Tout ça a commencé avec un fameux “match”. C’est comme ça que ça fonctionne maintenant après tout… On s’est écrit un peu, on a passé une soirée ensemble. Dans les semaines suivantes, les occasions de se voir étaient rares, mais on a continué à s’écrire. Je dois avouer que je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs.

Non pas que notre moment ensemble ne me donnait pas envie de répéter l’expérience. Au contraire, notre première rencontre a été agréable, mais ça ne m’a pas fait chavirer le cœur. Je n’ai pas non plus remis en question mon désir d’être seule. Tellement que je me suis mise à voir nos échanges comme une façon pour nos âmes esseulées de passer un peu le temps et de trouver du réconfort dans un contact humain.

À un certain moment, je me suis même dit que je devais tout arrêter.

Je partais en voyage, j’avais la tête ailleurs et je n’avais pas envie que quelqu’un ait d’attentes envers moi.

Et puis, je me suis surprise à sourire quand je voyais ton nom apparaître sur mon téléphone. À 6500km, le décalage horaire rendait nos échanges plus rares. C’est là que j’ai réalisé que je les appréciais plus que je croyais et que ce n’était pas seulement une distraction.

J’ai appris à te connaître au fil de nos rencontres et j’ai réalisé qu’on avait plus de points communs que j’imaginais. On a parlé de notre passé, de ce qu’on aime, de ce qu’on est.

Celui que j’ai découvert m’a donné envie d’en savoir plus.

Et puis je me suis fait prendre à mon propre jeu. Ce n’était plus une question de fuir l’ennui, mais bel et bien ta présence qui me manquait. Et puis comme chaque fois où je me suis autorisée à ressentir des choses, j’ai presque aussitôt regretté de l’avoir fait.

Tu m’as attirée à toi pour ensuite te refermer sur toi-même.

Tu ne laisses entrer personne, c’est plus simple comme ça. Pendant une fraction de seconde, j’ai eu l’impression de te connaître. Puis on est revenus à la case départ; tu es de nouveau un parfait étranger. Pourtant, plus j’essaie de m’éloigner de toi, plus je me rapproche et plus c’est difficile de partir. On joue au yoyo depuis trop longtemps déjà, ça en est presque malsain. Je veux seulement les hauts, pas les bas.

À certains moments, j’en viens à croire ce que mes démons intérieurs me murmurent; je me remets en question et je doute de ma propre valeur.

Je crois que j’aime quand ça fait mal au final, je m’y suis habituée.

D’une certaine façon, c’est rassurant d’être en terrain connu et cette douleur n’est que trop familière.

Ces montagnes russes dans lesquelles je suis prise au piège sont sans fin. Une fois de plus, j’essaie de taire ma petite voix intérieure qui m’implore de prendre la fuite au plus vite. Je devrais pourtant l’écouter pour une fois, avant de me perdre à nouveau. Je sais comment l’histoire se termine; à quoi bon continuer?

Image de couverture de Claire Satera

Les plus populaires

Accueil