Faits Vécus Style de vie

Quand on est jeune, on a des rêves plein la tête, on sait le métier que l’on veut faire plus tard, on imagine déjà notre petite famille, notre voiture, notre maison, on sait pratiquement l’endroit où on va vivre et le nombre d’animaux de compagnie qu’on aura. On a même déjà une image floue de l’être qui nous accompagnera. On souhaite certaines réalisations personnelles, certains objets voire même certaines relations. On sait approximativement vers quel âge on va se marier et avoir nos enfants… du moins on le pensait fortement.

Plus les années passent, moins c’est vrai. Nos rêves changent, nos désirs aussi et les gens que l’on aurait voulus dans notre vie partent ou disparaissent. On finit par comprendre que la vie n’est pas préalablement établie et que ce n’était que des rêves de jeunesse. On appelle ça ainsi, car on réalise que l’on était jeune et insouciant, parfois même un peu con. Que la vie est plus difficile que ça, que certains souhaits sont parfois inatteignables, que finalement tu changeras d’études trois ou quatre fois et que tu arriveras très rapidement à l’âge où tu aurais voulu que tout soit atteint. Tu réalises que tu n’as pas d’enfants, que tu n’as encore de métier professionnel, ni même la maison que tu voulais.

Tes rêves changent et tu dois faire face à la réalité, tu dois accepter de laisser de côté des objectifs que tu t’étais lancés. Tu admets que finalement tu voyais trop loin. Que la voiture que tu voulais ne te sera plus accessible à moins d’un miracle. Que finalement tes amis ne te manquent pas tant que ça, que tu finis par être mieux sans eux, que vous avez pris des chemins trop différents. Que l’homme dont tu rêvais tant est finalement devenu un pauvre crétin. Tu te cherches encore beaucoup dans la vie.

Une chose est certaine, c’est que tu n’oublies pas de rêver. Il est difficile d’admettre que l’on n’aura pas les choses que l’on voulait, ça, je vous le donne. Que nos rêves ne seront finalement qu’imaginaires. Mais il est si beau de rêver, pourquoi se limiter à laisser les jours passer et vivre sans lendemain ? Crée-toi un rêve, projette-toi dans cinq ans avec un seul objectif, une activité ou un acquis matériel que tu souhaites obtenir. Ne laissez pas vos rêves de jeunesse vous décourager, car vous n’y êtes pas arrivé. À l’âge qu’on avait, c’est tout simplement normal, mais s’il te plaît, rêve.

fille qui rêve sur une laveuse

Source image : Unsplash

 

Tu veux t’acheter une première voiture neuve ? Alors, rêves-y. Tu veux pouvoir sauter en parachute dans ta vie ? Penses-y le plus souvent que tu le peux. Tu veux faire un premier cinq kilomètres de course ? Alors, commence graduellement, fais-le d’ici cinq ans sans nécessairement te fixer de date précise, mais garde-le en tête. Je n’ose imaginer le jour où je ne rêverai plus. Avoir un rêve pousse nos limites toujours plus loin. Ça nous fait faire des choses que l’on n’aurait pas cru possibles ou qui nous sortent de l’ordinaire. Ça rend nos semaines plus agréables, car on peut, en quelque sorte, définir notre chemin. Choisir notre parcours.

Dès aujourd’hui, fixe-toi un rêve, car peu importe l’âge que l’on a, rêver sera toujours possible et ne fera pas mal. Et si tu ne l’atteins pas, dis-toi que ce n’est pas grave, car chaque pas que tu auras fait pour tenter d’y accéder t’aura amené plus loin, dans un environnement que tu ne connaissais pas. Tu auras vécu de nouvelles choses et tu seras désormais différent.

Après, et bien… recommence.

fille assise roche

Source image : Unsplash 
-->
Un article de
Daphnée Germain's Avatar
Daphnée Germain

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

5 Road trips à faire pendant la relâche