Arts Style de vie

Quand on m’a proposé de lire Les grands départs de l’auteure Marie-Joëlle Pratte, je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais. C’est vrai que j’ai l’habitude des best-sellers policiers américains, donc ça me sortait un peu de ma zone de confort. Ceci dit, je suis convaincue d’être une lectrice polyvalente. En janvier 2021, je me suis promis de lire le plus de romans québécois possible. Encourager les auteur(e)s de chez nous! J’ai donc commencé Les grands départs début juillet, et je suis passé au travers en un seul après-midi.

Les grands départs

Source de l’image : Storytellers MTL

Couchée sur ma doudou préférée dans le parc derrière chez moi, j’ai passé un peu plus de six heures à dévorer le roman. Laissez-moi d’abord vous dire que c’est la lecture idéale à apporter en vacances. En été, j’ai surtout envie de légèreté, d’histoires sans drame, sans gros revirements de situation qui me chamboule de l’intérieur. J’ai envie d’apprécier une lecture simple, mais bonne, mes pieds enfoncés dans le sable et un verre de limonade à la main. Les grands départs, c’est fait pour t’accompagner dans tes après-midi de bronzage.

Se reconnaître dans un personnage

Si j’ai englouti le roman aussi facilement, c’est parce que l’histoire me rejoignait sur plusieurs aspects. Dès les premières pages, je me suis mise à faire la liste des points communs que je partage avec la protagoniste. Je retrouvais un peu de moi à chacun des chapitres, ce qui m’est rarement arrivé. Comme elle, j’ai étudié préalablement une profession qui ne me correspondait pas totalement avant de devenir journaliste. Et comme elle, j’ai refoulé dans un coin de mon esprit le désir d’écrire un roman. Bref, similitudes avec le personnage ne s’arrêtent pas qu’aux métiers, mais je n’en énumérerai pas toute la liste.

Je pense que, comme moi, les lecteurs et lectrices peuvent facilement s’identifier à Julia. C’est un livre qui nous pousse à remettre les choses en perspective, à nous questionner sur ce que l’on veut ou pas. Les jeunes professionnels, particulièrement en entrepreneuriat, ont tendance à se noyer dans leur carrière afin de prospérer et de s’accomplir. Mais trop souvent, ils oublient d’arrêter pour respirer. Les grands départs nous ramènent à l’essentiel. Il nous encourage à nous concentrer sur nos passions et à prendre du temps pour soi, pour son couple et pour ses proches. C’est un merveilleux message.

Ce roman est pour vous si

Ce livre s’adresse aux curieuses de nature, aux femmes ambitieuses qui ont l’habitude de foncer sans s’arrêter pour prendre leur respiration. Aux « Girl Boss » qui cherchent la performance à tout prix, en dépit de leur santé mentale. C’est un roman pour les aventurières et pour les voyageuses qui aiment apprendre sur différentes cultures, différents pays. Aux femmes qui, trop prises par le travail, en oublient d’exister. Finalement, il s’adresse aussi aux auteur(e)s et aux artistes qui, animés par leur créativité, ont besoin d’être ramenés à l’essentiel.

Ce roman est pour vous.

Résumé

« À travers les hauts et les bas, Julia célèbre son premier anniversaire dans le monde de l’entrepreneuriat. Entre son envie de liberté et la pression de performer, un changement important dans sa vie personnelle fait surgir des questionnements sur ses racines. Ses doutes l’amèneront sur le continent européen où elle tentera de recharger sa créativité, ralentir le rythme, mais surtout se retrouver. Trouvera-t-elle ses réponses et son équilibre au bout du monde? »

Source de l’image de couverture : Storytellers MTL
Pour acheter le livre, c’est ici 
-->
Un article de
Audrey Robitaille's Avatar
Audrey Robitaille

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Les déménagements, quelle galère!