Faits Vécus

J’ai perdu de vue ma passion pendant quelques années. Je l’avais oubliée, ou plutôt j’avais oublié à quel point je l’aimais. J’avais oublié les émotions qu’elle me procurait. Je l’avais mise de côté, comme j’avais mis de côté le bon qu’elle m’inspirait. Je ne la voyais plus maintenant que comme quelque chose qui m’avait déjà été agréable, mais qui, aujourd’hui, m’était inaccessible et derrière moi. Heureusement, on m’a offert une chance incroyable d’y replonger. Le coup de pouce dont j’avais besoin pour y consacrer tous les efforts nécessaires pour l’atteindre.

Il y a quelques jours déjà, j’étais en grande remise en question. Ma principale préoccupation concernait l’emploi que je souhaitais occuper dans un futur rapproché, alors que mes études étaient complétées et que je devais trouver « ce que j’allais faire dans la vie ». Quelques mois s’étaient écoulés depuis l’obtention de mon diplôme et, bien que j’aie profité d’une petite pause pour essayer différentes expériences et acquérir de nouvelles compétences, il fallait que je commence à m’activer tranquillement pour chercher un emploi plus sérieux. Un emploi qui me permettrait de graduellement gravir des échelons et de faire reluire mes habiletés.

J’étais donc assise à la table à manger devant mon ordinateur, à regarder une offre d’emploi. Une bonne offre d’emploi, intéressante. Pourtant, quelque chose clochait. Le temps plein? Presque 40 heures par semaine, c’est beaucoup, mais je dois bien m’y attendre pour mon job d’adulte. Puis, en conversant avec ma famille, j’ai eu un déclic. L’ordinateur. C’était ça mon problème. Je n’étais pas prête à passer tout ce temps, à dédier ma carrière à un ordinateur. Rapidement, je me tanne, je me fatigue, je me sens inconfortable, le dos croche, mes yeux brûlent. Mais qu’est-ce que je pourrais bien faire alors, qu’en ce moment, presque tout est en télétravail? Alors que tous les métiers dépendent de plus en plus de nos écrans? Non, je ne voulais pas passer mes semaines derrière mon portable. Alors quoi faire?

Avec mon bagage académique, mes options étaient limitées. J’ai rempli des offres d’emploi avec un manque d’intérêt, avec une motivation à peine perceptible. Franchement, j’étais découragée. Quelques jours ont passé et, sans m’y attendre, j’ai fait la rencontre d’une femme près de la trentaine. En parlant avec elle, nous avons découvert des atomes crochus. Les mêmes projets nous animaient. Elle m’a rappelé ce que j’aimais réellement faire. Elle m’a donné ses trucs et ses conseils pour vivre de ma passion. Je m’étais fait un contact dans le petit milieu qui me semblaient si loin quelques minutes plus tôt. Et puis, elle m’a dit: « C’est le fun des situations comme celle-ci. Tu fais autre chose et, de nul part, tes portes s’ouvrent. Cette petite chance t’en amène ensuite une grande. » Elle, c’était ma chance. Une rencontre qui m’a rappelé d’où je venais. J’étais à la bonne place, au bon moment.

passion rêve endroit citationSource image: Unsplash

 

Je n’avais plus de doute. Cette passion qui m’a charmée des années plus tôt étaient toujours aussi forte et présente dans mon cœur. J’ai déterré ma voie que j’avais enfouie. J’ai jeté mes excuses défaitistes de « c’est difficile » pour les remplacer par des « c’est à ma portée ». Je n’ai plus l’impression d’être face à un rêve inatteignable, mais d’être face au début de ma carrière. Aujourd’hui, je travaille presque à temps plein pour donner vie à cette passion. Je vais y mettre toute mon énergie possible pour y arriver. Et je vais réussir.

 

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Anonyme's Avatar
Next articles
Article Featured Image

C'est la semaine de l'action bénévole! - Le Cahier