Bébé & Cie Faits Vécus

J’ai le goût de sourire, de sauter de joie, de pleurer, d’appeler tous mes amis, de sortir dehors et de crier, mais j’ai plutôt décidé de garder toute cette énergie pour moi, maintenant pour nous. J’ai fait ma première course à trois, je peux vous dire que j’étais à bout de souffle, ces petits êtres consomment mon oxygène, ils sont là je ne les sens pas au quotidien, mais ils se font sentir lors de mes entraînements. Et non pour les sceptiques, je n’ai pas abandonné ma routine de gym, je l’ai adaptée, mais pas effacée de ma vie.

À lire : Ces émotions qui doivent sortir

grossesse

J’apprends jour après jour à écouter mon corps. Merci à ma montre Polar qui m’indique ma fréquence cardiaque et qui me résonne à l’oreille quand je décide de pousser un peu trop la machine.

Je cours encore, des distances plus raisonnables, à des vitesses plus basses. J’ai délaissé les intervalles et les longues sorties pour des sorties plaisantes qui me permettent d’admirer la nature. J’ai besoin de courir et oui malgré que je sois dans le premier trimestre. Il n’est pas nécessairement dommageable pour les fœtus, il faut simplement faire attention et être à l’écoute. Mon corps est déjà habitué à tous ces impacts et tous ces efforts, je ne conseillerais jamais à une débutante de commencer à courir lorsqu’elle apprend la nouvelle qu’un bébé est dans le fourneau.

J’ai modifié mon horaire, je m’entraîne sur l’elliptique, sur le vélo. Je continue de donner mes cours de spinning, je n’ai pas abandonné ma formation de Yoga. La vie continue, c’est juste que maintenant je pense pour trois.

J’ai décidé de ne pas faire de compétitions pour la simple raison que lorsque le coup de fusil est donné, mes neurones s’excitent un peu trop et je crains d’avoir de la difficulté à me gérer. Il vaut mieux se connaître et prendre les bonnes décisions que de regretter après.

Il existe déjà un million de blogues de femmes enceintes. Je ne réinventerai pas la roue. Je suis enceinte, fière de pouvoir un jour éduquer deux petits êtres avec mes valeurs. Je ne connais pas leurs sexes, ce que je souhaite avant tout est bel et bien des enfants en santé, mais aussi des enfants qui se sentiront libres. J’ai décidé de changer plusieurs facettes de ma vie et de m’améliorer comme personne avant de devenir maman. Les astres s’alignent et la petite étoile est apparue dans mon ventre et je sais que la raison première est que ces petits bébés se sentaient prêts et qu’ils m’avaient choisie parce que j’ai une énorme volonté et que je vais tout faire pour être la meilleure maman du monde.

Cette petite poussière d’ange va m’apprendre beaucoup en me mettant dans tous mes états, un peu comme je l’ai fait vivre à mes parents. Je n’ai pas peur, je suis rendue là dans ma vie.

Les gens ont tendance à être pessimiste dans la vie quand une autre personne est trop joyeuse.

Je sais, j’ai été rapide à le dire aux gens qui m’entourent, mais depuis le temps que je l’attendais, je ne pouvais faire autrement que d’en parler et de partager ma joie, je suis comme ça, j’aime partager que ce soient mes peines, mes joies, mes expériences, mes péripéties, etc.

Je sais que je vais vivre des nuits blanches, des moments d’incertitude, des moments de déprime, mais si tu es passée par là et tu n’es pas morte, j’imagine que je vais survivre aussi.

Je sais qu’il y a des journées que je devrai prendre congé de l’entraînement parce que les bébés sont malades ou que la garderie est fermée.

Je sais que je vais attraper la grippe, la gastro et toutes les bactéries que les enfants ramènent de la garderie ou de l’école.

Je sais qu’un jour, je vais être à bout de nerfs, impatiente et que je voudrai probablement tout remettre ma vie en question, mais je passerai le pont lorsque je serai rendue là, d’ici ce temps, je fais du yoga et j’apprends à contrôler ces émotions.

Je sais qu’à l’adolescence ce seront des petites pestes, mais laissez-moi le temps de vivre ma grossesse.

Il me manque surement une énorme liste de JE SAIS, mais je vous assure que je suis heureuse et j’ai bien hâte que tout cela m’arrive. Pour l’instant ce sont les nausées qui m’envahissent et je sais que ce n’est que le début.

La nouvelle d’avoir des jumeaux a eu un effet de surprise, surtout avec une sœur qui est la première à avoir été mise au courant et qui te sort d’un trait tous les éléments négatifs d’avoir une grossesse gémellaire.

Je vais être en retrait préventif, arrêt d’entraînement devancé, une méga bedaine, tout acheter en double, avoir l’impression de devenir une vache à lait quand il sera temps d’allaiter, devoir inscrire deux petits êtres à la garderie quand c’est compliqué trouver une seule place en CPE, que le budget va devoir être recalculé et j’en passe.

Mais moi, j’ai plus apprécié trouver le positif : ma famille va être faite, les foutues nausées que j’ai actuellement je vais les vivre qu’une seule fois, j’aurai deux beaux bébés avec une complicité incomparables, les deux seront inscrits dans la même catégorie d’âge peu importe l’activité, les rencontres d’élèves, les sorties étudiantes, tout se fera en même temps.

La seule chose que je vais connaître est une grossesse gémellaire alors aussi bien la vivre à fond.

Sur ce, souhaitez-moi bonne chance!

 

Source image de couverture : Unsplash

-->
Un article de
Geneviève Asselin-Demers's Avatar
Geneviève Asselin-Demers

Un mot pour décrire Geneviève : énergique. Toujours 1001 projets en tête, elle se lance toujours des nouveaux défis qu’elle complètera à coup sûr. Sportive...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Tandis que c’est toi qui dors blotti