Voyage

Il y a quelques années, je suis partie travailler à Terre-Neuve de septembre à juin, et j’ai eu en masse de temps pour (presque) tout visiter. Terre-Neuve, c’est une très grande île! Si tu cherches une destination vacances pas comme les autres, mais dans ton beau pays, choisis l’île des Newfies (non, ils ne seront pas offusqués, j’ai un droit acquis!). Tu vas adorer ton séjour!

Source image : pixabay

La plus belle province de l’est

Je peux certainement dire que c’est mon coup de cœur de tout l’est et du centre du pays. Il y a un mélange extraordinaire de nature sauvage, de villages de pêche, de sérénité, d’histoire et d’une atmosphère spéciale qui donne le goût de rester. Plus concrètement, voici quelques raisons pour te déplacer soit en avion (et louer une voiture sur place) soit faire le road trip et la traversée en bateau jusqu’à cette île qui, je te le promets, te fera vivre de belles émotions!

Une hospitalité hors du commun 

Hi my love! Oui, de purs étrangers t’appellent my love. Famille ou pas, connaissance ou pas. T’es au dépanneur? That’s $10 my love. Have a good day! Dès que j’ai mis les pieds à l’école où je travaillais, les profs m’ont demandé si j’avais besoin de quelque chose, si tout allait bien pour moi. J’avais l’impression d’arriver chez mes tantes préférées! Je suis tombée en amour!

God, love him!

Que dire de cet accent qui varie d’une région à l’autre… Avant, dans les années 60, certains villages n’étaient accessibles que par la mer. Il n’y avait pas de route. Alors les gens étaient isolés et développaient leurs dialectes. Aujourd’hui, tout le monde se « mélange », mais même les natifs ont du mal à comprendre certains vieux de la vieille tellement leurs expressions et leurs accents sont différents. Ça ajoute une belle couleur (et un beau défi) à la visite! J’ai beau être bilingue, mais j’ai froncé des sourcils à quelques reprises!

D’ailleurs, l’expression que j’ai le plus entendue était God, love him (ou her). C’était une expression utilisée par compassion, pitié ou amour/amitié. Ça aussi c’était très mignon à entendre!

Le temps prend une autre dimension

Si tu roules 110 km / h sur l’autoroute, les gens risquent de trouver que tu vas vite! Après avoir habité quelques années dans les Maritimes, je constate qu’en général, le train de vie est plus lent, particulièrement chez les insulaires. Ça prend un certain temps d’adaptation, mais on s’y fait vite et ça fait du bien. T’as donc pas le choix d’être en mode vacances et de prendre ça relax! Tu ralentis au rythme des locaux my love!

Source image : pixabay

Des paysages, juste… wow.

Je ne sais pas par où commencer. Il y a tellement de choses à voir. Selon tes préférences, voici quelques endroits que j’ai vus et que tu pourrais aimer :

  • La côté est : C’est là que j’habitais. Je travaillais à Dover (village très cute!) et j’habitais à Gambo. J’ai ensuite travaillé à Gander pour la deuxième partie de mon mandat (rien de spécial à visiter dans cette ville, en passant). Mais la côte est est franchement belle! J’ai adoré Sandy Cove, une belle plage de sable cachée entre deux pics de roche où l’eau est bleutée. Il est possible de faire une petite rando au « mont » surplombant la baie. C’est un endroit très tranquille et très peu achalandé.
  • Saint John’s : C’est la capitale. Tu y trouveras de jolies maisons mitoyennes très colorées et la George Street, l’endroit où la plupart des restos, bars et boutiques se trouvent. Tu pourras aussi vivre la tradition d’accueil des visiteurs (getting screeched in) qui consiste à embrasser un poisson (gelé, idéalement!), réciter un genre de prière et ensuite boire un shooter de Screech, le rhum de la place. Mais cette cérémonie est optionnelle!

 

Tu dois surtout visiter les lieux historiques nationaux de Signal Hill (première installation de communication transatlantique sans fil) et Cap Spear (un phare à l’ex-trê-me est du pays). Là, c’est la nature à l’état brut : le vent qui vient de loin, les vagues fortes et hautes, la roche… on se sent tout petit!

  • Il y a plusieurs endroits de randonnée, tu peux observer les baleines en croisière, louer un kayak et découvrir les falaises et les crevasses à ton rythme, parcourir les villages en voiture et arrêter là où ton cœur te le dit… c’est sans limites!
  • La péninsule nord : c’est intéressant de la parcourir en entier si tu as du temps, mais Norstead est un incontournable parce qu’il y a là une reconstitution d’un village de Vikings, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.
  • Le parc national du Gros-Morne : que ce soit pour y faire de la randonnée ou simplement le traverser en auto et arrêter à quelques endroits pour admirer le paysage, c’est un autre incontournable à cause des paysages montagneux et sauvages. Tu peux t’inspirer ici : https://www.pc.gc.ca/fr/pn-np/nl/grosmorne.
  • Bonavista : un phare pas comme les autres, des rochers (percés!), un site où on peut voir des baleines et des puffins (les oiseaux locaux)… C’est un endroit parfait pour faire un pique-nique!
  • En été, il y a les icebergs qui arrivent! J’ai malheureusement quitté juste avant, mais j’ai eu la chance de boire d’excellents rhum&coke avec de la glace d’iceberg! C’est spécial, la glace pétille!! Tu peux d’ailleurs partir à la chasse aux icebergs au début de l’été grâce à icebergfinder.com qui est mis à jour régulièrement.
  • Je pourrais aussi te parler de Twilingate (ils y fabriquent du vin et tu peux y goûter!), de l’île de Fogo (seulement accessible en bateau), de Sandbanks (que je n’ai pas visité, mais une seule image te convaincra!), de Salvage (c’est tout simple, mais tellement beau), de Fleur de Lys (un autre lieu patrimonial) et de tant d’autres lieux.

Quel que soit ton itinéraire, si tu aimes le bord de l’eau et que tu longes la côte, je crois que tu ne seras jamais déçu!

 

 

-->
Un article de
Veronique Laforest's Avatar
Veronique Laforest

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Je ne me suis jamais sentie aussi femme que le jour où j’ai eu mes règles, à 29 ans - Partie 1