Faits Vécus Style de vie

Les relations. N’y a-t-il rien de plus compliqué à comprendre? À analyser? Je dois dire que je pense beaucoup au sujet dernièrement. Je ne sais même pas si je veux être dans une vraie relation stable, pleine de sens, remplie d’amour et de fleurs (bien comprendre le sarcasme ici). Je n’aime pas vraiment le romantisme: je trouve que c’est rempli de faux semblants, d’obligations de l’homme envers la femme et de clichés. Ça n’apporte rien de bon, sauf une pression inutile sur le couple. Si tu aimes recevoir des fleurs et revenir à la maison en trouvant ta chambre remplie de pétales de rose avec ton mari fraîchement rasé qui n’attend que toi, eh bien trouve une personne qui aime la même chose que toi et qui le fera par plaisir, par volonté, parce qu’il est comme toi. Se sentir obligé de faire quelque chose que tu trouves ridicule pour l’autre, c’est non.

femme qui tend un bouquet de rosesSource image: Unsplash

C’est la Saint-Valentin aujourd’hui, le Dollarama est rempli de rose, rouge et blanc. Laisse faire le romantisme: réfléchis à ce que l’autre aime vraiment, ce qui lui ferait vraiment plaisir. Tsé, c’est beaucoup plus excitant quand tu sais que ton homme te comprend et a pris la peine de réfléchir pour te faire plaisir qu’un bouquet de roses à 50 piastres. Perso, achète-moi une bouteille de vin, des sushis et met Shrek, Kung Fu Panda ou Toys Story, et la meilleure pipe de ta vie tu auras. Bien comprendre ici qu’on est tous différents, je veux simplement dire que c’est important de trouver une personne avec qui tu connectes, que les choses se font facilement, et qu’après cinq ans, l’autre soit capable de savoir ce qui te fais vraiment plaisir. Pas qu’il t’achète des fleurs parce qu’il pense que toutes les filles aiment ça et que c’est un bon move. Moi, à la Saint-Valentin cette année, j’aimerais ça être drunk et passer une soirée mémorable avec la personne que je « fréquente » et des amis. Tsé, avoir du gros fun. Tu peux me juger, je m’assume.

La parenthèse qui entoure ma fréquentation me ramène aux relations. La clé du succès, semble-t-il, est la communication. Mais au début, quand la base était le sexe et que tu découvres que ça connecte pour vrai, que tu n’avais pas envie d’une relation et qu’il ne semble pas en vouloir non plus, la communication, ça peut être difficile et faire un peu peur. J’en ai fait de l’anxiété à me demander s’il voulait qu’on continue à se voir, si je devais l’appeler ou attendre un peu, si j’étais trop gossante ou si je ne lui écrivais pas assez. Qu’est-ce qu’il voulait en fait? Et quelles sont les limites à ne pas dépasser, à dire, en public? Bref, je ne sais toujours pas, je n’ose pas lui en parler de peur que tout ça se termine, parce que oui, j’ai envie qu’on continue à se voir.

fille qui regarde le paysage les mains croiséesSource image: Unsplash

Mais à force d’y penser, je me rends bien compte que j’aime la relation comme elle est. Pas de pression inutile, d’obligations: on apprend à se connaître pour de vrai, on a des discussions parce qu’on a envie d’en avoir, on a du sexe parce qu’on a envie d’en avoir, on se colle parce que ça nous tente, on se voit tout simplement parce qu’on a envie de se voir. N’est-ce pas le couple goal tant recherché par tous? Un jour il faudra bien s’en parler, continuer ou y mettre fin, mais pour l’instant, je savoure le fait d’être en 2020, où je suis libre de mes choix, où je peux être moi-même. Où je peux tout simplement vivre et être libre de mes choix.

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Jo's Avatar
Jo

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Célibataire pour la Saint-Valentin: l'est-on vraiment?