Faits Vécus

C’est bientôt l’été, la saison des robes légères et des maillots de bain. C’est aussi la saison où beaucoup de gens se soumettent à une panoplie de régimes pour bâtir leur « corps d’été ». Et, oui… il faut croire que les bourrelets ne sont pas les accessoires les plus « à la mode », surtout l’été.

Aujourd’hui, j’ai eu envie de m’installer devant mon ordinateur pour vous parler de Body positive. Le body positive, c’est un mouvement social qui veut que tous les humains doivent avoir une image positive de leurs corps. Il veut montrer qu’il n’existe pas un seul type de beauté.

On va se l’avouer, c’est difficile d’avoir une image positive de son corps tout le temps. Il m’arrive de me réveiller et de me trouver jolie, de trouver que mes cheveux tombent mieux, que mes yeux brillent un peu plus et que mon teint est plus lumineux.

D’autres fois, on dirait que ma peau devient trop lourde pour mon corps et j’aurais juste envie de m’en débarrasser.

fille dans la salle de bainSource image : Pexel 

La confiance en soi, c’est quelque chose de tellement dur et long à construire. C’est un processus rempli de va-et-vient. Ça peut arriver d’être découragée par son reflet dans le miroir. Ça peut arriver de ne voir que les petites choses que l’on aimerait changer, d’en faire le décompte… Je n’aime pas mes cheveux gonflés, mes trop grands yeux, mes petits boutons de stress qui commencent à pousser. C’est humain.

Surtout avec les médias qui nous assomment d’images qui affichent globalement une image normative de la beauté féminine. Les filles sont minces, elles ont une peau sans taches ni rougeurs, elles ont les dents immaculées et les cheveux soyeux et hydratés.

Les filles comme ça, ça existe, et il ne faut pas les effacer des médias. Seulement, je me dis que ça serait extraordinaire qu’on ait une plus grande diversité de corps dans les médias. Ce serait extraordinaire qu’on mette aussi de l’avant la fille avec des formes, avec la peau un peu moins parfaite, qu’on lui dise à elle aussi que son corps est tout aussi valable que les autres, de montrer qu’il n’existe aucune définition de la beauté.

La fille qui porte du XXS vaut autant que la fille qui porte du XXL. Il n’existe pas de bonne ou de mauvaise morphologie.

Cependant, selon moi, c’est aussi important de faire comprendre que c’est dur de s’aimer fort tout le temps, et ce peu importe son corps. C’est parfaitement normal.

On y travaille, on y travaille chaque jour… Et avec le temps, on arrive à savoir que notre valeur repose sur bien plus que son enveloppe extérieure. Que l’important, c’est de sentir un bien-être qui provient d’en dedans, de se sentir forte et belle et capable de l’intérieur.

Je crois que c’est la première étape qui nous amène à, par la suite, nous accepter de l’extérieur, accepter que le corps que nous avons, peu importe sa morphologie, est notre corps pendant l’été comme pendant l’hiver, que c’est notre corps de toutes les saisons et qu’il est beau ce qu’il est beau, mais parce qu’on le trouve beau.

Source image couverture : Unsplash 
-->
Un article de
Roodeline Lazard's Avatar
Roodeline Lazard

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Savoir prendre du recul quand le travail prend toute la place