Voyage

Ha! Les voyages! C’est si enrichissant, formateur et dépaysant! Dès qu’on sort du pays, il y a les inévitables douanes… ces passages obligés qui donnent souvent naissance à des anecdotes parfois cocasses, souvent stressantes et toujours mémorables.

Voici donc quelques-unes de mes anecdotes préférées!

Élodie Beauvais:

« Quand je voyage, je passe toujours par une agence de voyage. Ayant étudié en tourisme, je sais tout le trouble qu’une agence peut me sauver en cas de problème. J’étais à l’aéroport de Miami quand je suis venue pour monter dans l’avion pour Paramaribo, au Suriname. Les agents de bord ne voulaient pas me laisser monter parce que je n’avais pas de billet de retour. Merci à Amélie, mon agente de voyage, qui a été super rapide pour me créer un billet d’avion fictif pour que je puisse prendre mon vol sans que ça me coûte un bras! Les agents de bord ont passé beaucoup trop de temps à vérifier qu’il s’agissait d’un vrai vol… »

 

« J’étais au Costa Rica et, sur un coup de tête, avec des gens que j’ai rencontrés dans mon auberge de jeunesse, on a décidé d’aller faire un tour au Nicaragua pour le Sunday Funday. On a quitté l’auberge à 9 h le matin, on s’était fait dire qu’en deux heures, on serait aux douanes. Finalement, ça a pris 12 heures. Quand on est arrivés, les douanes allaient fermer pour la nuit. On remplit les formulaires et tout et quand on vient pour passer, l’un de nos amis se fait refuser : son passeport allait expirer dans moins de 90 jours. Nous, on a continué, mais eux, ils sont restés pris entre les douanes du Costa Rica et du Nicaragua. Le Costa Rica ne voulait pas les laisser rentrer parce que le Nicaragua les avait refusés. Ils ont passé la nuit couchés sur leurs planches de surf dans la cour d’un inconnu jusqu’à ce que les bureaux ouvrent… »

 

« Je suis allée faire le tour du poteau avec des amis français du côté de Lacolle. On explique aux douaniers américains ce qu’on veut faire alors ils disent ok et nous expliquent par où aller pour passer par le bureau d’Immigration Canada. On fait faire les papiers, etc. Au moment de retourner dans la zone canadienne, je donne les passeports au douanier et il me sort : ” Madame Beauvais, votre passeport n’est pas valide.” Mon coeur a arrêté de battre, littéralement! Je ne comprenais pas, je venais de le faire faire pour 10 ans, je l’avais reçu un moins avant. En voyant ma face, il a commencé à rire en me disant : ” Il n’est pas valide, vous devez le signer. Faites attention la prochaine fois. ” Aussitôt qu’on a passé les douanes, j’ai arrêté dans un dépanneur pour emprunter un crayon au cassier pour que je puisse signer mon passeport! »

Audréanne Dallaire:

« Au poste frontalier, j’expliquais au douanier qu’on partait à Wildwood pour une fin de semaine d’été. ll nous a demandé si on avait des fruits dans l’auto et nous avons répondu non. Il a donc répondu sur un ton humoristique : “No lime for the Corona? ” 🍻 Ç’a été notre catch phrase pour la fin de semaine. »

passeport Source image: Unsplash

Geneviève Asselin-Demers:

« Aux douanes en auto. Le douanier me demande où je vais. “Je pars pour deux jours de compétition de course à pied et de vélo de montagne. ” Il me demande : ” Une sportive, ça mange quoi? “Je lui réponds que j’ai un petit lunch dans mon auto pour la journée, mais que le lendemain je ferai mon épicerie aux États-Unis. Il renchérit : ” Do you have some pepper ? ” Moi qui ne comprends pas pourquoi j’aurais du poivre, je dit : “no”. Et il se permet d’ouvrir ma boîte à lunch remplie de fruits et légumes avec quatre poivrons! Des “peppers”…. Et bien voilà… il a tout jeté mon sac à lunch avec un regard d’homme vraiment pas content! »

Véronique Laforest:

« J’allais à Kauai (Hawaï) pendant huit jours et j’apportais seulement un bagage à main. J’avais apporté mon camel pack pour faire de la randonnée. Je n’avais pas regardé son contenu avant de partir… arrivée aux douanes de l’aéroport à Montréal, le douanier prend ma valise à part, l’ouvre, ouvre mon camel pack et sort, au ralenti… un petit canif suisse! Je l’avais laissé là et l’avais complètement oublié! Quand il a vu mes yeux grands comme des 2 $, il a compris que je n’avais pas l’intention d’apporter un couteau dans l’avion… il m’a gentiment offert d’aller le porter à la « garderie » des objets confisqués pour que je le récupère à mon retour. Mais j’ai laissé faire, ça ne me tentait pas de refaire tout le trajet et le processus! Merci à ce douanier très compréhensif! »

Marie-Ève Lévesque:

« Je partais trois semaines en France pour faire de la planche dans les alpes. Alors j’ai tout apporté mon matériel (sauf ma planche!) dans ma valise. J’avais oublié d’enlever mon cadenas qui se barre avec un long fil en métal. Ça traine toujours dans mon manteau de sport. Je ne m’attendais pas à passer un petit tour aux douanes, où ç’a été difficile de convaincre les douaniers que je n’allais pas étouffer le pilote avec mon cadenas, mais que je partais juste faire de la planche à neige! »

Source image couverture: Unsplash 
-->
Un article de
Veronique Laforest's Avatar
Veronique Laforest

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Ces moments des pires dates qui ont pu t’arriver au moins une fois