Faits Vécus

C’est l’automne, la saison où la température baisse et durant laquelle la société nous chuchote très fort dans les oreilles qu’on a besoin de quelqu’un pour nous réchauffer si jamais on est seul. Vous aurez donc remarqué qu’on nous bombarde de nouveaux films et de nouvelles chansons d’amour que ce soit sur Netflix, Spotify ou sur d’autres plateformes. Je ne sais pas pour vous, mais moi qui aimais tout ce qui est à l’eau de rose, ça commence à m’énerver avec les années. On dirait que plus les années passent et plus je me dis: « est-ce que ce sont les films qui sont irréalistes ou est-ce plutôt notre génération qui a perdu le savoir d’aimer… beaucoup, à la folie? » C’est peut-être juste moi qui grandis aussi, l’époque du prince charmant sur son cheval blanc, c’est fini. Je viens de terminer un film d’amour trop quétaine et je me surprends à ressentir un pincement au cœur. Pourquoi? Parce que ça représente vraiment pas l’amour… en 2020 du moins.

Je ne dis pas que ça n’existe pas, bien évidemment que l’amour existe, j’y crois, mais ça prend parfois des années avant de trouver LA personne et maintenant, encore plus que jamais. C’est l’ère de l’expérimentation au prix d’un cœur brisé en fait. On ne sait plus ce qu’on veut, ni comment s’y prendre et on finit emprisonnés par la peur de s’engager, par l’anxiété et par la méfiance. Les histoires de cœur, c’est compliqué depuis toujours, mais en 2020 c’est encore pire. Il y a tellement d’étapes à franchir, on se croirait dans Hunger Games : Attention, attention! Qui va s’en sortir sans aucun coup sur l’égo, la confiance en soi ou bien même sur l’âme et l’esprit? À vos marques, prêts? Partez!

Des termes tel que le « talking stage » et le « playing hard to get » vous sont probablement connus et ça les amis, laissez-moi vous dire que ça prend BEAUCOUP d’énergie, même plus qu’une vraie relation des fois. On fait la connaissance de gens qui nous font du mal, on fait du mal à notre tour même si ce n’est pas intentionnel, on a des doutes, on tombe et on se relève, on est maladroits, incertains, « oh ça va trop vite » ou « oh ça va trop lentement » et généralement ça finit par un « je t’aime bien, mais je suis pas prêt » ou « t’es un bon mec, mais on est pas sur la même longueur d’onde » sans oublier notre phrase de politesse préférée: « C’est pas toi le problème, c’est moi! ». Tout ça, c’est si la personne ne disparaît pas du jour au lendemain, car ça arrive aussi. Génial non? (Notez bien mon sarcasme.)

C’est épuisant mentalement, tous ces jeux en cercles vicieux et rares sont ceux qui sortent de ce fameux « stage ». Même quand on rencontre finalement la bonne personne, il faut faire des sacrifices et des compromis pour continuer à avancer ensemble, chose face à laquelle beaucoup de gens reculent. Il y a d’ailleurs une vidéo qui a fait le tour de Tiktok où on peut lire dans la description : « When god sends you the right person, but you’re in your hoe phase ». Il y a tellement d’histoires gâchées à cause du mauvais « timing ». Mauvais « timing » par ci et mauvais « timing » par là. Trouver sa moitié est un long processus d’essais et d’erreurs et ce n’est pas toujours vrai que le premier amour sera le dernier.

amour en 2020Source image : Unplash

Il faut se le dire, l’amour seul n’est pas suffisant pour faire durer une relation, malheureusement. Alors moi je dis oui aux histoires imparfaites, je dis oui aux histoires où le couple est maladroit, je dis oui aux histoires qui se compliquent en cours de route, mais qui finissent bien parce que les personnes concernées se sont battues pour que ça fonctionne au lieu de jeter l’éponge. En 2020, c’est un miracle, car dans la vraie vie, aucune fée ne viendra user de ses doigts magiques pour réparer les morceaux brisés d’une relation. L’effort doit venir de la part du couple lui-même. C’est malheureux, mais maintenant avec les applications de rencontres et les réseaux sociaux, on a l’embarras du choix et dès que quelque chose ne fait pas notre affaire, HOP on passe au suivant.e. C’est horrible comme comparaison, mais on dirait qu’on magasine des êtres humains, toujours à la recherche de la perfection. Aurions-nous oublié que personne n’est parfait et qu’il y aura toujours un défaut même chez la crème de la crème? En plus, c’est devenu beaucoup plus compliqué au niveau de l’infidélité aussi… Mais, bon ce sujet mérite à lui seul un autre article complet.

J’aimerais terminer en vous disant que tout le monde mérite l’amour, le vrai. La solitude, c’est long et difficile parfois, mais ne succombez pas à la pression sociale en faisant l’erreur de vous jeter dans les bras de n’importe qui et ce, même s’il fait froid. (Je vous invite à rire à mes blagues qui ne font clairement rire que moi s.v.p., c’est très gênant sinon.)

Les bonnes choses prennent du temps, comme on dit. Est-ce que ça vaut vraiment la peine de jouer avec son propre cœur pour combler un vide temporaire? Quand c’est  la bonne personne, ce n’est jamais compliqué, il n’y aura pas de doutes ni de craintes. Ce sera tout simplement comme une évidence.

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Manar Boudeffa's Avatar
Manar Boudeffa

Manar, ça veut dire « lumière guidante » en arabe. Elle est née en Algérie et c’est à l’âge de 10 ans qu'elle est venue...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Jusqu’où doit-on se rendre pour sauver une relation ?