Je l’admets d’emblée, je fais partie des introvertis : j’ai régulièrement besoin de temps seule pour me ressourcer, mieux créer et rêver. Certaines personnes disent réussir à ne pas s’ennuyer en leur propre compagnie : eh bien, je suis de celles-là. 

Mais malgré tout, il y a une chose qui reste impossible à recréer par soi-même…

Il n’y a rien comme le bonheur d’un beau moment passé avec quelqu’un qui compte vraiment dans notre vie.

Un bon ami, par exemple.

Les amis — cette famille que l’on se crée — sont l’une des choses les plus précieuses que l’on puisse posséder. La santé, les amis, et lorsqu’il se présente, l’amour : voici le trio du bonheur, à mon avis. Cela permet de créer toutes les autres choses, et ce, en prenant soin de nous. Et pendant que j’écris ces lignes, je ne peux pas m’empêcher de trouver ce constat un peu simple, voire naïf, je l’avoue. La santé, les amis, l’amour… Quel âge ai-je pour lister ces mots ? Sept ans ? Il serait très sage à sept ans de lister tout cela, pourtant. Peut-être nous croyons-nous plus évolués que nous ne le sommes en réalité ? Nous restons des animaux sociaux, après tout : nous ne sommes que des mammifères qui pensent un peu plus loin que les autres. Nous nous sommes inventé toutes sortes de structures, de diplômes, de machines et de professions… Mais nous rêvons tous d’être compris et aimés.

Que nous ayons cent secondes ou cent ans de vie, un besoin reste le même : être important pour quelqu’un d’autre.

Et lorsqu’il n’est pas un enfant, un parent ou un conjoint, ce quelqu’un d’autre est très probablement un ami. 

L’ami : un cadeau du ciel.

Nous les fréquentons à différents degrés selon notre personnalité, cela va de soi. J’ai d’ailleurs connu des personnes qui m’ont ouvertement dit ne pas vraiment vouloir d’amis. Les amitiés leur prenaient trop de temps et elles préféraient se suffire à elles-mêmes, ne pas changer quoi que ce soit à leur routine. Bref, elles étaient mieux seules, ce que je respecte.

Alors que l’introvertie en moi aimerait parfois ne pas dépendre de quiconque pour connaître certains grands bonheurs, j’aime que la réalité me rappelle à l’ordre : je ne suis pas ce genre de personne. 

J’accepte le risque de l’amitié. J’en accepte les termes et conditions.

En amitié comme en amour, parfois nous nous blessons… Ou nous nous effrayons. Une nouvelle amitié m’émerveille autant qu’elle me remet en question. Au-delà de cette nouvelle attention qui fait chaud au cœur, il m’arrive de ressentir la crainte de ne pas être à la hauteur. Puis je repense à l’enfant que j’étais et à mes amitiés d’alors, quand cette réflexion ne se présentait pas encore…

Être soi-même et s’ouvrir à l’autre : voilà tout ce que demande une amitié. 

L’amitié, c’est d’abord retomber en enfance : c’est rire, se comprendre, vivre un instant précieux. C’est le souvenir qui amène un sourire aux lèvres. C’est le cœur qui rajeunit. C’est un besoin comblé. 

Prenons un moment pour dire à nos amis combien ils comptent dans nos vies. Planifions un moment pour nous retrouver : un moment pour nous sentir heureux… Ensemble. (Et pour les plus timides d’entre nous… Un « Salut, comment ça va ? » est toujours un excellent début.)

Image de couverture par Kevin Gent

Les plus populaires

Accueil