Mode & Beauté

J’ai beau vous conseiller sur Le Cahier depuis quelques semaines déjà d’acheter ceci ou cela, de tester ceci ou cela, mais dans ma vie de tous les jours, je me dis souvent que si on veut vraiment faire quelque chose de logiquement bon pour notre environnement, vaudrait tout simplement mieux NE PAS acheter plutôt que d’ACHETER VERT.
Jusqu’à tout récemment, je méprisais donc relativement tous ces produits qu’on vante gratifié d’une marque écologique amoindrie en roulant des yeux vers le ciel parce qu’en consommatrice fort méfiante que je suis, j’ai tendance à relayer tous les producteurs dans le même panier de crosseurs marketing, à part quand ça concerne les fruits et légumes du Québec.
Mais ma vision de l’achat public écologique et socialement responsable a changé la semaine dernière, quand j’ai rencontré Émilie Rioux, créatrice des vêtements Meemoza (psst! Camille vous a déjà parlé de la marque ICI)

Imaginée et confectionnée à Montréal, Meemoza se sert uniquement de cotons biologiques certifiés GOTS (Global Organic Textile Standard ce qui signifie que la fibre brute doit être certifiée en agriculture biologique et tout le processus de transformation doit respecter des critères environnementaux et sociaux très stricts). Meemoza emploie donc des fibres de base naturelles comme le tencel et le modal, deux matériaux venant de forêts certifiées durables, dont la composition est basée de hêtre et d’eucalyptus. D’ailleurs leur processus de production mérite de sérieux applaudissements; dans la transformation de ces matières éco responsables, on réutilise l’eau et génère sa propre électricité.

Comme les vêtements Meemoza son fabriqués à Montréal dans une logique écologique, la position géographique de leur production assure peu ou pas de transport et donc une importante limitation des émissions de gaz à effets de serre. Le travail étant fait éthiquement, dans le respect des travailleurs et par des gens d’ici, contribue également à stimuler notre économie locale.
Bon, c’est bien beau ces perles de consommation responsable, encore faut-il qu’on n’ait pas l’air, quand on porte ces vêtements, de les avoir volés à tante Clara du temps où elle vivait dans une commune, se faisait des lampes avec des lucioles et mettait des fleurs dans les revolvers des militaires pour leur dire de ne pas aller exploser le Viêt Nam en 67.

Rassurez-vous, mesdames, Émilie Rioux a su rendre ses collections aussi mignonnes que sa personnalité; simples et vraies comme son sourire. Si l’appellation m’a d’abord rappelé un cocktail huppé de brunch du dimanche, Meemoza s’inspire aussi de la fleur pétillante qu’est le mimosa et de la couleur rafraîchissante qui en découle. La petite nouvelle Printemps-Été 2013, Jardin Délicat, est, comme son nom l’indique ouvertement, plutôt florale et légère. Je vous laisse juger par vous-même, en vous présentant mes coups de cœur de la nouvelle collection PE 2013 :

photo 1

photo 2

photo 3

photo 4

photo 6

photo 5

photo 7

photo 8

Points de vente :
Belle et Rebelle www.belleetrebelle.ca
Les coureurs de jupons www.lescoureursdejupons.com
La Gaillarde www.lagaillarde.ca
Général 54 www.qeneral54.blogspot.com
4 Éléments www.boutique4elements.com
Modéco www.facebook.com/modeco
Quartier mode www.quartiermode.com
Galerie zone orange www.shop.galeriezoneorange.com
Cokluch www.cokluch.com
La Mistinguette www.facebook.com/boutiquelamistinguette

-->
Un article de
Josie Simard's Avatar
Josie Simard

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Chez Vincenzo : combattre la canicule à l'italienne