Faits Vécus

C’est l’été. J’entame ma deuxième année aux camps de jour et on prend des photos qui serviront à identifier nos casiers. Une fille porte une camisole blanche et on peut apercevoir ses seins. Voulant bien faire, un animateur lui mentionne la transparence de son vêtement. Elle le regarde droit dans les yeux et hausse les épaules. Je vois l’indifférence profonde dans ses yeux. Je suis impressionnée.

Un peu plus tard dans l’été, je reviens sur la situation. Je lui demande pourquoi elle ne portait pas de brassière cette journée-là. « Je n’en porte juste jamais. » Quoi?! Je n’avais jamais remarqué. Je porte une attention particulière à son corps. Elle a une petite poitrine comme la mienne. Pourquoi ne pas essayer à mon tour?

Première journée sans brassière. Je suis mal à l’aise. J’ai l’impression que tous mes collègues savent que mes seins sont à même mon t-shirt. Je crois que les gens m’observent et me jugent. Mais le confort. Oh ce doux confort! La journée se termine. Je n’ai pas à enlever mon soutien-gorge. Il n’y a aucune marque visible sur ma peau, pas d’endroit de sueur ni de pression à mon thorax.

Source image : Unsplash

Je n’ai jamais aimé les brassières. J’avais bien demandé maintes et maintes fois qu’on me mesure et qu’on m’aide à trouver le sous-vêtement parfait. À chaque fois, j’aimais le look, mais je n’étais pas confortable. Bref, les mois qui ont suivi, j’ai tranquillement fait la transition pour ne plus avoir à porter de soutien-gorge.

Quand je dévoile mon petit secret aux gens, on me dit : « Ouais, mais toi, tu as de petits seins, c’est pour ça que tu peux ne pas mettre de brassière. » Je suis tannée d’entendre à répétition cette remarque. Surtout que quelques années plus tard, je rencontre ma colocataire qui, portant un bonnet dépassant le D, apprécie aussi de ne pas porter de soutien-gorge. J’en viens à me demander s’il ne s’agit pas plutôt d’un choix que chaque femme est en mesure de faire elle-même. Après tout, je sais aujourd’hui que petits ou gros seins, tu peux ne pas porter de brassière!

Maintenant que j’ai eu mon augmentation mammaire (tu peux aller en lire plus via cet article), mes seins sont plus gros et je ne porte toujours pas de soutien-gorge. J’ai aussi osé porter un chandail plus moulant et assumant complètement que tout le monde pourrait apercevoir mes mamelons. Et puis? Je vais m’assumer au complet! J’aime provoquer de toute façon.

Si jamais tu te demandes aussi comment libérer tes seins, il y a un truc simple pour commencer en douceur. Habille-toi avec des chandails amples. Je te jure qu’au début, c’est troublant. Mais après quelque temps, ça devient si normal que tu en oublies que quelque part dans ta garde-robe il y a des brassières qui traînent. Ça devient presqu’étrange d’en reporter une.

Bien sûr, il est possible aussi de faire une transition plus en douceur en portant des bralettes. C’est déjà un bon début qui change complètement le soutien avec armature de métal dont vous êtes habituée de porter.

Enfin, tout le monde est libre de se vêtir comme il souhaite. La beauté du féminisme, c’est de laisser la femme libre de faire ses propres choix sans la juger.

Source image couverture : Unsplash
-->
Un article de
Anonyme's Avatar
Articles suivants
Article Featured Image

Pourquoi je déteste les travaux d’équipe