Style de vie

31 jours écoulés, 31 jours végés, 31 jours de défis pour nos collaboratrices. Voici leur cheminement et ce qu’elles ont retiré de cette expérience:

Kym

Le défi a vraiment bien été, sincèrement! Après un certain temps, ça devient une habitude de ne pas penser à manger de la viande. Par contre, malgré la facilité avec laquelle je me suis adaptée, je ne pense pas devenir complètement végétarienne. Je suis quelqu’un dans la vie qui ne se prive pas de vouloir manger quelque chose, genre de la poutine! C’est la même chose pour la viande. Si j’ai le goût d’une fondue chinoise (miam!), d’une brochette de poulet ou de quelques croquettes (haha), j’aurais de la misère à me priver pour la simple raison que je n’ai pas de motivation précise à le faire. Je comprends la partie cruauté envers les animaux et l’écologie, mais ce ne sont pas des motivations suffisantes pour moi, malheureusement. Cependant, je vais certainement réduire ma consommation de viande et faire attention à laquelle je mange. Le défi m’aura appris à me rendre compte que manger végé, c’est pas mal moins dur qu’on le pense!

Marie-Clara

Non, je ne deviendrai pas végétarienne. Je n’ai pas détesté mon expérience, mais j’ai honnêtement trouvé mon mois assez difficile. J’ai une vie occupée et je trouvais plus facile de faire mes recettes habituelles que d’installer une nouvelle habitude. Je crois aussi que mes convictions ne sont pas encore telles que je serais prête à me lancer dans cette nouvelle aventure avec les défis que cela peut comporter. Toutefois, j’ai découvert une facilité à enlever la viande rouge et j’ai adoré essayer de nouveaux repas de semaine en semaine. J’ai été surprise de constater à quel point les produits végétariens ne sont pas SI différents que ça. Je compte continuer à diminuer ma consommation de viande qui était beaucoup trop élevée auparavant pour augmenter ma consommation de protéines végétales. Un choix plus santé. Cela m’a également donné plusieurs nouvelles options pour varier mon alimentation.

mois végétarien, végé, recette

Marie-Ève

Je ne pensais pas que le défi serait si difficile, je peux dire que je suis heureuse qu’il soit terminé. Je constate que la plus grande difficulté, ce sont les repas sur le pouce et les sorties. Que ce soit au restaurant ou en visite, c’est compliqué de manger (bien) végé. Nous ne sommes pas une société végétarienne, donc ça rend la tâche plus ardue pour les individus qui le sont. J’ai hâte de retourner à mes habitudes alimentaires d’avant, mais je vais faire encore plus de changement qu’avant le défi. J’avais déjà diminué et je compte continuer. Je compte aussi continuer à éviter les produits laitiers. Mais je sais que je ne serais jamais capable d’être végétarienne. Je vis mal avec le côté interdit et la difficulté lors des sorties. Je lève mon chapeau à tous ceux et celles qui sont végé. Je continue de croire que le meilleur, c’est l'équilibre. Si tout le monde arrivait à diminuer ses portions de viande, ce serait tellement mieux. Le plus gros problème, c’est la surconsommation. La planète ne peut pas écoper pour notre consommation de viande, il FAUT diminuer.

Jennifer

Je déclare ce défi réussi à 100%! Je suis très fière de n’avoir consommé aucune viande ni poisson de tout le mois. Je n’ai pas eu de rage extrême de viande, mais plus des rages de simplicité! J’ai pu mettre au défi mes capacités de planification ou de réactivité avec ces nouvelles habitudes!

Si je pouvais vous donner un conseil qui m’a grandement aidée à réussir, ce serait de ne pas faire ce défi seul. Mes amies se sont rapidement habituées à prendre en considération cette contrainte lorsqu’il était temps de manger. J’ai aussi la chance d’avoir un copain qui aime cuisiner et qui est ouvert à mes projets comme ce défi. À plusieurs moments, mon entourage optait pour le choix végétarien pour m’accompagner. C’est cette ouverture et ce soutien qui a grandement facilité le défi.

Dans l’avenir, je ne me qualifierai pas de végétarienne. J’ai tout de même acheté un livre de recette «Flexiterian» la semaine dernière pour envisager la fin du mois. Suite à ce défi, j’accorde une place encore plus importante au fait de réduire au minimum ma consommation de viandes et de poissons, mais je ne suis pas prête à me proclamer végétarienne. Je souhaite manger ce qu’il y a sur la table quand on m’invite et je souhaite pouvoir apprécier une activité culinaire sans me sentir brimée. Je crois que nous sommes dans une belle époque niveau culinaire et l’offre d'options végétariennes augmentera considérablement prochainement, ce qui pourra simplifier le désir de plusieurs personnes qui voudront réduire ou éliminer complètement leur consommation de viandes et de poissons. Le but ultime, c’est de simplement trouver un équilibre qui vous permettra de vous respecter, de bien vous alimenter tout en faisant votre part contre la surconsommation.

Sophie-Rose

Constat: oui, je deviendrai végétarienne. C’est un objectif à long terme, car je veux bien faire les choses et que ce soit durable. Ce défi, presque réussi pour moi, fait partie de ce cheminement! Ma principale motivation, c'est les changements climatiques. Les produits de source animale en sont la principale cause et c’est important pour moi de faire ma part et de diminuer mon empreinte de carbone en consommant moins de viande!

Le plus grand défi du mois aura été les 5 à 7 et les événements avec des bouchées qu’on ne choisit pas! C’est difficile d’avoir des bouchées végétariennes à mon plus grand étonnement. Comme je ne me considère pas encore comme une vraie végétarienne et par peur “d’importuner”, je n’ose pas le dire au serveur et demander d’autres options… Le végétarisme est de plus en plus accepté mais en même temps, l’offre de certains restaurants est encore restreinte pour les plats végés qui sont bons (parce qu’une salade, c’est poche un peu). Bref, être végétarien c’est assez simple quand on s’y donne la peine! Les avantages sont plus que nombreux (bon pour la planète, notre santé et les animaux)! J’étais sur l’autoroute dernièrement et croiser un camion rempli de cochons prêts pour l’abattoir, ça m’a beaucoup attristée et remise en question! Un pas à la fois, on y arrivera!

-->
Un article de
Collaborateurs spontanés's Avatar
Collaborateurs spontanés

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

«J’ai réalisé que je ne suis pas prêt à être en couple»