Bébé & Cie

Je tiens à t’écrire pour toi, mais surtout pour moi. D’apprendre ce que tu vis me brise le cœur, je revis ce moment tellement douloureux avec lequel je commence tout juste à apprendre à vivre. Je suis là à t’écrire ces pauvres lignes à travers mes larmes. Parce que je ne sais pas quoi te dire et à la fois j’ai tellement de choses à t’écrire.

(À lire : L’essence de l’existence)

Je tiens à ce que tu saches que rien de ce que tu pourras entendre ou lire ne te fera sentir mieux, même pas ce texte. Je ne vais pas te demander à combien de semaines tu étais, parce que je sais à quel point cela n’a aucune importance. Je ne vais pas te dire que le temps arrange les choses, parce que c’est faux, il n’y a rien qui pourra réparer cette perte. Je ne vais pas te dire qu’un jour tu l’auras le tien parce que je sais que c’était lui le tien. Je ne vais pas te dire que la vie fait bien les choses parce que c’est un très gros mensonge. Je ne vais pas te dire que c’est peut-être mieux comme ça parce que qui peut dire une chose pareille?

Personne ne mérite de vivre ce que tu vis et surtout pas toi. Rien au monde ne comblera le grand vide que tu ressens en ce moment. Cet immense vide que ce petit être a laissé dans le creux de ton ventre, de ton cœur et ton future. Parce que c’était tellement clair , toute cette vie qui était maintenant la vôtre et ce bébé qui était déjà le tien. Ce bébé que tu n’as jamais rencontré, mais qui te manque déjà plus que tout au monde.

Source image : Unsplash 

Ne te demande pas ce que tu as fait de mal, parce que la réponse est simple. Je le sais, tu as été une maman merveilleuse, ne te blâme surtout pas. Tu peux en vouloir à la vie, mais pas à toi. Elle est injuste, et toi merveilleuse. Tu peux la détester, je te comprends. Mais sache qu’il n’y aura jamais aucune réponse à toutes ces questions que tu te poses.

Mais, je veux surtout que tu saches que tu n’es pas seule et que je te comprends. Je te comprends comme personne ne pourra jamais te comprendre. Vie ton deuil , tu as le droit de le vivre, parce qu’il est vrai , parce qu’il est important. Pleure, pleure toutes les larmes de ton corps. Pleure tous les jours dont tu as besoin, prends le temps qu’il te faut, et pas un jour de moins. Mais surtout, ne laisse jamais personne te faire croire que ce n’est rien! Parce que tu as perdu ton bébé et ça, c’est tout sauf rien.

Mais encore plus que tout, je veux que tu saches que tout ça va s’apaiser, pas maintenant, pas demain, mais un jour … Je t’en fais la promesse.

 

Source image de couverture: Unsplash

Un article de
Genevieve Giroux's Avatar
Genevieve Giroux

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Allez hop les sorties en septembre