Faits Vécus

J’ai l’impression que nous avons été méchants avec toi. J’ai l’impression que tu mérites un peu plus de reconnaissance que ce que nous t’avons offert dernièrement. J’ai l’impression que nous t’avons tout reproché alors que, techniquement, si on y réfléchit bien, la faute est la nôtre depuis le début.

Nous t’avons reproché notre manque d’empathie et de capacité à nous écouter les uns les autres. Nous t’avons reproché la brutalité policière. Nous t’avons reproché les feux de forêt. Nous t’avons reproché la défaillance d’un hélicoptère. Nous t’avons reproché l’apparition d’un virus mondial. Nous t’avons reproché nos confinements. Nous t’avons reproché notre incapacité à travailler ENSEMBLE en tant que société. Nous t’avons reproché notre manque de « liberté ». Nous t’avons reproché notre colère accumulée. Nous t’avons reproché les inégalités et les injustices de notre société. Nous t’avons reproché notre manque de sensibilité, de compassion, d’acceptation et de compréhension à l’égard de la santé mentale.

Mais le plus important, c’est que nous t’avons reproché notre PROPRE inexistence de logique et de respect fondamentaux, ce qui a eu comme résultat un manque collectif d’introspection à l’égard de ce qui nous est VRAIMENT arrivé, à nous, la race humaine.

Route sinueuseSource image: Unsplash

Alors que techniquement, tout ce que tu nous as offert, c’est du TEMPS. Du temps pour ralentir et voir ce que nous sommes devenus en tant que société et êtres humains. Le temps de réaliser. Le temps de réévaluer. Le temps de corriger. Le temps d’apprendre. Le temps de s’excuser. Le temps de se reconnecter. Le temps de changer. Le temps de grandir. Du temps pour nous-mêmes.

Le problème n’était pas toi. Le problème était que nous ne voulions pas reconnaître les avertissements du passé. Nous ne voulions pas être responsables de nos erreurs passées. Nous ne voulions pas planifier un avenir meilleur pour les prochaines générations qui ne sont même pas encore nées. Nous n’avons pas pris soin de notre planète. Nous n’avons pas mis en place des lois qui protègent tout le monde de manière ÉGALE. Nous ne voulions pas nous engager dans un effort collectif pour agir avec intention. Une intention positive pour l’avenir.

Quand le temps s’est écoulé, nous t’avons tout mis sur le dos et pour cela, je te présente mes plus sincères excuses, chère 2020. On dit que les meilleurs dirigeants ne nous DIRONT jamais ce que nous avons fait de mal, mais nous GUIDERONT en silence vers notre propre réalisation. C’est ce que tu as fait, 2020. Tu étais assises là en silence, accueillant toute la colère et la haine en attendant patiemment que nous réalisions….

C’est ce que nous avons fait. Je le crois. Je sens un vent de changement. Maintenant, voyons. Voyons si nous aurons le COURAGE de garder le cap…

Voilier nuagesSource image: Unsplash

Au revoir 2020. Et merci.

xx

-->
Un article de
Sidney Ginchereau's Avatar
Sidney Ginchereau

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Un autre bilan de 2020