Style de vie

En deux jours, Gillette a su diviser sa clientèle en deux, et ce, de manière ultra radicale avec sa nouvelle publicité abordant les sujets de l’intimidation, du mouvement #MoiAussi et de la masculinité toxique. Proposant une nouvelle alternative à leur slogan de toujours « The best a man can get » pour « The best men can be », l’internet a explosé et on vous explique pourquoi dès maintenant. Mais avant, si vous ne l’avez toujours pas regardée, je vous laisse vous faire votre propre opinion de la campagne et on en parlera après!

C’est fait? Bon. Alors, on en pense quoi?

Deux clans s’opposent présentement : les gens qui veulent désormais boycotter Gillette et ceux qui applaudissent l’intention sociale de la publicité. Et il y a ceux qui sont seulement très curieux de voir combien cette campagne rapportera à Gillette au bout du compte (dont moi), puisque après tout, une compagnie, ça fait de l’argent. Un point c’est tout. Comme Dove en 2004 avec son mouvement pour la vraie beauté qui a encouragé les femmes à se trouver belle peu importe leur poids. Mais plus spécifiquement, cette campagne a aidé à vendre du savon. Plus exactement, 6% d’augmentation des ventes pour un total de 500 millions de dollars américains. Donc oui, cela peut payer d’être ouvert au changement social et c’est justement ce que Gillette a compris.

Mais faudrait-il ne pas aimer une publicité avec un bon et important message social simplement parce que la compagnie fait de l’argent derrière?

Bien sûr que non. Le message est pertinent et plus que nécessaire. Par contre, il ne faudrait pas tomber en amour avec une compagnie pour cette seule et unique raison. Je vous invite à voir plus loin. Surtout si cette même compagnie vend encore aujourd’hui ses rasoirs roses « pour femmes » à un prix différent de ses rasoirs bleus traditionnels « pour hommes ». Merci à Gillette de me faire sentir comme une vraie de vraie femme et de me permettre d’enfin utiliser un rasoir auquel je pourrai m’identifier.

Et si les compagnies n’apportaient aucun message social, qui le ferait?

Très bonne question, puisque ce n’est certainement pas le gouvernement qui oserait se positionner là-dessus (et encore moins le gouvernement américain). Alors oui, je suis d’avis que même si le contenu de cette publicité est quelque peu hypocrite lorsqu’on pense à tous les problèmes auxquels Gillette fait face à ce sujet, parler de ces problèmes reste très positif. De plus, la compagnie s’est concrètement engagée à verser un million de dollars américains sur trois ans à des organismes permettant d’éduquer les hommes de demain. Donc, voilà ça de fait!

Je dois avouer que j’ai bien apprécié la réponse du président de Procter & Gamble sur le sujet :

“By holding each other accountable, eliminating excuses for bad behaviour, and supporting a new generation working toward their personal ‘best,’ we can help create positive change that will matter for years to come.” 

« En nous tenant mutuellement pour responsables, en arrêtant de donner des excuses à ces mauvais comportements et en soutenant une nouvelle génération qui travaille pour être meilleure, nous pouvons aider à créer un changement positif qui aura une incidence sur les années à venir. »

Laissons-nous maintenant avec quelques perles retrouvées sur les internets…

Gillette Gillette Gillette Gillette Gillette Gillette Gillette Gillette

 

 

 

 

-->
Un article de
Annie Robitaille's Avatar
Annie Robitaille

Diplômée de l'UQÀM en relations publiques, Annie ne se doutait pas qu'elle allait se retrouver de l'autre côté de la force, soit de représenter elle-même...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Stylisme : je vous présente Marine