Faits Vécus

Je me plais souvent à imaginer la vie comme une longue route parsemée d’imprévus à chaque tournant, car on ne peut pas prévoir ce qui se trouve de l’autre côté de la courbe. Parfois le chemin est cahoteux, parfois la route est belle et lumineuse et parfois le trajet s’arrête abruptement.

Un soir, j’ai rencontré deux personnes extraordinaires pour qui la vie a décidé leur reprendre leur unique enfant alors âgée de 19 ans. Happée par une voiture. En un instant leurs vies venaient de basculer.

Un soir ils me racontent des anecdotes en lien avec leur fille, ils en parlent avec passion, ils en parlent avec émotions, ils en parlent solennellement. Les souvenirs sont préservés, indélébiles. La peine est présente, à jamais. Je cherche à me mettre à leur place, je compatis et la peine m’envahit, car je ne peux concevoir que des parents puissent perdre leur enfant. Ce n’est pas l’ordre naturel des choses. Il y a de ces épreuves de vie qu’on ne souhaite à personne. Celle-ci en fait partie. Et pourtant, ils sont beaux à voir, car malgré les déchirures, ils forment encore un couple amoureux et ils se complètent si bien. Ils se sont serré les coudes et contre vents et marées ils sont restés debout. Ensemble.  Leur sagesse forgée par leur vécu est palpable. Ils sont réfléchis et ils ont une vision si précieuse de la vie. Ils ne semblent rien prendre pour acquis et ils vivent pleinement le moment présent.

À travers nos nombreux échanges, je découvre leur sensibilité, je découvre ce qui les anime, ce qui les aide à continuer leur route. Surtout, ils m’amènent à reconsidérer l’importance que je peux parfois accorder aux problèmes de ma vie. Plusieurs épreuves misent sur mon chemin peuvent être sources de stress, peuvent engendrer une grande tristesse ou une colère spontanée, mais ces épreuves sont temporaires.

Pour ce couple, l’épreuve qu’ils ont vécue est permanente. Chaque jour ils doivent composer avec le fait que la peine causée par la perte de leur trésor sera toujours omniprésente. Ils doivent apprendre à vivre avec ce vide intérieur qu’ils ne pourront jamais combler. Mais, ils sont forts, je le vois. J’admire cette force de caractère, j’admire leur résilience. Ils sont inspirants. Ils me donnent envie de mordre à pleines dents dans la vie. Ils m’amènent à reconsidérer l’importance que j’accorde à mes petits problèmes et l’énergie que j’y gaspille. Ils m’amènent à reconsidérer mes priorités et m’amènent à voir la vraie valeur de la vie, dans toute sa fragilité.

À l’avenir, lorsque je rencontrerai un imprévu au tournant de ma vie, j’espère que j’aurai en tête le visage de ces deux belles personnes. J’espère que j’entendrai leur voix me rappelant ça ne vaut pas la peine de se mettre dans tous ses états pour un problème qui est temporaire. Ainsi, tout en préservant leur anonymat, je tiens à les remercier du fond du cœur pour s’être ouvert à moi ce soir-là. J’ai grandement apprécié cette rencontre et comme dirait ma grand-mère : « Vous êtes des gens de cœur, des gens vrais ».


Source image : Francis Paradis
-->
Un article de
Francis Paradis's Avatar
Francis Paradis

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Défi 21 jours sans se plaindre