Faits Vécus

Chère moi,

J’imagine que ça doit te faire tout drôle de me lire. Je ne sais pas quel âge tu as maintenant, mais je me doute que le temps est passé à une vitesse folle! En réalité, je t’écris mais je sais que tu ne me répondras probablement jamais. Ces ébauches de pensées sont un peu déstructurées, mais je sais que tu me comprendras, parce que mes mots ont d’abord été les tiens. Ça me fait du bien de t’écrire et te connaissant je sais que ça te fait sourire en ce moment même. Donc c’est déjà cela!

Je tenais à t’écrire pour que tu te souviennes de certaines choses. Je te fais confiance et j’espère que tu as su garder au fond de ton cœur toutes ces belles choses pour lesquelles on vit à 2000 % peu importe les épreuves que tu as eu à surmonter. J’ai tellement de questions à te poser aussi! Es-tu heureuse? As-tu fait des choses que tu as regrettées dans notre vie? Tous nos rêves qu’on avait en tête, ces rêves qu’on a pu avoir plus tard, sont-ils accomplis ou est-ce qu’on les a oubliés? J’aimerais savoir tellement de choses sur toi! Mais je sais que tu ne pourras rien me révéler, je vais devoir être patiente pour apprendre à te découvrir toute seule.

lettre fleurs bouquet enveloppeSource image: Unsplash

Cependant, je t’avoue que j’ai un peu peur en ce moment. Je ne sais pas trop où je dois me diriger ni ce que je dois faire. Je me sens un peu comme une boussole sans pôle. Inutile et perdue. On me dit que je suis en train de « grandir », de devenir une « adulte » et que c’est normal de passer par là. De tout remettre en question. Mais sérieux, j’y comprends rien. Ça veut dire quoi concrètement devenir un adulte? Alors oui, j’apprends de mes erreurs et de celles des autres, de mes expériences, donc je grandis, je m’étire pour essayer de me rapprocher de ce qui nous ressemble le plus toi, moi, et l’enfant qu’on a été. Mais en même temps j’ai l’impression de m’égarer.

Est-ce ce que devenir adulte ça sous-entend de faire taire le nous d’avant, la petite gamine qui ne se souciait que d’être heureuse et de rendre les gens qu’elle aimait heureuse autour d’elle? Celle qui avait des rêves plein la tête constamment? Tu te souviens? Une vraie pile électrique qui ne tenait pas en place. On était curieuses de tout, on passait d’une chose à une autre sans jamais rien terminer ni regretter, on s’imaginait des tas de vies différentes, mais aussi immenses et intensément remplies les unes que les autres. On était tellement pressées de vivre, par peur d’arriver au soir de notre vie un peu plus tôt que prévu, et par insouciance aussi j’imagine. Est-ce ce que cette partie de nous, est toujours là aujourd’hui?

Je te pose cette question parce que j’ai l’impression que je suis en train de la perdre. Trop de bruits autour de moi, je n’arrive plus à l’entendre. Et je n’en ai pas envie, j’ai besoin d’elle. C’est grâce à elle que j’ai pu garder les pieds sur terre avec toujours la tête un peu dans les nuages. Celle qui m’a fait tenir lorsque les orages s’abattaient sur moi. Celle qui me murmurait doucement à l’oreille: « ce n’est pas grave, car derrière chaque tempête le soleil finit toujours par revenir ».

Je ne veux pas ressembler à ces adultes qui se sont barricadés derrière des murs de béton armés par peur que la vie les écorche trop. Ceux qui se construisent une routine à mourir d’ennui parce qu’on leur a toujours dit de « grandir » à un moment donné et que la vie c’était métro, boulot, dodo! Tu sais que ce n’est pas ce qui compte pour moi et que je suis de nature plutôt optimiste, mais j’aimerais que tu me dises quoi faire.

femme métro routine quotidien transport dos Source image: Unsplash 

Les gens disent d’arrêter de croire que tout est possible. Qu’il faut être sérieux, ambitieux mais pas trop, pour se construire une vie stable et éviter les problèmes. Ne pas faire de vague. Ainsi on sera heureux lorsqu’on aura un chez nous, une voiture, un compagnon de vie, peut-être des enfants, un boulot stable et fort probablement un sacré crédit à rembourser. Je ne veux pas devenir une personne creuse, sans rêve qui m’anime, faire partie de ceux qui marchent dans la rue en regardant le sol, qui ne s’émerveillent plus devant un lever de soleil ou un nuage d’une forme improbable. Ceux à qui on n’a pas expliqué que grandir ne signifiait pas oublier ses rêves et ses aspirations, mais justement que grandir, c’était apprendre à cohabiter avec les différents « nous » pour pouvoir accomplir ce qui nous fait vibrer. Apprendre à écouter ce qu’on est, ce qu’on était et ce qu’on souhaite devenir quand ils nous parlent, se souvenir de ce qu’ils ont vécu, et de les aider à se rapprocher le plus de ce qu’ils aimeraient devenir.

Grandir ce n’est pas naître, devenir un enfant qui devient ensuite adulte, puis vieux, puis mourir. Grandir c’est composer avec toutes ces étapes de la vie, en faire notre propre tableau. Chaque partie est déterminante et plus qu’importante. On ne peut pas en négliger une, sous peine que notre tableau ne soit jamais complet.

Grandir c’est arriver à un certain âge où l’on sait que notre fin approche et de se sentir artiste accompli. De réaliser qu’on vient d’achever une œuvre d’art qu’on a façonné toute notre vie pour pouvoir en être fière. Parce qu’on l’aura fait avec amour et passion. Pas de regrets. Jamais. Contempler avant de partir pour toujours, cette œuvre qui est unique, parce que c’est la nôtre et qu’on l’a accomplie seule.

As-tu oublié ton côté optimiste quelque part sur ton chemin? T’es-tu enfermée dans ce que la société t’as fait croire? As-tu fini par prendre le chemin que beaucoup trop de gens prennent en espérant y trouver au bout le bonheur sans se soucier de ce qu’il se passe autour d’eux, alors qu’en fait le bonheur se trouve sur n’importe quel chemin?

Tu sais pourtant que le bonheur est ici et maintenant, il ne dépend pas du chemin que tu empruntes mais de la façon dont tes pas découvrent ce chemin. C’est à toi de le fabriquer. J’aimerais que tu puisses me rassurer en me disant que tout va bien, que tout ira bien, qu’on est heureuses et qu’on est en train d’accomplir notre chef d’œuvre. Qu’il va être beau, parce qu’il nous aura fait souffrir par moments, il faut se l’avouer, mais qu’on se sera bien amusé ensemble parce qu’on aura été fidèle à nous même jusqu’au bout.

J’aimerais que tu sois là avec notre « nous »  d’avant pour m’épauler et me dire que je traverse juste une petite passe où mon inspiration me fait défaut. Que l’angoisse de la page blanche arrive à n’importe quel artiste, et qu’il va se passer un moment inattendu où je vais avoir le déclic. Celui qui me permettra de continuer notre œuvre artistique. Je ne veux pas devenir de ceux qui ont oublié de vivre avec leur enfant intérieur et qui finissent par se rendre compte qu’ils n’ont jamais vraiment été heureux dans leur vie. Ça serait tellement dommage et triste…

Et tu sais à quel point c’est important pour moi d’avoir le moins de regrets possibles.

Voilà, j’avais juste besoin un peu de « te vider mon sac », soit d’écrire pour me convaincre qu’on a le droit d’être heureuses, que c’est maintenant et à chaque instant qu’on dessine notre bonheur. Si jamais ta mémoire t’as fait défaut j’aimerais que tu puisses te souvenir de tout ça.

J’ai appris que rien n’était jamais trop tard dans la vie. Qu’il nous était possible de tout recommencer à zéro sans jamais ne s’oublier ni oublier les gens qu’on aime. C’est ce que je fais en ce moment même. Alors si c’est ton cas aujourd’hui, peu importe l’âge que tu as, s’il te plaît, ne nous oublie pas et termine notre chef d’œuvre comme il se doit. De mon côté je te fais la promesse de ne pas te laisser tomber.

femme peinture art chef d'oeuvreSource image: Unsplash

Je vais retrouver l’inspiration. Je vais faire tout mon possible pour ne pas nous oublier et rendre notre vie plus belle que jamais, pour quand il sera l’heure d’aller se coucher, tu puisses t’endormir le cœur et l’esprit léger et terriblement heureux d’avoir eu la chance de vivre cette vie.

Continues de prendre soin de toi, la vie est belle et la nôtre est incroyable. Ne l’oublie pas. J’ai hâte de te rencontrer.

Bien à toi, Moi.

-->
Un article de
Wendy Girard's Avatar
Wendy Girard

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Le temps et l’être humain: réflexion