Faits Vécus Style de vie

Dans quelques mois j’aurai trente ans. Pour moi vieillir n’a jamais été dramatique, car je me rends bien compte que plus je vieillis et plus je me sens bien dans mon corps et dans ma tête. Je ne m’en fais plus avec ce que les gens pensent de moi, car j’aime la personne que je deviens chaque jour. Je me sens de plus en plus femme et de plus en plus à ma place. Par contre cette année, je me pose beaucoup de questions. Je vais avoir trente ans je n’ai pas de maison, je n’ai pas d’enfants et je commence une nouvelle relation, qui sera la dernière je l’espère. La différence c’est que cette fois-ci je ne me mets pas de pression.

J’ai longtemps eu de la peine, car pour je voulais des enfants très jeune. J’ai eu une maison à 21 ans et je me suis séparée après 9 ans de relation, donc j’ai dû recommencer à zéro. Je me sentais vraiment perdue et je ne voulais pas me faire face, car je ne me connaissais pas et j’avais très peu confiance en mes choix. J’ai l’impression d’avoir commencé ma vie d’adulte à l’inverse de tout le monde. J’ai tout fait trop vite sans prendre le temps de réfléchir au pourquoi je voulais toutes ces choses. Sans prendre le temps de savoir ce que j’aimais et qui j’étais. Je pensais que ce qui me rendrait heureuse serait d’avoir une famille et une maison avant d’avoir 30 ans. Je me suis retrouvée seule et au lieu de me poser la question sur ce que je voulais, je me suis lancée à droite et à gauche sans réfléchir. Voyage, achat de n’importe quoi juste pour contenter mon impulsivité. Toute cela afin de m’étourdir et de ne pas avoir à me gérer, de ne pas avoir à me connaitre.

J’ai rencontré une nouvelle personne et j’ai encore une fois essayé de me concentrer sur «fonder une famille», sans réfléchir au reste. Je pensais encore une fois que ça me rendrait heureuse. Je me suis rapprochée de mon but, car avec lui nous avions décidé d’essayer de faire une famille, pour moi, car lui avait déjà une fille. Après plusieurs mois d’essais, plusieurs mois où je ne pensais qu’à la réussite de mon projet de famille, j’ai frappé un mur. Je pleurais tous les jours, car je n’arrivais pas à comprendre pourquoi la vie ne voulait pas que je sois mère. Après plusieurs tests négatifs, mon humeur commençait vraiment à changer et mon couple en a subi les conséquences. Je me suis donc retrouvée à 28 ans, sans famille, sans maison et sans être sur mon X, celui que je convoitais depuis toujours en pensant qu’il me rendrait heureuse.

Cette fois-ci j’ai fait le choix de m’écouter, de prendre le temps de faire des choses pour moi et d’apprendre à vivre seule. Je me suis vite rendu compte que j’étais une bonne personne. J’ai découvert des choses que j’étais capable de faire seule et plus je réussissais seule plus je m’aimais. J’ai donc pris le temps de m’assoir face à moi-même et faire le point sur mes envies, sur mon vrai X.  J’ai commencé à faire confiance en la vie.

femme heureuse

Source image : Unsplash

Un mois après avoir fixé mes nouveaux objectifs de vie, un nouvel homme est entré dans ma vie. J’ai eu peur, car il est très différent de tous les autres avec qui je croyais m’agencer de bonne façon. Il est arrivé au moment où je me sentais bien avec moi-même, au moment où je m’étais dit que je n’avais pas besoin d’un homme pour être heureuse. Lui aussi voulait prendre son temps et c’était parfait pour moi. Cela fait maintenant 7 mois que nous nous fréquentons et avec lui, tout est simple. Je n’ai pas besoin d’être une autre personne, je n’ai pas besoin de me poser mille questions, tout se fait simplement au moment où il faut que cela se fasse. Il m’apprend à voir l’amour et la vie différemment. J’ai longtemps eu besoin d’entendre « je t’aime » en pensant que c’était sincère. Avec lui j’apprends que l’amour, c’est le respect de chacune des deux personnes du couple, que l’amour est beaucoup plus dans les gestes que dans les mots. J’ai appris à être une personne à part entière ce qui fait qu’avec lui, je suis moi-même. Pour la première fois de ma vie, j’aime la personne qu’il est et non ce qu’il m’apporte. Pour la première fois de ma vie, je laisse les choses se passer comme la vie décide de me les amener. Je ne cherche pas à être heureuse grâce à ce qu’on peut devenir, je suis simplement heureuse chaque jour à ses côtés. Je ne fais pas de projets avec la pression d’obtenir quelque chose, je vis le moment présent avec lui. Je ne sais pas où nous allons, dans quelle direction nous irons, mais je sais que l’on suit chacun notre chemin aux côtés de l’autre. J’ai enfin compris que le bonheur part de soi et qu’une personne heureuse apporte beaucoup plus de bonheur dans une relation qu’une personne triste de ne pas atteindre ses objectifs.

En faisant confiance en la vie, en me faisant confiance à moi, en étant qui je suis, tout ce que je n’espérais plus vient maintenant naturellement sans que je subisse l’échec. Au contraire, maintenant tout arrive comme un cadeau sans que je ne demande rien et cela me rend encore plus heureuse.

Source image couverture : Pixabay
-->
Un article de
Vanessa St-Jacques's Avatar
Vanessa St-Jacques

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les bons côtés de mon TDAH