Style de vie

À toi: ma future fille,

Je t’écris ces mots, car peut-être que la force manquera pour te les dire. C’est plutôt intense ce que je m’apprête à t’écrire, mais je tiens à ce que tu le saches.

Étant donné que tu seras sans doute le plus beau cadeau de ma vie et que je ne tolérerai aucunement que tu aies mal, je t’écris un avertissement. Un avertissement pour te faire éviter les plus gros bobos, les échecs, bref, les trucs qu’on ne souhaite pas à des petites filles, surtout pas les nôtres.

Je t’avertis, la vie ce n’est pas facile. Elle vaut la peine d’être vécue, ça c’est certain. Mais disons qu’il y a des moments plus difficiles que d’autres. Tu vas en briser des coeurs, et crois-moi tu vas avoir le tien brisé (plusieurs fois même). La première fois que ça va t’arriver, ça va être la pire, je te le dis. T’auras plus faim, mais tu vas vouloir manger le pot de crème glacée au complet. T’auras plus envie de t’entraîner, mais tu vas avoir envie de lui montrer ce qu’il a perdu. T’auras plus envie de sortir, mais tu vas avoir envie de boire tous les soirs pour noyer ta peine. T’auras plus envie d’aller à l’école, mais tu vas avoir envie de passer chaque seconde de chaque journée avec tes amis. C’est normal tout ça. Faut que tu passes à travers pour guérir.

Tu vas en passer des nuits blanches à pleurer, mais sache que j’vais les passer avec toi. Parce que moi aussi je suis passée par là. On se dira rien, mais on va pleurer jusqu’au petit matin. J’veux que tu saches que j’vais avoir aussi mal que toi si ce n’est pas plus. Tu vas me demander de dormir dans ton lit, parce que tu ne seras pas capable de dormir seule. On va s’endormir en pleurant dans les bras l’une de l’autre. On va se réveiller en cuillère et je vais te faire un p’tit dej au lit (que t’auras probablement pas envie de manger.)

J’te souhaite de vivre plus de moments faciles que le contraire, mais sache que peu importe, j’vais être là. J’vais être là si t’as besoin d’un lift à 3h du matin, j’vais être là si t’as besoin d’aide dans tes devoirs, j’vais être là pour préparer tes premières entrevues, j’vais être là. Je veux être celle à qui tu te confies, avec qui tu ris, avec qui tu veux prendre un café au début d’la journée. J’veux être ta meilleure amie. J’veux juste pas que tu penses que t’es seule là d’dans, pis que personne te comprend. Je sais pas si c’est la relation que j’ai avec ma mère qui fait que je veux que la nôtre soit comme ça, mais j’ai envie de vivre ça dans les rôles inversés.

Tu vas avoir de magnifiques moments. Je t’en souhaite tout plein. Par contre, certaines phases sont inévitables. C’est malheureux, mais comme ils disent “what doesn’t kill you makes you stronger”.

Je veux que tu saches que t’es la meilleure, la plus belle, la plus forte et que je crois en toi. Tu vas être capable de traverser tout ça, parce que j’vais être là. À côté d’toi.  

Je ne te connais pas encore, mais je t’aime déjà. Je t’aime plus que tout au monde pis fallait que je te le dise.

Bienvenue dans la vie ma chérie.

Un article de
Camille Asselin's Avatar
Camille Asselin

LeCahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à info@lecahier.com!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Deux jours à Popoyo: décrocher de tout