Style de vie

Il y a quelques jours, j’ai visionné sur Netflix une série qui m’a terriblement chamboulée. La série raconte la sordide histoire du viol collectif qui a eu lieu dans un autobus à New Delhi en Inde. Plusieurs s’en souviendront, le crime avait fait les manchettes partout dans le monde en décembre 2012 à cause de l’émoi dans lequel le pays a été plongé suite à la gravité de l’attaque. La plateforme de diffusion en continu a donc produit une série en lien avec les événements, la production est sous forme de série policière racontant comment s’est déroulée l’arrestation des six criminels dans les cinq jours suivant l’agression.

L’événement à lui seul m’avait profondément dégoûté et mis en colère à l’époque. J’étais découragée de voir à quel point la violence contre les femmes n’était toujours pas chose du passé. Alors, vous comprendrez que je me suis questionnée avant d’appuyer sur le bouton Play de ma télécommande. Je n’étais pas certaine de vouloir réentendre encore une fois les atrocités qu’a vécues cette jeune femme et surtout de voir tout ça en images, joué par des acteurs bien sûr et scénarisé pour la télévision, mais tout de même voir l’atrocité et le sordide avec mes yeux plutôt que de le lire dans les journaux. Je peux vous confirmer que c’est très difficile à regarder et entendre à certains moments. Je vous rassure, il n’y a pas de scènes où l’on voit le viol commis par les six individus. Toutefois, il est expliqué en détails par plusieurs protagonistes pendant les épisodes et c’est extrêmement difficile à entendre.

delhi crimeSource image: gulfnews.com

Comme vous vous en doutez, le tout a été romancé pour faire un bon divertissement, tout dans la série ne s’ajuste pas parfaitement avec la réalité. Plusieurs détails, parfois assez importants, sont erronés dans cette production. J’ai eu l’impression que malgré qu’il soit clair que le système policier est quelque peu déficient dans l’histoire, on essaie clairement de faire de l’équipe d’enquêteurs qui s’est occupée du crime un groupe de super-héros et de défendre le système policier de New Delhi. Ils ont pourtant été énormément critiqués lors de l’enquête, selon plusieurs il y aurait eu beaucoup de perte de temps et de mauvaises décisions ont été prises. La lenteur du système policier et la situation économique du pays est mise de l’avant et bien expliquée, pour moi ça a mis en perspective plusieurs aspects auxquels je n’avais pas réfléchi lors des événements en 2012. Je comprends un peu mieux dans quelle situation les forces de l’ordre étaient et les enjeux auxquels ils devaient faire face.

Je me suis toutefois attachée à la policière qui est en charge de l’enquête, une femme qui rend l’histoire plus tangible. Une femme qu’on sent d’une force incroyable, mais, en même temps, d’une sensibilité désarmante. J’aime quand on me présente un personnage féminin avec des nuances. C’est aussi un des rares personnages de la série qui semble ressentir de l’empathie pour la victime. On ressent son dégoût, sa colère et sa consternation dès ses premières minutes à l’écran.

delhi-crime-netflixSource image: indianexpress.com

Je ne connais pas grand-chose à ce pays ni à cette culture, mais une chose est certaine, la population indienne a été bouleversée par les événements. Dans la série, on voit en arrière-plan les manifestations des citoyens, mais on en parle à chaque fois comme une nuisance au lieu de voir ça comme une mobilisation de la société face à quelque chose qu’ils trouvaient inacceptables. Selon moi, la mobilisation des citoyens est un aspect très important parce que c’est tellement nécessaire pour faire bouger les choses. J’en conviens peut être que ce n’est pas toujours fait de la bonne façon, dans ce genre de mobilisation il y a parfois des dérapages, mais si les gens arrêtent de s’indigner devant des situations aussi terribles, ça va aller mal à la « shop ». J’aurais, pour ma part, apprécié avoir plus de ce sentiment d’espoir du changement dans la production, pas juste ressentir que les manifestants sont dérangeants.

Sans grande surprise tout au long de la série, le jeune victime est culpabilisée, stigmatisée et disqualifiée. On parle de son attitude, de sa façon de s’habiller et de l’heure à laquelle elle est dans un bus avec son copain. Ah bah oui, encore du « slut shaming ». Il y a certains passages qui m’ont vraiment glacé le sang et j’ai dû arrêter l’épisode pour aller faire autre chose tellement l’injustice me rendait en colère. Comment peut-on encore aujourd’hui blâmer quelqu’un qui s’est fait attaquer de la sorte? Est-ce que ça vous rappelle quelques événements qui se sont produits ici?

viol inde manifestationSource image: cnews.fr

Après le visionnement de la série, j’ai décidé de faire quelques recherches sur les événements. C’est à ce moment que je me suis rendue compte de l’ampleur du problème. Des gens haut placés avaient fait des sorties publiques en disqualifiant la jeune étudiante de 23 ans. Abu Asim Azmi, président d’un parti politique indien a dit : « je suis pour que les violeurs de Delhi soient condamnés à mort, mais il faudrait une loi pour empêcher les femmes de porter moins de vêtements et de sortir avec des garçons qui ne soient pas de leur parenté. » Ensuite AP Singh, un des avocats des accusés explique que « si ma fille ou ma sœur s’engageait dans des activités pré-maritales et perdre la face et sa moralité en faisant pareilles choses, j’emmènerais probablement cette fille ou sœur à ma ferme ou, face à toute ma famille, je l’arroserais d’essence avant d’y mettre le feu ». Et ceux-ci sont seulement deux commentaires parmi les nombreuses réactions (d’hommes) que j’ai lus en lien avec cette histoire. Il y en a certains que je n’ai pas été à l’aise de réécrire tellement ils étaient d’une violence extrême.

Même si les passages de culpabilisation de la victime dans la série m’ont profondément choqués, j’ai trouvé que cette partie de l’histoire n’a pas été assez exploitée. On parle de l’événement, mais on ne parle pas assez de la fréquence de ces crimes et des réactions suite à ces tragédies. On ne parle pas assez des réactions presqu’aussi violentes que l’agression elle-même, de la façon dont les femmes sont traitées suite à une agression. Que ce soit ici ou ailleurs, les histoires de dénonciation où la victime se fait blâmer sont beaucoup trop fréquentes. J’ai entendu trop souvent qu’une jeune femme l’avait cherché avec sa façon de s’habiller ou dans sa façon d’agir et ça, il faut continuer d’en parler pour changer les mentalités.

manifestation viol indeSource image: ici.radio-canada.ca

Bref, cette série m’a fait vivre toutes sortes d’émotions. Beaucoup de colère face aux six criminels, énormément d’incompréhension quand il est question de la violence faite aux femmes partout autour du globe et une petite dose d’espoir quand on réalise qu’il y a tant de gens qui se battent pour faire changer les choses. Donc, pour ma part, je vais miser sur cet espoir et continuer à dire fort ce que je pense et me lever face aux injustices.

Mon constat final est que cette série est douloureusement nécessaire.

Source image de couverture: news18.com – Netflix
-->
Un article de
Patricia Morin Boucher's Avatar
Patricia Morin Boucher

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Festival d’été de Québec : Tout ce que tu veux savoir!