Style de vie

Je croyais que je ne possédais pas beaucoup de choses jusqu’à ce que je fasse mes boîtes pour déménager dans mon premier appartement. Je me suis finalement rendu compte que j’avais beaucoup de vêtements, beaucoup de livres, beaucoup de souvenirs, beaucoup de tout…

Avec le temps, je me suis senti vraiment submergée par tout ce qui m’entourait. Tout était de trop. Trop de ménage à faire. Trop de choses à ranger. Trop de meubles à acheter pour ranger le trop de choses à ranger. Bref, c’était le chaos dans mon environnement, comme dans ma tête. Je crois que notre milieu de vie est une représentation de notre mental. Quand il est encombré et chaotique, il est difficile de se concentrer sur ce qui nous fait vraiment avancer, sur ce qui nous fait plaisir ou ce qui nous est vraiment utile. C’est signe qu’il faut revoir nos priorités et faire le ménage dans notre vie.

Source image : Unsplash

Mes inspirations

Quatre personnes m’ont inspirée à faire ce grand désencombrement : Josée-Anne Sarrazin-Côté, Vicky Payeuret Josh & Ryan : The minimalists. Josée-Anne vit dans une maison mobile près de la plage avec son mari et sa fille Clara-Lune. Vicky a payé ses dettes grâce au minimalisme et elle a continué dans cette voie. Josh & Ryan sont des anciens suit and tie. Ils ont fait un virement 360 degrés et pratiquent maintenant le minimalisme. Ces quatre individus inspirent les gens à avoir un mode de vie plus intentionnel, plus réfléchi, plus lent.

Le grand désencombrement

Mon parcours vers un mode de vie plus simple et plus intentionnel a débuté en janvier. J’avais des dettes, je travaillais trop et j’étais super stressée. J’ai commencé le désencombrement de mon appartement par ce qui me paraissait le plus évident. J’ai fait le tri de ma garde-robe et j’ai vendu les objets inutiles et les meubles qui prenaient trop de place (imprimante que je n’utilisais jamais, meuble de rangement pour crayons, papeterie, etc., sac de couchage, écran d’ordinateur…). J’ai fait 300$ la première semaine grâce à Facebook Marketplace et je me sentais déjà beaucoup mieux dans mon environnement.

J’ai ensuite numérisé tous mes papiers importants (incluant une partie de mes souvenirs) dans mon ordinateur, j’ai conservé seulement deux souvenirs matériels, j’ai donné tous les livres que j’avais lus, j’ai arrêté d’utiliser autant de produits pour le corps (je m’en tiens au minimum) et j’y pense à trois fois avant de faire une dépense maintenant. Le désencombrement de mon espace se poursuit encore aujourd’hui, mais moins drastiquement puisque je n’ai plus grand-chose à vendre ou à donner (ahah).

Revoir ses dépenses

Le minimalisme m’a également amenée à revoir mes dépenses. J’avais un budget que je respectais, mais je dépensais beaucoup d’argent pour des livres, des cosmétiques (crème, exfoliants, bombes de bain, etc.), des trucs pour la maison, etc. En remplaçant mes activités et en revoyant ce qui était vraiment important pour moi, j’ai réussi à me sortir du cercle vicieux de la consommation.  En quatre mois, j’ai payé 5 000$ de dettes, j’ai été capable de changer d’emploi (je travaille seulement 25 heures par semaine maintenant) et j’ai même vendu ma voiture (j’ai la chance de pouvoir marcher pour aller au travail).

Une tête finalement désencombrée

Tout ce cheminement m’a vraiment permis de faire le tri dans ma vie. Je mets maintenant mon argent et mon énergie sur des expériences, sur des activités avec les personnes qui comptent vraiment, sur des projets qui me font grandir. Je prends le temps de lire, de faire du sport, de voir mes proches, de bien réussir mes travaux scolaires, d’écrire. Je ne prends plus mon temps pour travailler trop, faire trop de ménage, trop magasiner, être trop stressée.

Désencombrer permet de faire de la place à ce qui est réellement important, d’éliminer le superflu, d’être sain d’esprit et de voir plus clair. Désormais, je m’assure que ce que j’ajoute à ma vie apporte de la valeur à long terme.

Recommandations

Si vous aussi vous avez envie d’une vie plus simple et moins stressante, je vous recommande l’écoute et la lecture des quatre personnes mentionnées plus tôt :

En espérant que ça vous inspire à observer ce qui se passe en vous, sans jugement, sans culpabilité. Simplement pour évaluer si quelques changements dans votre vie pourraient vous aider à vous sentir plus léger·ère. Nous ne sommes pas obligées d’être dans la consommation, dans la rapidité. Nous pouvons choisir de créer, de respirer, de vivre plus lentement. Nous pouvons choisir de nous concentrer sur les éléments qui font de nous une personne plus sereine, une personne meilleure pour les gens autour de nous et pour la planète.

-->
Un article de
Jennie Lamanque's Avatar
Jennie Lamanque

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Une petite robe rose pour les chaudes journées d'été