Faits Vécus

 Je sais que ce n’est pas fini, je me tue à le dire à tous les clients de ma job, tous mes amies qui n’y crois plus, tous les gens qui me disent d’arrêter de capoter avec ça. Ce n’est pas fini, il y a encore de la contamination, il y a encore un risque, il y a encore des personnes vulnérables. Depuis le début, je fais attention, je reste à la maison, même que je ne voyais personne avant le début du déconfinement. Pour moi, le déconfinement, ça ne veut pas dire que c’est fini. Loin de là. On le sait qu’il va avoir une deuxième vague, c’est inévitable. Mais malgré tout, comme tout le monde, j’avais une écoeurantite aigue du confinement. J’avais vraiment hâte de pouvoir voir mes amies et mes proches, de recommencer à manger au resto et magasiner un peu, en restant prudente. Et c’est ce que j’ai fait, comme tout le monde. Mais après coup, je crois que ça ne valait pas la peine…

La bouffe dont je m’ennuyais, je peux la commander à la maison, parce que c’était le fun aller au resto, mais je me suis peut-être mise en danger pour ça. Les magasins que j’avais hâte d’aller visiter n’étaient pas mieux que le shopping en ligne finalement, parce que de toute façon, je devais attendre en file et je ne pouvais pas essayer les morceaux. C’était plus stressant que plaisant pour être honnête. Et mes amies, même si je m’ennuyais vraiment trop, je peux les Facetime ou les voir à 2 mètres encore pour un bout de temps.

covid protection masque désinfectantSource image: Unsplash

Mais qu’est-ce qui a changé? En fait, une soirée, j’ai décidé d’aller dans un resto-bar avec mes amies et mon chum, parce qu’on avait hâte d’y aller enfin, comme dans le bon vieux temps. On a respecté les règles, on est restés prudents et on a eu du plaisir. Mais quelques jours après, on a appris que quelques personnes présentes cette soirée-là ont été contaminées… On a alors dû commencer le processus pour aller se faire tester, en avertissant nos proches et nos emplois. J’ai pas mal passé par toute la gamme d’émotions possibles : colère, stress, peine, peur… Et pourquoi?

Est-ce que ça a valu la peine? Pour une soirée entre amis, pour boire quelques verres, est-ce que ça a valu la peine de me mettre en danger et ma famille aussi? Est-ce que ça a valu toutes les démarches, tout le stress que j’ai pu occasionner à mes proches, mes collègues et à moi-même? Non. Ce qui est ressorti de cet événement-là, ça a été de chialer sur les jeunes égoïstes et pas prudents ou le resto qui pense juste à l’argent et pas aux humains, mais ce n’est pas totalement vrai. Je regrette d’avoir été à cette soirée, c’est vrai, à cause de toutes les répercussions, mais je ne crois pas que c’est entièrement de ma faute, de celle de mes amies ou du resto lui-même, c’est la faute de tous. On a mis de la pression pour retrouver notre liberté rapidement et on a fait le choix de sortir de chez nous. Certes, on avait le droit. Mais on n’aurait peut-être pas dû l’avoir… Je crois que cet incident est un avertissement pour les jeunes, qu’on ne fait peut-être pas autant attention que l’on devrait, mais ce doit en être un aussi pour les adultes. Ce n’est pas le retour à la normale, ce n’est pas l’idéal d’aller au resto, ni au magasin. Il faut limiter nos déplacements et nos interactions. Il faut réaliser que si on n’est pas prudent, on va payer pour, encore plus qu’au début…

Source image: Unsplash

Mon but en vous écrivant ces lignes n’est pas du tout de faire la morale, mais peut-être de vous faire réaliser les mêmes choses que j’ai réalisées cette semaine en allant me faire tester pour la COVID… Soyez responsable et prudent, ce n’est pas parce qu’on a le droit de le faire qu’on devrait le faire…

-->
Un article de
Anonyme's Avatar
Next articles
Article Featured Image

Refaire sa salle de bain: tout un projet!