Faits Vécus Style de vie

J’ai travaillé comme conseillère en emploi dans divers centres de recherche d’emploi dans la ville de Montréal et j’ai dû rencontrer plus de mille humains, tous à la recherche d’un emploi qui leur donnera raison d’être. Parce que travailler c’est beaucoup plus qu’un gagne-pain, c’est aussi, comment on se présente à un étranger. Ce que l’on nomme juste après avoir dit son prénom!

Il y a deux catégories de chercheurs d’emploi. Il y a ceux qui viennent de finir l’école ou d’arriver au pays et…. ceux qui viennent de perdre leur emploi!

Un constat que j’ai fait à travers mes années dans le domaine,  c’est que l’on aime ou pas son emploi, le rejet fait toujours mal.

Prendre du recul

Si vous êtes émotif lorsque vous en parlez, je vous suggérerais de ne pas commencer à passer des entrevues tout de suite. Il y a un réel deuil à faire. Il faut en parler à ses proches, décortiquer la situation, comprendre ce qui est arrivé.

Cette étape est essentielle pour que vous ne soyez pas émotif lorsque l’employeur vous questionne sur votre dernier emploi. Lorsque le congédiement a été digéré, on répond à la question et on ne réagit pas avec émotions.

Vous ne voulez surtout pas commencer à rejeter la faute sur l’employeur, mais vous ne voulez pas non plus vous tirer une balle dans le pied à nommer une erreur que vous auriez commise et qui pourrait faire douter l’employeur de vos compétences.

Comment répondre à « pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi? »

On doit répondre à la question avec détachement. L’employeur n’essaie pas non plus de vous piéger. Il veut savoir quelles sont vos motivations professionnelles? Si vous êtes parti de votre plein gré, quelles sont les raisons ?

Dans votre moment de recul, regardez les postes disponibles en ligne. Demandez-vous ce que vous désirez réellement. C’est le moment de faire le point professionnellement. Souhaitez-vous rester dans le même domaine ou le même milieu (ex : surveillante en service de garde dans une école primaire versus gardienne en garderie privé)? Qu’aimiez-vous et qu’est-ce qui vous dérangeait de votre ancien emploi ?

Dans l’exemple ci-dessus, l’éducatrice pourrait expliquer à la directrice de garderie privée que ce qu’elle adorait dans son ancien travail, c’était la relation qu’elle avait avec les enfants. Elle pourrait aussi nommer une activité qui se fait plutôt en petit groupe qu’en grand groupe. Ainsi, elle expliquerait qu’elle est maintenant convaincue que sa place se trouve plutôt en garderie privée que dans un service de garde.

Ce qui est important à retenir, c’est que vous avez l’opportunité de faire un travail sur vous-même. Sortir de sa zone de confort n’est jamais facile, mais c’est selon moi une des meilleures façons de grandir et de s’épanouir.

L’entrevue en trois mots : séduire, rassurer et convaincre.

Quand l’employeur pose des questions sur votre ancien emploi, il a besoin de se faire rassurer. Il veut s’assurer que les mêmes patterns ne se reproduiront pas chez lui. Il a un doute sur vous et a grandement besoin de se faire rassurer. Votre travail est de le convaincre que vos compétences, votre personnalité, votre objectif professionnel, vos motivations et votre passions concordent à la perfection avec ce qu’il recherche chez un candidat. C’est comme ça que vous pourrez le séduire !

Ps: Si vous rencontrez des difficultés à trouver un emploi ou vous souhaitez seulement avoir un peu d’aide pour ce travail de connaissance de soi, pourquoi ne pas rencontrer un conseiller en emploi? C’est un service gratuit et il y a des centres de recherches d’emploi un peu partout dans la province.

-->
Un article de
Jessica Ramhormozian's Avatar
Jessica Ramhormozian

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

5 trucs pour prendre soin de votre peau cet hiver