Faits Vécus

L’expérience…

10 jours à se lever à 4h du matin pour méditer 10.5 heures par jour.

Interdit de parler, aucun cellulaire ou technologie quelconque. Aucun entraînement, aucune musique, aucune lecture, aucune écriture, ne rien tuer (même pas d’insectes), aucun contact visuel ou communication de toutes sortes, aucune masturbation, aucun sexe, aucun mensonge, aucune drogue ou alcool et aucun mouvement (même pas se gratter) pendant plusieurs heures.

Malgré tout, plusieurs de ces centres de retraite méditative comptent plusieurs mois d’attente afin de participer à l’un ou l’autre de leur cours.

Que se passe-t-il donc dans ces retraites et pourquoi cette croissance de popularité soudaine?

meditation moine templeSource image: Pixabay

Voici un exemple d’une journée typique au centre de méditation à Montebello où je suis allé :

De 4h30 à 6h30, c’est la méditation personnelle pour débuter la journée, s’en suit une méditation de groupe dans le hall de médiation de 8h à 9h après le déjeuner. Par la suite, un autre marathon de méditation de 9h à 11h avant de dîner suivi d’une séance de méditation de 13h à 14h30, une autre de 14h30 à 15h30, une autre de 15h30 à 17h avec des pauses de 5 minutes entre les séances. Tea break de 17h à 18h suivi d’une méditation de groupe de 18h à 19h, 19h15 à 20h15 le discours de fin de journée et finalement, la séance de 20h15 à 21h de méditation de fin de soirée.

Quelque part durant ces millions d’heures de méditation, mon dos, mes fesses et pas mal toutes les parties de mon corps ont commencé à me faire souffrir et ma tête commençait à freaker.

« Qu’est-ce que je fais ici? Pourquoi je suis venu au juste? Quelle mauvaise idée!! Une heure c’est parfait, deux heures ok, trois heures, tu me niaises? Cinq, six, sept ou huit heures après ça??? My god!! Je ne sens plus ma jambe gauche, ce n’est pas un symptôme d’AVC, ça?? Elle va tomber. Est-ce que ça arrive si la circulation est coupée trop longtemps? Mes chevilles vont forcément briser quand je vais me relever. Est-ce que je pourrai marcher à nouveau? Est-ce que mon cerveau va simplement entrer en combustion instantanée et exploser?? »

Mon esprit souffre terriblement du manque de stimulation. Il veut liker quelque chose, n’importe quoi! Il a besoin de savoir ce qui se passe dans le monde, Facebook, Instagram, les nouvelles, une blague plate, n’importe quoi!! Il pense, pense, pense et juge de façon obsessive tout le monde. Il se juge lui-même, se haït lui-même, frustré, honteux sans trop savoir pourquoi.

Libération? Paix intérieure? Devenir un être éveillé?… On est loin de là!

Que de distractions…

Est-ce que ces évènements étaient en train de se passer à ce moment précis?

Non.

La seule réalité était celle où j’étais assis dans un hall de méditation quelque part, perdu dans les bois en Outaouais…

La seule réalité était celle de ma respiration et des sensations momentanées, aussi brèves soit-elles, sur les différentes parties de mon corps…

La seule réalité était que rien n’est permanent. Tout changeait tout le temps, mais je le combattais tout de même.

Ma fantaisie s’est dissipée et je suis revenu à ma respiration. Toujours présente, toujours stable, toujours réelle.

foret chemin soleilSource image: Pixabay

Les résultats…

Quand un ami m’a demandé pourquoi j’allais volontairement m’isoler pour une si longue période, en plus que je n’avais jamais médité de ma vie, je lui ai répondu que j’avais besoin de déconstruire mon cerveau et le rebâtir à nouveau. « J’ai besoin d’un defrag! Il ne fonctionne plus efficacement depuis quelques temps. »

De mon expérience, une retraite méditative comme Vipassana nous permet de plonger dans les profondeurs de notre personne, de nos expériences, de nos émotions, de notre subconscient et de prendre conscience et corriger nos réactions face à ces situations sur lesquelles nous avons souvent très peu de contrôle.

Elle nous permet également de comprendre la nature non permanente de tout ce qui nous arrive. Elle nous force à laisser passer et se dissiper les sensations et les émotions au travers de nous. Ne pas s’accrocher aux sensations positives ni repousser les sensations négatives. Ne pas être l’esclave de notre avidité ou de nos aversions. Simplement, les laisser être et éventuellement se dissoudre d’eux-mêmes.

Lorsque nous sommes à un endroit où l’on a rien de mieux à faire que d’être enfermé dans notre esprit en silence, toutes les choses desquelles nous passons notre vie à nous sauver tendent à nous rattraper. Ceci étant dit, méditer en silence complet m’a démontré que les solutions aux problèmes les plus complexes sont souvent très simples….Comprenez-moi bien, ça ne veut pas dire que c’est facile…

Ces 10 jours ont été les plus drainants émotionnellement dont je me suis volontairement exposés de ma vie. Je suis passé par des périodes de béatitude, à d’autres moments j’avais l’impression de me faire ouvrir le coeur, pleurer pendant 45 minutes durant ou même apercevoir une parcelle de notre enfer personnel dans lequel nous nous gardons si souvent prisonnier. Mais toutes ces expériences contribuent à nous libérer, à nous alléger. À dédramatiser notre vie…

Cette méditation nous explique et nous démontre qu’il est possible de déprogrammer certaines réactions automatiques qui nous semblent hors de notre contrôle, développer un esprit plus calme, serein et d’accepter la réalité telle qu’elle est et non pas telle que nous la souhaiterions.

Un des participants qui a fait l’armée me l’a bien résumé après le cours : « C’est un peu comme aller en zone de guerre. Les quelques jours avant de partir, tu n’as aucune idée dans quoi tu t’es embarqué, tu sais seulement que tu t’en vas faire face à tes démons. Ça fait peur… »

D’autres participants m’ont parlé de souvenirs de leur jeunesse qui refaisaient surface après plusieurs dizaines d’années d’oubli, d’autres ont parlé de pulsions sexuelles incontrôlables. Pour moi, c’était un lâcher-prise sur tout ce qui est une cause de stress dans ma vie personnelle. Tout y passait: du travail, aux relations passées, aux relations actuelles, au besoin de dégager une certaine apparence ou énergie. Chaque minute qui passait réduisait l’impact ces éléments sur ma vie. Semblable à si j’avais complètement rechargé mon esprit pour la première fois depuis plusieurs années.

Certaines études ont démontré que les gens qui étaient sourds ou aveugles possèdent généralement une sensibilité accrue de leurs sens restants. Quand le cerveau est dépourvu d’une source d’information, tel un de ses sens, il est en mesure de se réorganiser et de supporter davantage et amplifier les autres sens, un phénomène appelé cross-model neuroplasticity.

J’ai ressenti une légère version très temporaire de cet effet pendant le cours. Je ne pouvais pas parler ou écrire, mais mon esprit fonctionnait à une vitesse et avec une efficacité dont je n’avais jamais fait l’expérience dans le passé. Il était pris dans un cycle cognitif ininterrompu de 10 jours.

Dans la société d’aujourd’hui, nous prenons de moins en moins de temps de garder le silence et réfléchir sur soi-même. Même quand nous en avons la chance, nous préférons nous distraire et nous étourdir que d’aller fouiller au plus profond de nous-même.

Nos tendances et habitudes restent les mêmes et refont surface dans notre vie à chaque opportunité qu’on leur donne. Nous répondons fréquemment de la même manière aux stimuli que ce soit la frustration que l’on peut ressentir en parlant avec nos parents ou nos enfants, la manière dont on peut parfois jouer à la victime ou lorsqu’on se met en colère contre la circulation chaque jour.

Ces habitudes ne doivent pas obligatoirement être automatiques, ni nous rendre esclave de nos émotions et réflexes, tel le chien de Pavlov.

Il y a plusieurs degrés d’amour et de haine pour quelqu’un ou quelque chose. Il n’est pas sain de s’infliger du mal dû à une préférence ou une autre. Un exemple : Disons que j’ai hâte au dessert, car je sais qu’il y aura un gâteau au chocolat mais, quand arrive le dessert, il ne reste plus de gâteau. C’est parfaitement normal d’être déçu et de se dire «Oh, merde! » et de tourner la page et passer à autre chose. Ne laissons pas ce manque de gâteau au chocolat soudainement devenir un stress et déranger notre stabilité intérieure. Pourquoi se rendre misérable pour quelque chose de si temporaire? Ne laissons pas notre aversion pour une personne, une chose ou une situation nuire à notre bonheur et notre paix d’esprit.

Continuons à observer les effets et comment nous réagissons face à ces situations qui ne sont pas dramatiques mais qui affectent tellement notre humeur au quotidien…

balance roches coucher de soleilSource image: Pixabay

Retour au quotidien…

J’ouvre mon cellulaire pour la première fois depuis 10 jours, il explose de tout ce que j’ai manqué. Les appels, textos et courriels entrent à flot! Je réalise qu’au courant de ces derniers jours, je ne me suis pas tant ennuyé de voir des vidéos de chats marchant sur leurs deux pattes arrières, de me demander si je devais changer mon Iphone pour un Android ou de swiper sur Tinder.

Au courant des cinq premières minutes sur le chemin du retour, je suis attaqué par davantage de sons, de couleurs et de sensations que lors de la dernière semaine complète.

Je me suis reposé, calmé, déstressé et, tout à coup, le monde extérieur me réintroduit à son tourbillon de vitesse, de bruits et de stress. Les amis, les enfants, la famille, tout le monde est curieux de savoir comment j’ai survécu! Ils sont tous exactement tel que je les ai laissés 10 jours auparavant.

Pas moi…

Je prends quelques minutes, je me recentre sur ma respiration, je me relaxe et ça passe…

Le lundi suivant, je retourne au boulot, mais, au fur et à mesure que je réintègre mon quotidien, je remarque que certains détails de ma vie se sont améliorés. Je me fâche moins rapidement, mon niveau de stress a diminué. Je me permets de laisser tomber les épaules, ma propre respiration me relaxe et je suis plus souriant…

Un des 10 jours les mieux investis de ma vie…

Source image de couverture: Pixabay
-->
Un article de
Francis Poupard's Avatar
Francis Poupard

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Ma première expérience en ski de fond