Faits Vécus

Dernièrement, je me suis choisi, je me suis écouté. Certes, j’ai écorché quelques personnes sur ma route, car je n’ai pas l’habitude de penser à moi avant de penser aux autres et je m’en excuse sincèrement. Je suis encore maladroit dans ma démarche, mais j’aimerais dire haut et fort que j’ai ce sentiment de fierté qui s’empare de moi graduellement. J’ai l’impression de me prioriser comme je l’ai rarement fait. J’aurai bientôt ma maison à moi, un lieu où je pourrai m’épanouir pleinement. Un lieu qui sera à mon goût. Un lieu que j’aurai choisi et que je chérirai. Un lieu où je pourrai être moi-même. Un lieu où je pourrai recevoir ma famille et mes amis pour partager de succulents repas. Un lieu où des souvenirs se créeront et où des histoires s’écriront.

Il s’agit pour moi d’une étape importante et bien que celle-ci apporte son lot de stress, elle me permet de constater l’évolution du petit garçon insécure que j’étais. Celui qui redoutait de se retrouver seul. Celui qui avait peur de cette solitude. C’est ce même garçon, des années plus tard, qui se sent assez solide pour s’acheter une propriété seul, comme un grand. Une propriété où je ne devrai rien à personne. Une propriété où je serai le seul maître à bord. Une propriété qui sera mon terrain de jeu. Une propriété qui reflétera qui je suis.

maison porte véloSource image: Unsplash

Lorsque je regarde dans le rétroviseur, je vois tout le chemin parcouru pour en arriver là. Je vois les embûches mises sur ma route, je vois les virages à 180 degrés. Je vois les journées de tempête où le vent soufflait à tout rompre, où le tonnerre résonnait au creux de mes oreilles, où les éclairs me frappaient de plein fouet, où la bordée de neige me semblait insurmontable.

Je vois des gens qui m’ont déçu, des gens qui m’ont blessé, des gens qui n’étaient que de passage, des gens qui, malgré le mal, m’ont aidé à évoluer et à me définir en tant qu’individu à part entière.

Je vois aussi et surtout, ces gens si précieux à mes yeux qui m’appuient dans mes démarches, ces gens qui ont traversé les intempéries à mes côtés, ces gens qui m’ont offert leur épaule pour pleurer, leur table pour partager avec moi un repas, leur demeure pour me loger afin de retomber sur mes pieds, leur temps pour apaiser mon coeur en souffrance, leurs oreilles pour que je puisse verbaliser ce qui se brassait à l’intérieur. C’est dans les épreuves et les temps de grands changements qu’on peut vraiment constater qui est réellement présent lorsqu’on en a besoin. Et à vous chers gens si précieux à mes yeux, j’offre toute ma gratitude.

écriture livre lunettesSource image: Pixabay

Je débuterai bientôt l’écrire d’un nouveau livre et je tenterai de savourer pleinement l’écriture de chacun des chapitres qu’il contiendra. J’écrirai ce livre au bord de la rivière, sur le bord du feu, dans mon hamac… Je l’écrirai en bonne compagnie, car j’aurai décidé avec qui je collaborerai pour l’écriture de certains extraits. Mais avant tout, j’ai le désir ardent que ce livre soit à mon image.

C’est un nouveau départ!

-->
Un article de
Francis Paradis's Avatar
Francis Paradis

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Au banc d’essai : Le livre de recettes de Cassandra Loignon