus rien à perdre.

Mais on passe tous par-là un jour ou l’autre et, quoi que tu fasses, tu vas te faire juger. Si tu prends du temps pour toi, certains diront que tu es n’es pas assez proactive ou productive. Au contraire, si tu te mets à parler de tes projets et de tes ambitions, certains autres diront que tu en veux trop, que tu prends trop de place ou que tu es une workaholic.

Au courant de ta vie, tu vas à faire face au jugement, que tu le veuilles ou non. Et c’est exactement pour ça que tu dois vivre la vie que tu désires. Pas celle que moi ou que ta mère aurait voulu pour toi. Ou alors celle de ton chum, de ta blonde, de ton prof, de ton coach ou du reste de la société.

Dans 15, 20 ou 30 ans, tu seras plus déçue de ce que tu n’auras pas eu le courage de faire que de ce que tu auras essayé et échoué. Tu vas regretter ceux à qui tu n’auras pas pardonné à temps, ceux à qui tu n’auras pas partagé tes réels sentiments. De ne pas avoir donné assez de temps aux gens que tu aimes. De ne pas avoir fait le premier pas.

Vis ta vie à toi et ne sois pas gênée de le faire.

Aie le courage d’exprimer tes réelles émotions.

Certains te feront sentir faible de dire ce que tu penses ou ce que tu ressens. Ils te diront que de révéler ta vérité à toi te rendra trop vulnérable, mais c’est exactement pour ça que tu dois t’exprimer haut et fort et ne pas avoir peur d’exprimer tes sentiments et émotions.

Nos émotions sont l’une de nos plus grandes raisons de vivre. Il y en a des plus agréables que d’autres, mais crois-moi, elles ont leur utilité. Chéris-les et grandis avec elles. 

Garde contact avec ceux qui ont été présents pour toi alors que tu en avais réellement besoin.

Il y aura toujours des malentendus, des divergences d’opinions. Il y a aura toujours une distance qui nous séparant les uns les autres.Il y aura toujours des arguments contraires aux tiens. Il y aura toujours une raison d’abandonner une discussion ou une relation, mais malgré ces différences, ne perds jamais contact avec ceux que tu aimes. Au final, les vrais vont toujours être là pour toi. Et sois-y, à ton tour, quand le temps viendra. Même si c’est inconfortable et même si tu n’es pas forcément en accord. Parce que c’est ça, l’amour…

Tu remarqueras qu’il n’y aura eu, au passage, aucune mention d’argent, de travail, de succès ou de relations amoureuses. En effet, ton réel bonheur ne sera pas défini par ces étiquettes que la société tend à vouloir donner.

Ton chemin sera forcément différent du mien et tu y tireras tes propres leçons et conclusions, mais j’ose espérer que ces quelques pensées pourront te guider et te donner un peu de réconfort quand tu sentiras le besoin d’y revenir.

Ton père, qui t’aime chaque jour de sa vie…comme si c’était le dernier.

 

¹ Citation
Source de l’image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Francis Poupard's Avatar
Francis Poupard

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

L’ultime liste des randonnées à faire à Québec et aux environs (Partie 1)