Il existe une théorie du premier soir. Celle-ci est vieille comme le monde et pour ma part, m’est répétée depuis toute jeune. Elle se résume à dire qu’une fille/femme bien, qui se respecte, ne couche pas le premier soir. Que ce n’est que les guidounes qui baisent/fourrent/s’envoient en l’air lors d’une première « date ». Qu’un mec qui couche avec une femme le premier jour ne la rappellera que pour du sexe ou jamais, que pour lui c’est une fille facile, une moins que rien, et qu’aucun homme ne veut de relation avec ce genre de fille. 

Ma mère l’avait gravée si profondément en moi, qu’au fil du temps, des années, je n’avais jamais couché avec un mec le premier soir, avant le mois dernier. J’ai toujours eu peur d’avoir honte de moi si ça m’arrivait, de perdre un peu d’amour propre. 

Mais voilà, je l’ai fait pour la première fois

Et j’ai dû me parler très fort pour ne pas me flageller puis pour arriver à me regarder dans une glace le lendemain. Bizarrement, ce n’était pas une partie de jambes en l’air déchaînée ou hard, c’était plutôt doux et intense. Il était différent, ai-je pensé ; j’aime bien les gens différents…

Le lendemain il m’a écrit, et je n’ai alors pas senti que j’étais pour lui une « Marie couche toi là », qu’il ne me respectait pas. Pas eu l’impression qu’il me voyait comme une femme de qualité moindre, une salope…  Mais c’était la partie visible de l’iceberg… Parce que celle cachée révélait autre chose. Sa partie cachée, mais aussi la mienne. 

Ça n’aura pas fonctionné…

Est-ce que le fait que je me sois donné le premier soir a tout bousillé ? Ou n’était-ce pas fait pour marcher de toute façon ?

Aux échecs, les pièces ont leur position de départ, il n’en tient qu’à nous de les déplacer. Ai-je mis mon roi « échec et mat » avant même de commencer la partie ? Je ne saurai jamais si j’avais perdu d’avance… ou peut-être est-ce simplement qu’il ne serait jamais tombé en amour avec moi ?? Ou qu’il était un collectionneur de « femmes en série » et qu’il n’a fait que m’ajouter à sa liste ? Ou encore parce qu’il a trouvé que j’étais trop de party ? Ou qu’il voulait occuper son temps avant de partir en vacances ? Ou alors parce que j’avais trop d’amis garçons ? Ou encore…  Aurais-je dû ? Aurais-je pu ?

Et si c’était moi qui avais tout bousillé inconsciemment ? Par peur de ne pas être à la hauteur ? Par peur d’avoir mal ? Peur d’aimer… D’être transie de désir… De me péter la gueule ou de me la faire péter ? Peur que ce bonheur, cet homme ne soit pas réel ? Ou ai-je simplement eu peur d’être à nouveau heureuse alors que je crois certains jours ne pas le mériter ? Peur d’être amoureuse à nouveau ?

En y pensant, je suis heureuse de son passage dans ma vie

Parce que j’aimais bien me perdre dans ses yeux bleus, la douceur de sa peau… Parce que j’aimais sa façon de me toucher, de m’embrasser, de me coller la nuit, de me prendre par la main… Mais aussi parce qu’il m’aura fait réaliser que je ne veux pas dans ma vie d’un homme qui juge et qui condamne sans savoir… Parce que l’histoire ne dit pas et ne nous dira jamais ce qui serait arrivé entre nous si on avait attendu. Mais à défaut de savoir, je sais par contre que je ne recoucherai pas avec un homme à notre première rencontre, et ça je le sais…

Image de couverture par Zelle Duda

Les plus populaires

Accueil